Réforme territoriale 2014, en pays Gangeois et Suménois… refusons d’aller vers l’ogre montpelliérain ! Ouvrons le débat dans la population !

Dans la Communauté des communes Cévennes gangeoises et summénoises, 8 des 13 communes (Agonès, de Brissac, de Montoulieu, de Moulès e Baucels, de Saint Julien de la Nef, de Saint Martial, de Saint Roman de Codières et Sumène) font de la résistance.

Notre mouvement politique Ensemble ! soutient leur mobilisation contre le projet d’intégration au Grand Pic Saint Loup (très vaste territoire de 36 communes dont les plus peuplées sont en banlieue de Montpellier) que les élu-e-s des majorités municipales de Ganges, Saint-Bauzille du Putois, Cazilhac et Laroque veulent leur imposer.

Le débat dans la population doit largement s’ouvrir, une grande consultation des citoyen-ne-s concerné-e-s doit être organisée.

La proximité des communes de cette Communauté n’est plus à démontrer :

elles travaillent au sein du même « Pays », même s’il est « à cheval » sur deux départements (l’Hérault et le Gard); leurs habitants partagent le même bassin d’emploi, ils se soignent dans les mêmes structures et utilisent les mêmes services publics entre lesquels existe une vraie continuité (office de tourisme, complémentarité de la clinique de Ganges et de l’hôpital du Vigan…)

Une quinzaine d’années en arrière, le déjà collectionneur de mandat Rigaud avait voulu précipiter la communauté de communes de Ganges dans les bras du Pic Saint Loup lors de la création des « Pays ». Grâce à la mobilisation des élus locaux des petites communes et de la population du canton, ce projet avait été abandonné. Fin 2016, à la faveur de la réforme territoriale qui éloigne encore davantage les citoyen-ne-s des institutions politiques, le projet ressort. Encore une fois, Rigaud, appuyé par les municipalités divers droites des grosses communes du territoire, veut passer en force et imposer à la population se rapprochement inepte, qui précipite nos communes rurales vers le trou noir montpelliérain. 

 

fond-carte-cdcganges-01.jpg
 

La Communauté de Communes des Cévennes Gangeoises et Suménoises regroupent 13 communes (9 Héraultaises et 4 gardoises). Elle représente une population de 11225 habitants pour une superficie totale de 24063 hectares

 

Ce projet pose un problème d’aménagement du territoire et un problème de démocratie :

Une hérésie en termes d’aménagement du territoire :

brissac_chateau.png
 

Précipiter nos communes vers la banlieue montpelliéraine est une hérésie en termes d’aménagement du territoire. Comme le montrent, depuis longtemps, de nombreux géographes (cf par exemple « Exode urbain, exil rural » Monde Diplomatique août 2010), inféoder des petites communes comme les nôtres, à des métropoles, comme Montpellier, les transforme de façon irréversible : cela paupérise les plus faibles, déstructure les services publics, transforme les villages en résidences dortoir… Et c’est ça qu’il y a dans la continuation logique de ce projet d’aller vers le Grand Pic Saint Loup.

 

 

Brissac

 

Aucune municipalité  de la communauté des communes n’est légitime pour trancher :

La loi oblige les petites communautés de communes comme la nôtre à se regrouper. Mais elle laisse à nos communes de montagne jusqu’à l’année 2020 pour le faire. Il n’y a donc pas urgence ! Nous avons le temps d’ouvrir le débat et d’organiser la consultation citoyenne qui s’impose.

Aujourd’hui, aucun-e des élu-e-s des municipalités de la communauté des communes gangeoises et suménoises  n’est mandaté par ses habitant-e-s pour choisir si nos communes doivent se regrouper avec les communes du Pic Saint Loup. Ce débat n’a pas été abordé, ni même évoqué dans les programmes des dernières élections municipales de 2014. Ils et elles n’ont pas été élu-es pour ça et ne sont donc pas légitimes pour choisir.

La précipitation de ces élu-e-s n’a qu’une motivation : éviter tout débat démocratique, empêcher les citoyen-ne-s de s’emparer de la question et de réfléchir collectivement à la solution la plus favorable pour eux. Les majorités des grosses communes le sentent bien : si le débat démocratique s’ouvre, le risque est énorme que leur projet nocif ne se fasse pas et ils ne veulent pas prendre ce risque-là !

 

Ensemble ! Soutient la mobilisation des 8 communes et de leurs élu-e-s.

logo_ommunaute_ganges.jpg
 

La démarche d’information de la population est une très belle initiative.

Ce projet doit être tout de suite stoppé. Comme leurs élu-e-s, nous voulons et nous agirons pour que le débat sur cette question fondamentale s’ouvre enfin dans la population. Les habitant-e-s de la communauté des communes doivent pouvoir s’exprimer et choisir lequel de ces deux projets ils veulent (fusion des communautés de communes vers Le Vigan ou vers Le Grand Pic Saint Loup).

Encore une fois, nous voyons bien au travers de cet exemple que la réforme territoriale pensée par la droite de Sarkozy et mise en œuvre par les sociaux libéraux du trio Hollande-Valls-Macron va à l’encontre de l’intérêt de la population.

 

Les élections présidentielles et législatives sont l’occasion pour les citoyen-ne-s de dire NON à cette atteinte grave à la démocratie et aux services publics. C’est pourquoi Ensemble ! lors des prochaines élections présidentielles soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon et que nous proposerons des candidatures aux élections législatives défendant une alternative politique à gauche, sociale, solidaire, écologique et féministe.

 

Boris Chenaud  pour Ensemble ! 34

Contact : 06 60 46 97 69

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34