Un an d’Etat d’urgence, c’est déjà bien trop !

Manifestation du 26 novembre à Montpellier. Ce sont les fondements d’un état policier que cet état d’urgence a mis en place et que le gouvernement veut pérenniser. Sous prétexte de combattre le terrorisme (efficacité loin d’être démontrée), c’est le mouvement social dans son ensemble qui est visé et ses acteurs/trices criminalisé.es.

 
 

 

images.jpg
 

 

De plus l’état d’urgence et le climat de guerre intérieure alimenté par le gouvernement contribuent au renforcement des amalgames et aux pratiques discriminantes, notamment de la part des forces de police. Ce ne sont pas « les terroristes qui sont terrorisés », ce sont des jeunes et des populations victimes de l’arbitraire en raison de leur origine et/ou de leur religion qui voient leur situation encore davantage fragilisée.

 

 

Ensemble ! réaffirme la nécessité de se mobiliser pour :
– Le respect de la liberté de manifester, de se réunir et de s’exprimer ;
– La levée immédiate de l’état d’urgence, et contre l’état d’exception permanent ;
– L’arrêt des poursuites contre les manifestant.es, les militant.es des mouvements sociaux etsyndicaux. (Voir localement les poursuites injustifiées contre les militant.es BDS, Richard, Jules, Cassandre…) et contre la stigmatisation des migrants et des quartiers populaires ;

Ces multiples atteintes portées au contrat démocratique sont une mauvaise réponse aux actes terroristes. S’il est nécessaire de se donner les moyens de prévenir de nouveaux attentats, cela passe par un renforcement des moyens de renseignements, des services publics et une lutte résolue contre les inégalités et les discriminations.
Pour « Ensemble ! », il est plus que jamais d’actualité de mettre sur pied une large coalition qui soit en capacité de mener une intense campagne d’explication et de mobilisation unitaire pour convaincre la majorité de la population qu’on ne combat pas le terrorisme en restreignant nos libertés démocratiques.

On doit, aussi longtemps qu’il le faudra, exprimer dans la rue le refus des mesures que le gouvernement veut continuer à nous imposer. Défendre l’Etat de droit et les libertés démocratiques est un impératif.

Nous appelons donc à participer ce samedi 26 novembre à MONTPELLIER à la Marche contre l’état d’urgence. Départ Plan Cabanes à 15h organisée par l’AG contre l’état d’urgence et les violences d’Etat. Voir affiche et appel ici :
tract_un_an_d_etat_d_urgence.pdf
Affiche-programme

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34