Projet de métropole : les conseillers municipaux doivent voter “non”

Le temps presse maintenant vu que les 31
conseils municipaux de l’Agglomération de Montpellier doivent voter entre le 28
septembre et le 17 octobre.

Le conseil d’Agglomération a lancé la procédure
de consultation des conseils municipaux (nous vous renvoyons à notre article du
5 Août « organisons la mobilisation contre la métropole »), nous
entrons dans le vif du sujet avec la consultation prochaine des élu-es.

Un collectif regroupant des citoyens, le PG,
le PCF, Ensemble ! et le POI  a tenu
une conférence de presse pour présenter ses activités et ses exigences. Il a
déjà écrit à l’ensemble des élu-es pour argumenter sa position

 


Pour Ensemble !, lors de la conférence
de presse,( 29 aout 2014)  nous avons dénoncé cette contre-réforme antidémocratique et
l’illégitimité de Saurel qui après avoir fait campagne sur le thème
« Maire à plein temps » et contre la métropole est aujourd’hui à
l’Agglo le champion d’une politique frêchiste (une métropole de Sète à Nimes et
Ales) qu’il a refusé durant sa campagne électorale.


Voir ici la vidéo de la conférence de presse Anne Roux présente les raisons de refuser la métropole :

https://www.youtube.com/watch?v=cgU6BmJvsG4




 intervention de Francis Viguié :  https://www.youtube.com/watch?v=yE_98LEfUSk&feature=youtu.be




conf_de_presse.bmp

Conférence de presse avec JM Pourtier ( PG) Annie ( POI) Anne Roux ( Conseillère municipale Saussan PG ) Francis Viguié ( Ensemble) Clara Gimenez ( PCF, conseillère municipale Pignan)




Tout comme Hollande et
Valls, il fait une politique pour la quelle il n’ a pas été élu. Dans ces cas,
la consultation des habitant-es est une exigence démocratique élémentaire. Nous
avons aussi dénoncé le fait qu’aucun débat public contradictoire ne soit prévu
alors que les communes vont perdre leurs compétences essentielles. Cette
nouvelle centralisation des lieux de pouvoir va encore plus éloigner les
habitants des lieux de décisions. Il s’agit de vider de tout leur contenu les
communes au profit d’une super métropole. Nous refusons aussi l’inégalité créée
entre les habitant-es en particulier par le biais d’une dotation de l’état très
inégalitaire. L’écart ne peut que s’aggraver entre les villes et villages hors
métropole (42 euros par habitant) et la métropole elle-même (60 euros par
habitant).

La loi vide la commune d’une de ses
compétences vitale : l’urbanisme et l’aménagement du territoire. Saurel
pour tenter de rassurer les maires a inventé l’idée d’un pacte ,mais quel poids
peut avoir ce pacte face à une loi intégrant le transfert de la compétence de
l’urbanisme ! Il s’agit d’une vaste blague ne trompant personne.

Nous refusons aussi la compétitivité des
territoires ne pouvant provoquer que du dumping social et des cadeaux au
patronat pour tenter d’attirer des entreprises présentes sur d’autres
territoires. Nous disons oui à la solidarité et à l’aménagement harmonieux des
territoires.

Nous lançons un appel aux élu-es des conseils
municipaux pour qu’ils votent « contre » la métropole.

Nous nous tenons disponibles pour organiser
tous les débats et mobilisations nécessaires.


Articles de presse Hérault du Jour et Midi Libre :


 Lettre ouverte aux Maires et Conseillers
Municipaux

des
31 communes de l’Agglomération de Montpellier

 

23
aout 2014

 

Mesdames,
Messieurs les Conseillers

 

Vous
allez devoir vous prononcer dans les prochaines semaines sur le passage de
l’Agglomération de Montpellier en Métropole, et, ce faisant, engager l’avenir
de la population au nom de laquelle vous détenez votre mandat.

Depuis
le début de l’année 2014, plusieurs d’entre vous, élus sortants ou candidats,
ont tenu à affirmer leur position dans un appel : NON à la Métropole de
Montpellier, OUI à la libre administration des Communes. Ils ont été rejoints
par plus 700 citoyennes et citoyens de notre Département.

Le
Collectif Citoyen, issu de cette pétition, au vu de l’ampleur des changements,
du volume des compétences transférées, tient à vous alerter publiquement sur
les conséquences de cette éventuelle décision, prise dans le cadre de la
réforme territoriale.

Cette
réforme attaque l’édifice républicain et l’héritage commun de la Révolution
Française, de toutes les avancées progressistes qui ont marqué notre Histoire.

Les
36 000 communes et les services publics, organisés en Départements, seraient
dépecés et remplacés par des grandes métropoles regroupées dans des
euro-régions. La Métropole de Montpellier est l’une des pièces de ce grand
détricotage de la République. Cela n’a rien à voir avec un quelconque
refaçonnage du soi-disant « mille-feuilles » administratif. A qui profitera
cette réforme ?

L’enjeu,
c’est l’existence même de la liberté communale à faire ses propres choix en
fonction des besoins des habitants. Avec ce passage en Métropole, seuls les
profits des multinationales, toujours à l’affut de nouveaux marchés dont les
marchés publics, seront privilégiés.

Ce
qui est en jeu également, c’est l’existence des emplois territoriaux. Michel Sapin,
ministre des finances, dans le journal les Echos (3 juin) à la question « les
effectifs vont-ils baisser dans les collectivités ?
» a répondu « ce
n’est pas un objectif en soi mais ce sera sans doute à terme une conséquence de
la réforme «
Quelles seront les conséquences pour notre Département, qui
avec 16% de chômage détient déjà un record?

Accepter
de faire basculer la République dans ce « big bang » territorial, avec à la
clef la spéculation sur l’immobilier, la santé, les infrastructures, la
liquidation des services publics et des milliers d’emplois du secteur public,
des augmentations probables des taux d’imposition, c’est mettre en cause
l’égalité des territoires et des citoyens ainsi que la souveraineté populaire garante
de la République.

Pourtant,
lors des dernières élections municipales, le message était clair : ceux qui ont
mené campagne en faveur de la Métropole ont été balayés, en particulier le
candidat à la mairie de Montpellier : J. P. Moure.

Faudrait-il
maintenant que la politique qui a été clairement rejetée soit mise en oeuvre ?
Cela serait la négation même de la démocratie.

Philippe
Saurel, candidat opposé à la Métropole, parle maintenant, une fois élu, d’une
métropole « douce, négociée et consentie » et « respectueuse des
communes
» : mais celles-ci seront dépouillées de toutes leurs compétences1,
quelles que soient les soi-disant « garanties » accordées aux Maires !

1 La
loi est consultable ici :

 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028526298&dateTexte&categorieLien=id#JORFSCTA000028526300

Elus
Municipaux du mois de mars 2014, pouvez-vous accepter d’être dépossédés de
votre mandat, celui d’administrer votre Commune, 6 mois après votre élection ?

POUR
défendre la Commune et la République, POUR refuser la spirale de la pauvreté

et
de la décomposition sociale, nous vous appelons à

un
vote CONTRE le passage de l’Agglomération de Montpellier en Métropole !

 

Collectif
Citoyen pour la défense des communes, contre la Métropole de Montpellier.

Soutenu
par : Parti Communiste Français (PCF), Parti Ouvrier Indépendant (POI), Parti
de Gauche (PG), Ensemble (FDG)

Pour tout contact :
0618492700, 0689498839, 0674635215, ensemble34fdg@gmail.com


Partager :
Gauche écosocialiste 34