Montpellier. Rémi, on n’oublie pas, on ne pardonne pas !

À
15h, sur la place de la Comédie, à la suite de la manifestation pour Kobanê, se
sont rassemblé-e-s environ 300 militant-e-s à la mémoire de Rémi Fraisse, tué
la fin de semaine dernière au Testet, d’un tir de grenade lancée par les forces
de l’ordre. Photos de la manifestation.


7.jpg

_cid_4B06D6BF-3858-4C58-A814-9F2CF4BE8043.jpg


Nous
avons marché jusqu’à la place du Marché au Fleurs, dont les CRS ont voulu nous
barrer l’accès. Finalement nous avons pu avancer, mais avons préféré faire les
prises de parole devant l’entrée de la Préfecture. La banderole « Violences
Policières YA BASTA» mise sur les grilles a été violemment arrachée par les
CRS, provoquant l’ire des manifestant-e-s.



3.jpg

6.jpgHeureusement,
il n’y a pas eu de débordements, la bannière a été tenue à la main et les
prises du paroles se sont enchainées : NPA, EELV, Ensemble !, LDH et
des citoyen-ne-s.

 Pas toutes unanimes : certaines plus violentes et
d’autres minimisant la portée politique et la responsabilité de l’État. Le
consensus s’est quand même trouvé dans « Cazeneuve démission ! ».
Ensemble ! a affirmé sa révolte face à ce drame qui montre à quel point
notre gouvernement est indigne et sourd à ses citoyen-ne-s. Il faut en finir avec les grands projets inutiles.

4.jpg


1.jpg

Malgré
la mobilisation militante, les slogans et la détermination des personnes
présentes, nous pouvons regretter l’absence des certaines organisations et le
manque de mobilisation citoyenne. Alors que la culpabilité de l’État dans la
mort d’un jeune manifestant, simplement parce qu’il militait pour un avenir
sans grands projets inutiles, contre une logique capitaliste qui détruit notre
environnement, devrait soulever les foules…

5.jpg8.jpg

2.jpg




Communiqué
de Ensemble! Bernard Cazeneuve doit démissionner !

C’est
donc bien une grenade offensive qui a tué Rémi Fraisse dimanche, lors
d’affrontements entre défenseurs de la zone humide de Sivens et forces de
l’ordre.

Malgré
les dénégations et les prises de position indécentes des membres du
gouvernement et du Président du Conseil général du Tarn, le jeune militant,
membre de France Nature Environnement a donc été victime d’une bavure.

Pourquoi
des forces de police en nombre étaient-elles été postées, alors que le Préfet
avait annoncé leur retrait et qu’il n’y avait plus ni ouvrier ni matériel à
« protéger » ?

Toutes
les conditions ont été créées pour provoquer tension et incidents graves !

_cid_E4AF036C-A776-4937-AB25-A8DEEB67A25A.jpg

Le
gouvernement, et singulièrement Bernard Cazeneuve, se réfugient derrière des
dénégations outrancières qui s’effondrent de jour en jour devant la sinistre
vérité : celle de la répression violente et de la criminalisation des
mouvements sociaux.

Des
heurts violents à Notre Dame des Landes à la mort de Rémi à Sivens, le ministre
de l’intérieur ne tient pas son rôle de garant du respect des règles
garantissant aux citoyens l’exercice des libertés publiques.

Bernard
Cazeneuve doit démissionner !

Toute
la lumière doit être faite sur les circonstances du décès de Rémi
Fraisse : une commission d’enquête indépendante doit être mise en place
rapidement.

Les
propos obscènes du Président du conseil général doivent être dénoncés : 
il doit aussi démissionner.

Les
élus du Conseil général du Tarn doivent vendredi, voter l’abandon du projet de
barrage du Testets.


Partager :
Gauche écosocialiste 34