Saint-Pons : la liste « L’Humain d’abord ! » réussit son premier débat public

Rien ne sera plus comme avant ?

 

Le programme de  « L’Humain d’abord »,
soutenu par le Front de Gauche
était présenté par Pierre Blondeau et son équipe lors de sa première réunion
publique le mercredi 26 février 2014 à Saint-Pons
de Thomières.

Sortant de la routine de la
campagne électorale classique, les échanges entre Pierre Blondeau et les
citoyen(e)s  dessinent une alternative à gauche de la liste PS
sortante  engluée dans un bilan à la fois a-social et profitable aux
 nantis de la bourgeoisie locale.

x Rien ne sera plus comme
avant ?

 

Hier, mercredi 26 février, le programme de  « L’Humain
d’abord »
, soutenu par le Front de Gauche
était présenté par Pierre Blondeau et son équipe lors de sa première réunion
publique à Saint-Pons
de Thomières.

Sortant de la routine de la campagne électorale classique, les échanges
entre Pierre Blondeau et les citoyen(e)s  dessinent une alternative à
gauche de la liste PS sortante  engluée dans un bilan à la fois a-social
et profitable aux  nantis de la bourgeoisie locale.

 

Une majorité de
femmes ont participé au jeu des questions / réponses  animé par
l’inoxydable lutteur pour la « la cause du peuple »,  porte-parole
du Front de Gauche. Une liste « mère-porteuse » d’une
contestation lucide et pleine de vigueur : soixante participant-e-s sur
cette ville en chute libre.

 

Il ressort des
échanges que la ville de Saint-Pons souffre
,
« souffre très dur ». Gérée qu’elle est depuis trois mandats par
un  Parti socialiste qui ne prend en compte ni les très pauvres (ils
couchent dans les latrines publiques faute de refuge), ni les classes moyennes
(un commerce sur deux a mis la clé sous le paillasson), ni le bien commun
(ville autrefois prospère, Saint-Pons va perdre son statut de chef-lieu de
canton en 2015).


Les chiffres sont
accablants : hausse de 65% des impôts locaux en douze ans couplée à la
perte de 25% de ses habitants. Une commerçante s’étonne que « la fête
du cochon ne se déroule plus en centre-ville sur la place des Tilleuls mais
route de Narbonne près du stade, sans aucun impact pour les commerces de
proximité ».
Une dame qui habite la ville depuis six ans ne comprend pas
« pourquoi l’office de Tourisme n’est toujours pas capable de fournir un
topoguide des sentiers de petite randonnée »,
alors que les autres
villages de la vallée du Jaur profitent de l’engouement pour la marche des
citadins venus du Tarn.


 x

La liste
« L’Humain d’abord » est consciente de ces petits faits vrais
concernant l’animation locale  et le tourisme. Sa réponse tourne autour de
l’idée : « faire moins, mais mieux ».


Cela se concrétisera
par différentes initiatives : une journée des champignons, une course à
pied sur  sentiers, une randonnée VTT pour la fête de la cerise, et des
estivales de la bio le premier week-end de Juillet. Le commerce local y
trouvera une bouffée d’oxygène. Chacun-e  espère que le reportage photo
démontrant que, Roc Eclerc – pompes funèbres, seule enseigne qui vient à Saint
Pons, ne sera plus que le témoin probant d’une période terriblement dure pour
les classes moyennes.


« Si
l’hôpital local est introuvable »,
c’est qu’il n’est
pas une priorité martèle Blondeau. Or la politique « c’est faire des
choix,  distinguer le principal du secondaire ».
Le principal
pour le PS qui favorise la construction des éoliennes de puissance, c’est
plutôt EDF Energies Nouvelles ; tandis que la maison de Santé n’est qu’une
coquille vide sans médecin urgentiste  ni mutualisation des moyens pour
favoriser la venue de spécialistes en gynécologie, en diabétologie, en maladies
nerveuses, qui font cruellement défaut.  

 

Il n’y a donc
plus de politique de santé publique en milieu rural
. Au lieu de se lamenter, la liste du Front de Gauche (35% des voix aux
dernières législatives) propose une démarche constructive en affectant les
crédits dits d’aménagement (1, 8 millions d’euros pour ajouter une arche sur le
pont de la N112 et 1,5 million d’euros pour remplacer des gués par des
passerelles sur le Jaur) à la satisfaction des revendications d’intérêt
général. Les pompiers ne pouvant pas assumer la médecine d’urgence, la commune
financera  un interne spécialisé en réanimation basé sur place. 

 

En filigrane se
dessine l’échec de la communauté de commune du Pays Saint-Ponais, qui fait
payer cher (250€ par habitant) des  services inadaptés aux besoins. 
Il n’y a, en effet, pas de tri des ordures ménagères en containers séparés.
L’eau potable est chère et ne respecte pas une charte de qualité :
« l’eau en bouteille coûte 300 fois plus cher que l’eau du robinet, c’est
presque une obligation d’en acheter »  s’étonnent les citoyens dans
la salle.

 

On laissera la
conclusion de cette vraie soirée d’échanges constructifs à Nanou Riba qui
conforte les « Humains d’abord » dans l’esprit qu’ils peuvent
infléchir les évènements : « Seul le sot, rivé à sa sottise, peut
croire qu’il fait tourner la roue sur laquelle il tourne. »
C’est de
cette logique-là que l’équipe autour de Blondeau veut sortir.


Pierre Blondeau


lacigale.stpons@gmail.com
http://la-commune.over-blog.com/

 

w Saint-Pons de
Thomières – P. Blondeau : l’Humain d’abord !
Par Thierry

Que n’a-t-il pas été
dit et fait contre Pierre Blondeau et la  » Cigale «   à Saint-Pons
de Thomières
?


J’ai  découvert cet inlassable militant de nombreuses causes  aux
travers de son engagement anti-éolien industriel et plus encore de son action
lorsqu’il a fallu médiatiser le scandale des traitements phytosanitaires (la
cyperméthrine pour ne pas la nommer) dans le massif forestier du haut-canton
salvetois et les camarades d’ATTAC Orb – Somail.

Un peu plus d’un an
donc, pour découvrir un homme dont le radicalisme est proportionnel à son
humanisme.
Sa liste, pour les élections municipales de Saint-Pons de Thomières, intitulée  »
L’humain d’abord « 
n’est sûrement pas un simple slogan de campagne
mais reflète parfaitement  la personnalité de cet homme  et  la
sincérité de ses engagements.

 

A lire sur : http://www.panache-salvetois.fr/saint-pons-de-thomieres-p-blondeau-l-humain-dabord/

Partager :
Gauche écosocialiste 34