Un journaliste de Midi Libe vole au secours du maire de Sète après ses propos homophobes



Après Raymond Couderc (maire UMP de
Béziers) – voir ici -, c’est
François Commeinhes (maire UMP de Sète) qui s’est illustré par des provocations homophobes (« gays femelles ») – voir ici – contre l’extension
du mariage aux couples homosexuels.
Un journaliste de Midi
Libre est venu à son secours dans les pages Région. 





Un journaliste de Midi Libre vole au secours de Commeinhes

 

Ce vendredi 19 octobre 2012, dans
le cahier Région de l’édition papier c’est à dire disponible sur l’entièreté du
territoire de diffusion de Midi Libre, nous avons en page 2 un article intitulé
« Gays femelles » : face
au tollé, les excuses. »
(NB : ce n’est pas l’article mis en
ligne sur le site du quotidien régional).

A priori rien de surprenant qu’un
journal local s’empare des déclarations homophobes du maire de Sète, mais la
fin de l’article est pour le moins scandaleuse :

« Un emballement
essentiellement parisien ou politicien. Les Sétois , qui connaissent bien
François Commeinhes savent qu’il y a dans les propos tenus par le maire plus de
maladresse que de véritable homophobie 
» 

Tout d’abord l’emballement
parisien, histoire de discréditer les critiques, ensuite la minimisation, alors
que ce maire est tout à fait lucide et tout à fait conscient de ses
déclarations. 

Déclarations qui se situent dans
un contexte bien précis puisqu’elles font suite à celles allant dans le
même sens du maire UMP de Béziers.

Les notables élus de l’UMP ont
décidé de se mobiliser contre l’extension du mariage aux couples du même sexe
en utilisant la grossièreté, le mépris et l’insulte primaire. Les maires de
Béziers et de Sète sont en première ligne.

En parlant de « maladresse » alors que s’exprime
une opinion politique, le journaliste (F. Doré) fait preuve de complicité avec
le pouvoir local. Dans cette situation de bataille politique des élus UMP, il se
met du côté de Commeinhes contre les critiques venues des associations gays,
féministes ou de partis politiques.

Qu’un journaliste écrive ce type
d’article est déjà grave, mais que la direction du journal laisse passer un tel
article, est inquiétant sur l’indépendance et l’éthique de celle-ci.
 

Francis Viguié






Notons
cependant que sur son site,  Midi Libre, n’a pas mis
la même conclusion à l’article qui se termine ainsi : 

François Commeinhes a affirmé qu’en
tant que gynécologue, il connaissait “la question” et que ce n’était
pas des journalistes qui allaient “(lui) apprendre à différencier des
gamètes mâles des femelles”.

Les autres articles sur le même sujet, publiés sur le site internet de Midi
Libre, ne contiennent pas non plus la même indulgence envers les provocations
homophobes.

Voir en ligne :





Le
maire s’excuse : le mot “femelle” n’a “aucune connotation
discriminatoire”







Réactions
en cascade après le dérapage des “gays femelles”






Mariage
gay : “On nous refait le coup des anti-pacs”

 





Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page