Petite enfance et Saurel : le temps est à l’orage !

Saurel et son équipe nous ont habitué à une communication offensive vantant les soi-disant mesures progressistes prises par la mairie actuelle. Les services à la petite enfance, en raison de la place évidente qu’ils occupent dans le quotidien des habitant-es, sont un bon thermomètre de la réalité de choses.

 

Le prix de la restauration dans les cantines :

 

Une fois de plus, l’équipe Saurel s’est lancée dans une grande communication autour des nouveaux tarifs de la restauration scolaire. Bien entendu, d’après Saurel,  ces nouveaux tarifs sont totalement empreints de « justice sociale ». Cette démarche ressemble étrangement à la logique des « nouveaux » tarifs du Tram, où au final les prix ne baissent pas vraiment et où Montpellier reste une ville aux tarifs les plus chers.

Nos critiques à la nouvelle proposition de Saurel sont les suivantes :

Pour les plus pauvres rien ne change puisqu’ils paieront le repas …. 1 centime de moins ! Ils continueront à payer 1,75€ !

Alors que dans de nombreuses villes le premier tarif est bien plus bas, la majorité de Saurel continue de nier les difficultés de parents habitant une ville pauvre (28% en dessous du seuil de pauvreté) Pourtant à Bordeaux, le premier tarif est de  0,45 € , à Marseille de 0,76 €, à Nîmes de 1€, à Toulouse de 1,10€ , sans parler de Paris où il est symbolique…

Les plus pauvres n’ont aucun avantage avec ces nouveaux tarifs, par contre les couples salariés voient leur prix de cantine s’envoler. Penser à la gratuité pour, au minimum, les parents en dessous du seuil de pauvreté semble pourtant des plus raisonnables. Pour les couples travaillant tous les deux, sans connaître des hauts salaires, la hausse du tarif atteint rapidement une hausse de 30% ! . Prenons un exemple d’amis, un couple avec deux salaires représentant un montant de 3 700 euros et trois enfants. Leur tarif de cantine passe de 3,38 € à 3,68€ par enfant, ils se retrouvent aussi au maximum du tarif « garderie » avec une hausse de 50%. En effet, aux nouveaux tarifs du repas s’ajoute une hausse du tarif garderie allant de 10 centimes à 40 centimes ! Lorsque, avec Anne Rose Le Van, nous étions élu-es au Conseil Municipal, nous avions combattu la fin de la gratuité de l’accueil garderie. Saurel, alors adjoint PS tout comme le reste de la majorité, avait justifié le paiement du matin et du soir par souci d’organisation !

Comme quoi, en peu de temps, l’accès à l’école se complique pour les parents les plus démunis et voit son coût augmenter significativement pour les autres.

 

Nous ne pouvons que nous révolter contre l’invention perverse du jour de carence. Empruntant cette notion au modèle libéral, lorsqu’un enfant est absent pour maladie, soit les parents présentent un certificat maladie dans les 48h, soit l’argent du repas leur est compté ! Chacun-e sait bien qu’un enfant peut être pas bien un jour ou deux et il n’y a pas obligatoirement de certificat maladie. Avec le modèle « social » de Saurel, les parents vont devoir continuer à se débrouiller en prenant un jour de congé ou autre pour garder leur enfant à la maison et en plus ils vont payer la cantine !!!!!

Il nous semble intéressant de citer la fin de la lettre de la FCPE 34 pour comprendre le malaise provoqué et le conflit avec les parents :

« Ainsi, l’annonce de la réforme de la restauration scolaire imposée par la municipalité qui n’a pas suscité de réaction dans un premier temps, aurait donc pu passer inaperçue. Mais, il n’en est rien et il est fort probable que devant autant d’injustices, la grogne des parents se fera rapidement entendre dès la rentrée. Ou dès les premières réservations. La FCPE entend bien, sur ce sujet également, être le porte- parole des parents.

Brigitte Lagors Présidente FCPE34 »

 

 

La privatisation de l’entretien dans quatre établissements scolaires :

 

Fin juin, lors d’un Comité technique Paritaire, les organisations syndicales ont voté contre la réorganisation du travail des Agents d’Entretien et de restauration Scolaire (AERS) proposée par Saurel. Plusieurs jours de grève s’en sont suivis pour refuser la privatisation programmée de ce service dans quatre établissements. Nous ne pouvons que manifester notre accord avec le personnel municipal et les organisations syndicales.  En effet, il s’agit là à l’évidence d’une première vague de privatisation qui se poursuivra à terme sur les 130 établissements gérés par la Mairie. Celle-ci ne fait que suivre le chemin des privatisations partielles pratiquées dans de nombreux services publics et supprimer ainsi des emplois. En cette rentrée, les syndicats maintiennent leur refus, le conflit a toutes les chances de rebondir dès la rentrée. Cinq organisations syndicales représentant le personnel de la mairie viennent de déposer un préavis de grève reconductible à partir du Mardi 1er septembre. Nous leur apportons tout notre soutien dans leur lutte contre la privatisation du service public et pour l’amélioration des conditions de travail. Cette tension ne fait que s’ajouter au mécontentement des parents suite à l’augmentation des tarifs scolaires et de garderie.

 

La privatisation de la crèche Joséphine Baker :

 

Lors du dernier mandat, alors que Mandroux était Maire et Saurel, adjoint à l’Urbanisme puis à la Culture, la majorité municipale avait mis la crèche publique Joséphine Baker en Délégation de Service Public. Il s’agissait là d’une première forte de sens. Si cette DSP avait vu se lever contre elle le Front de Gauche (section du PCF,  PG, Ensemble !), le NPA, les organisations syndicales de la Mairie…. Nous étions bien seuls (Anne Rose Le Van et Francis Viguié) en Conseil municipal pour combattre le projet. Il suffisait d’ailleurs de bien écouter Max Levita (lui aussi tout comme Saurel membre éminent du PS et adjoint aux Finances) pour comprendre qu’il s’agissait là du début des privatisations des futures crèches. A l’époque, pour faire passer plus facilement la mesure, la DSP avait été donné à la Mutualité Française. Lors du Conseil Municipal de Juin, changement de DSP, fini la Mutualité Française ! c’est la société People Baby qui emporte le marché. Michael Delafosse ou Hervé Martin se réveilleront bien tard pour dénoncer la mesure, eux qui avaient accepté la DSP et polémiqué contre nous en refusant de voir la logique de privatisation contenue dès le choix de passer en DSP.  (voir nos comptes-rendu du conseil municipal).

 

Francis Viguié

 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34