Quand l’argent public finance les clubs sportifs privés, zoom sur les grands clubs montpelliérains

La rigueur budgétaire ne s’applique pas aux grands clubs montpelliérains. C’est ce qu’affirme le Montpellier Journal en publiant le montant des subventions accordées par les collectivités locales au Montpellier Hérault sport club (MHSC, foot), au Montpellier Hérault rugby club (MHRC) et au Montpellier agglomération handball (MAHB).

Réparties entre la commune, le département, la région et l’agglo, les aides financières –directes ou indirectes- pleuvent. En retour, des contreparties ?


La rigueur budgétaire ne s’applique pas aux grands clubs montpelliérains. C’est ce qu’affirme le Montpellier Journal en publiant le montant des subventions accordées par les collectivités locales au Montpellier Hérault sport club (MHSC, foot), au Montpellier Hérault rugby club (MHRC) et au Montpellier agglomération handball (MAHB).

Réparties entre la commune, le département, la région et l’agglo, les aides financières –directes ou indirectes- pleuvent. En retour, des contreparties ?

 

Elles sont maigres pour ne pas dire inexistantes.

 

En effet, les équipements sportifs qu’utilisent ces clubs, leurs coûts de fonctionnement et la maintenance sont payés par l’argent public en échange d’une redevance dérisoire alors que, d’après leurs dirigeants, leurs recettes sont en hausse. Le plus haut salaire du MHSC est égal à, environ, 150 fois le SMIC !

Quand les équipements sont vendus, ils sont bradés comme l’a été le site de Grammont à Louis Nicollin par madame Mandroux.

Le droit à l’image des joueurs vedettes est prétexté par l’Agglo pour leur verser des sommes considérables ; 239 200 € par an pour Fabien Galthié, par exemple.

 

Mais ce n’est pas encore assez !

 

Plus de 12 millions d’euros d’aides directes via des achats de prestations (comme celui des places) et des subventions pour « mission d’intérêt général » ont été accordés aux trois clubs par les collectivités locales.

 

Ces avantages exorbitants ont parfois été accordés au mépris de la loi ou malgré l’avis de la Chambre Régionale des Comptes. Les liens familiaux ou d’amitié existant entre les différents acteurs n’y sont peut-être pas étrangers.

 

(lire l’article complet ici)

 

 

 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page