Montpellier. Plus d’un millier de personnes au meeting de « La Gauche, la Vraie ! »



Le meeting organisé par le Front de Gauche Montpellier à l’occasion des
municipales a rassemblé environ 1100 personnes au Zénith. Ce chiffre est en deça de celui des précédents meeting du FDG à Montpellier mais c’était sans montée départementale ou régionale. Il est le plus gros des meeetings organisés ici à l’occasion de ces municipales, un encouragement à poursuivre et à intensifier la campagne pour une vraie alternative de gauche ! compte rendu, vidéo, photo, revue de presse ci-dessous



Un millier de personnes au meeting
de « La Gauche, la Vraie ! »

        m2.jpg Le
meeting organisé par le Front de Gauche Montpellier à l’occasion des
municipales a rassemblé environ 1100 personnes au Zénith. La salle, non
désservie par les transports en commun et relativement excentrée n’était
certainement pas la mieux adaptée à un meeting sur les municipales, sans montée
départementale ou régionale. 
m12.jpgL’ambiance a mis quelques temps à se réchauffer du fait de la configuration de la salle qui laisse un
espace vacant très vaste (la fosse) 
entre la tribune et les places assise.
m8.jpg

m3.jpgNéanmoins,
ce meeting du  Front de Gauche est
le plus gros meeting qui ait été organisé sur Montpellier  pour ces municipales. Vincent Peillon,
accompagné de José Bové ont réuni, en soutien à la liste PS-EELV nettement
moins de monde.

videofrancis.pngLe meeting
a débuté par plusieurs interventions thématiques : culture, écoles,
Sanofi (voir ici)… Ensuite, ce fut le tour des représentants de la liste « La
Gauche, la Vraie ». Roger Moncharmont pour le PCF était acompagné de Hind
et Marjolaine qui ont parlé plus particulièrement de la situation dans les
quartiers populaires, de la jeunesse, et des inégalités homme-femmes. Francis
Viguié, pour Ensemble !  et comme élu sortant, a fait un bilan
critique de la politique de la majorité sortante. (voir la vidéo). 

m9.jpg

Enfin Muriel
Ressiguier, tête de liste, a présenté notre programme municipal.

m10.jpgEnsuite,
la parole fut donnée aux représentants nationaux des composantes du Front de
Gauche : Myriam Martin (voir la vidéo), pour Ensemble !, Olivier Dartigolles pour le
PCF et Jean Luc Mélanchon pour le PG. m13.jpg

 Un village militant était également
organisé avec la présence de nombreuses associations et collectifs.

Une soirée qui nous encourage à poursuivre et à intensifier la campagne pour une vraie alternative de Gauche sur Montpellier. 

m6.jpg m5.jpg  m4.jpg m1.jpg 

 m7.jpg


Article de l’Hérault du Jour, Rémy Cougnenc





Mélenchon
galvanise le Front de gauche à Montpellier

Venu mercredi 19
février au Zénith soutenir la liste «
La gauche, la vraie» au cours d’un meeting, le co-président du PG a fustigé les
socialistes d’ici.

Quand
Jean-Luc Mélenchon vient à Montpellier, il ne fait jamais le voyage pour rien.
En 2012 au Parc des expositions, Sarkozy avait eu les oreilles qui sifflent.
Mercredi soir au Zénith, à l’occasion du meeting de soutien à la liste Front de
gauche conduite par Muriel Ressiguier (PG), Roger Moncharmont (PCF) et Francis
Viguié (Ensemble), les socialistes en ont pris pour leur grade.

Des
deux listes “issues du PS” (celle de Jean-Pierre Moure et celle de
l’ex-dissident et désormais exclu Philippe Saurel), “il y en a une qui ne
vous donne pas soif et l’autre pas faim” tacle Mélenchon qui, au-delà des
“sondages improbables”, met quiconque au défi de trouver un
“électeur socialiste pétaradant”. “Georges Frêche avait réussi,
avec une méthode que je désapprouve, une synthèse politique dans cette région.
Elle était devenue de plus en plus improbable et elle est morte avec lui. Le
grand arbre est tombé à Montpellier” lâche, peu avant le meeting, devant
la presse, le co-président du Parti de gauche.

Et
le tribun de moquer les postulants qui, dans la “cohue”, “se
tirent la bourre d’un héritage bâclé”. “Le costume est trop grand
pour vous. Vous êtes des nains politiques. Il n’existe pas de tenue d’homme
disponible à votre taille. Maintenant c’est une femme” lance-t-il en se
tournant vers la tête de liste Muriel Ressiguier dont il vante les qualités.
“Une syndicaliste de la sécurité sociale, proche des gens. Pas une
créature du système qui n’en finit plus d’agoniser ici”.

A
ses côtés, Myriam Martin (Ensemble) qui se présente à Toulouse, abonde.
“Face au vent mauvais de l’extrême droite, du racisme qui se cache dans la
manif’ pour tous, (…) à cette faune fasciste qui relève la tête, je suis venue
apporter tout mon soutien à une liste qui veut redonner de l’espoir en nos
valeurs qui placent l’humain d’abord”, expose Myriam Martin.

Écoeurée
par le pacte de responsabilité “pro-Medef”, l’ancienne porte-parole
du NPA, depuis 2012 membre de la Gauche anticapitaliste (composante d’Ensemble,
le 3e pilier du Front de gauche), appelle les forces de gauche à “résister
aux politiques d’austérité” en portant un “projet
alternatif”.Chose possible, assure-t-elle, à Montpellier, où le Front de
gauche présente un “visage uni”.

Au
PCF local, où quatre élus ont décidé de repartir avec la liste du PS en dépit
d’un vote massif Front de gauche des adhérents communistes, Roger Moncharmont
met les choses au point avant même l’arrivée d’Olivier Dartigolles. “On ne
peut pas rafistoler un contrat politique vieux de 30 ans alors qu’autour de
nous, tout a changé”.

Et
J-L. Mélenchon de prévenir les déformations opportunes. “Aux municipales
en France, il n’y a pas de listes Parti de gauche ou PCF. Il n’y a que des
listes Front de gauche”. A Montpellier, il promet qu’elle n’est pas là
pour “témoigner” ou “faire un score” mais pour
“diriger la ville”.

Rémy Cougnenc

.


Partager :
Gauche écosocialiste 34