Narbonne. Soutien aux militantEs Stop uranium/Sortir du Nucléaire

Stop uranium/Sortir du nucléaire lancent un appel à soutien à signer en ligne (http://www.sortirdunucleaire.org/Tous-concernes) pour ses militants qui comparaissent au Tribunal de Narbonne le 20 février prochain (voir nos articles).

“QUELS RISQUES POUR L’ENVIRONNEMENT ? QUEL IMPACT POUR LA SANTÉ DES HABITANTS ?” CONFÉRENCE — DÉBAT avec Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, et responsable du laboratoire de la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité), le 19 février au Café de la poste (30, bd Gambetta) à Narbonne. Entrée libre

ici Tous les jours, dans toute la France, des tonnes de matières radioactives circulent en secret sur les routes et voies ferrées. Ni la population ni les élus n’en sont informés. Pourtant, ces substances émettent des quantités notables de radiations et constituent une menace réelle, tant pour les cheminots que les riverains et les usagers de la route et du rail.

 

C’est pour dénoncer ce risque que, le 12 septembre 2013, une quarantaine de militants du collectif STOP-Uranium a bloqué un camion un camion chargé de tétrafluorure d’uranium à sa sortie d’une usine dans la banlieue de Narbonne, lors d’une action non-violente de désobéissance civile (plus d’informations sur cette action : http://www.sortirdunucleaire.org/blocage-camion-tetrafluorure)

 

Suite à cette action, une militante a été interpellée et inculpée. Elle risque deux ans de prison et 4500 € d’amende. En solidarité, et pour rappeler le caractère collectif et politique de cette action (voir leur tribune dans Médiapart : http://blogs.mediapart.fr/edition/nucleaire-lenjeu-en-vaut-il-la-chandelle-pour-lhumanite/article/161213/nous-sommes-tou-t-e-s-des-bloqueurs-ses-dura), vingt-deux autres participants à l’action ont demandé leur comparution volontaire. Fait exceptionnel : lors de son audience, le 7 janvier dernier, la juge a décidé de prendre en compte ces comparutions et de repousser le jugement, qui se tiendra le 20 février prochain au Tribunal de Narbonne à 8h. Francis Viguié et Jean-Claude Carcenac, membres d’Ensemble ! ont participé à l’action. Francis Viguié,  témoignera au procès comme élu municipal. Jean-Claude Carcenac comparaitra en tant que comparant volontaire.

 

Ces militants ne sont pas des délinquants mais des lanceurs d’alerte. Pour faire sortir de l’ombre ces convois dangereux et secrets, ils ont pris le risque d’agir au grand jour. Face aux intérêts d’une industrie, ils défendent notre droit à tous à ne pas subir la menace d’une pollution nucléaire.

 

Pour éviter que leur action courageuse ne se termine par une condamnation pénale, pour faire connaître les dangers de ces convois et rappeler que le risque nucléaire nous concerne tous, ils ont besoin de votre soutien/du soutien de votre organisation.

 

Vous aussi, déclarez-vous solidaire des bloqueurs d’uranium et apportez votre signature à la déclaration de soutien ! Pour signer : http://www.sortirdunucleaire.org/Tous-concernesVotre nom et/ou celui de votre organisation sera ajouté sur le site

Merci pour cela d’adresser un mail à laura.hameaux@sortirdunucleaire.fr .

 

D’avance, merci pour votre solidarité !

 

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et le Collectif STOP-Uranium

 

Soutien aux 23 :http://www.sortirdunucleaire.org/Tous-concernes

Émission Terre à terre spécial AREVA-Comurhex Malvési

 

 

Contact : Didier Latorre,

sortirdunucleaire34.org

0467543205 – 0638819806

 

Communiqué  de Ensemble.

Soutien aux militantEs ayant bloqué un camion transportant des matières radioactives.

Non à la criminalisation d’une action d’utilité publique !

Dans un courrier du 9 février, Myriam Martin et Clémentine Autain, porte-paroles nationales d’Ensemble, ont apporté leur soutien aux militantEs de « Stop uranium / Sortir du nucléaire » (voir ci-dessous) poursuivis par la justice pour avoir bloqué le 12 septembre 2013, un camion transportant des matières radioactives (du tetrafluorure d’uranium) entre l’usine Comurhex Malvési (près de Narbonne) et Tricastin.

Cette action non-violente est exemplaire : ces transports quotidiens dangereux, se faisaient dans l’opacité totale, sans aucune information des élus ou populations concernées sur ces trajets. C’est donc une action civique, une alerte d’opinion indispensable et d’utilité publique qui a été organisée collectivement par une quarantaine de militanEs de Stop Uranium.

Une seule des participantes  à l’action, Terry Morantin, a été traduite, le 8 janvier 2014 devant le tribunal de grande instance de Narbonne pour “entrave à la circulation”. Contre cette aberration, 22 “comparantEs volontaires” ont demandé à être jugéEs collectivement. Pour Ensemble !, le renvoi du procès au 20 février doit être l’occasion d’une reconnaissance du caractère légitime et collectif de cette action et déboucher sur la relaxe pure et simple de Terry et des 22 comparantEs volontaires.

La filière nucléaire dans son ensemble (de l’extraction de l’uranium jusqu’aux déchets) fait courir de multiples dangers, présents et à venir,  aux populations  Il faut sortir du nucléaire le plus rapidement possible et s’orienter vers des économies d’énergies massives et l’utilisation exclusive de sources d’énergies non polluantes et renouvelables.

« Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche et écologiste » est pleinement solidaire des militantEs de « Stop uranium / Sortir du nucléaire ».

Le 13 février 2014.

 

Myriam Martin, Clémentine Autain

Porte-paroles nationales “d’Ensemble”

 

à Stop uranium

Sortir du nucléaire

 

Une action d’utilité publique

 

Vous avez mené une action exemplaire, non violente,  en bloquant le 12 septembre 2013, un camion transportant des matières radioactives (le tetrafluorure d’uranium) entre l’usine Comurhex Malvési (près de Narbonne) et Triscatin. Ces transports quotidiens dangereux, se faisaient dans l’opacité totale, sans aucune information des élus ou populations concernées sur ces trajets. C’est donc une action civique, une alerte d’opinion indispensable et d’utilité publique  qui a été organisée collectivement par une quarantaine de militantEs de Stop Uranium.

 Nous trouvons donc aberrant que Terry Morantin  ait  été traduite, seule,  le 8 janvier 2014 devant le tribunal de grande instance de Narbonne pour ” entrave à la circulation”. 22 “comparants volontaires” ont demandé à être jugés collectivement. Le renvoi du procès au 20 février doit permettre la reconnaissance d’une action collective légitime, et déboucher sur la relaxe pure et simple de Terry et des 22 comparants volontaires.

La filière nucléaire dans son ensemble (de l’extraction de l’uranium jusqu’aux déchets) fait courir de multiples dangers aux populations présentes et à venir. Il faut sortir du nucléaire le plus rapidement possible, fermer sans attendre les centrales de plus de 30 ans et s’orienter vers l’utilisation exclusive de sources d’énergies non polluantes et inépuisables.

 Au  nom ” d’Ensemble”, nous  vous transmettons nos félicitations pour l’action menée et toute notre solidarité.

 

Solidarités et encouragements antinucléaires.

Clémentine Autain, porte-parole  nationale “d’Ensemble”

Myriam Martin, porte-parole  nationale “d’Ensemble”

 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34