L’explosion de Marcoule : un mort, un avertissement !

13_09_11_HdJ_Marcoule_1.jpg

Dossier de L’Hérault du Jour (13 septembre 2011)

Suite à l’accident survenu hier sur le site nucléaire de
Marcoule, le réseau Sortir du Nucléaire 34 appelle à un
rassemblement le plus large possible :

Mardi 13
septembre
à 18h30, Place de
la Comédie à Montpellier

Le NPA 34 et sa commission Ecologie appellent à ce rassemblement

15 septembre : A Marcoule, le temps du deuil et des enquêtes (Midi Libre)

14 septembre : Explosion à Marcoule – Témoignage exclusif : “Le corps de mon père est toujours dans le hangar” (Midi Libre) / Face à face : faut-il sortir du nucléaire ? (Midi Libre)

13 septembre : Les mesures
indépendantes réalisées par le Collectif antinucléaire de Vaucluse
(CAN84) indiquent à 15h30 un taux de radioactivité 10 fois supérieur à
la mesure quotidienne sur Avignon et 4 fois supérieure au pied du
Ventoux. (Coordination antinucléaire Sud-est)

.

.

.

.

.

15 septembre : A Marcoule, le temps du deuil et des enquêtes (Midi Libre)

14 09 11 : Explosion à Marcoule – Témoignage exclusif : “Le corps de mon père est toujours dans le hangar” (Midi Libre)

Explosion à Marcoule : la grande famille des pompiers touchée (Midi Libre)

Face à face : faut-il sortir du nucléaire ? (Midi Libre)

13 septembre : Les mesures
indépendantes réalisées par le Collectif antinucléaire de Vaucluse
(CAN84) indiquent à 15h30 un taux de radioactivité 10 fois supérieur à
la mesure quotidienne sur Avignon et 4 fois supérieure au pied du
Ventoux. (Coordination antinucléaire Sud-est)
. Article : Incident nucléaire à Marcoule : au moins 1 mort, des blessés et des radiations

.13_09_11_HdJ_Marcoule_2.jpg

13_09_11_HdJ_Marcoule_3.jpg

13_09_11_HdJ_Marcoule_8.jpg

13_09_11_HdJ_Marcoule_6.jpg

13_09_11_HdJ_Marcoule_7.jpg

13_09_11_HdJ_Marcoule_9.jpg

Explosion à Marcoule : ouverture d’une information judiciaire contre X (Midi Libre)

Le grand brûlé dans l’explosion de Marcoule transféré à Paris (Midi Libre)

MARCOULE. L’accident est survenu après une intervention humaine (NouvelObs)

A lire aussi

Accident nucléaire à Marcoule : mobilisation !

“Quand l’employé d’un sous-traitant de Marcoule a été blessé et
hospitalisé. Ni le président de la Cli, ni le maire de Bagnols, ni
l’hôpital n’ont été alertés par l’exploitant de Marcoule. Enfin,
seulement 36 heures après. Cela ne nous a pas plu du tout, il y a encore
des progrès à faire.” (Midi Libre du 16 juin 2011)

Le site de Marcoule, “berceau de l’industrie nucléaire du retraitement” (Le Monde)

Marcoule, capitale explosive de l’industrie nucléaire française (Basta !)

Extrait de Explosion à Marcoule: l’usine Centraco avait été épinglée par l’ASN (Mediapart, article réservé aux abonnés)

L’accident semble plutôt appartenir au registre des accidents
industriels «classiques». Ce qui n’en diminue aucunement la gravité,
d’autant que l’usine Centraco ne semble pas avoir été au-dessus de tout
reproche en ce qui concerne la culture de sûreté et la maintenance des
équipements.

Elle a en effet été épinglée à plusieurs reprises par l’ASN,
le « gendarme du nucléaire ». Le 25 mai 2011, lors d’un essai visant à
tester les détecteurs d’incendie, un dysfonctionnement a entraîné la
perte de l’alarme d’incendie de l’unité d’incinération, incident classé
au niveau 1 sur l’échelle INES de gravité des événements nucléaires. Le
15 août 2010, une défaillance de l’alimentation électrique a arrêté le
système de contrôle des rejets gazeux à la cheminée, incident également
classé au niveau 1. Le 26 novembre 2008, un audit de surveillance
interne a révélé que les détecteurs d’incendie n’étaient pas contrôlés
tous les six mois comme ils auraient dû l’être, ce qui a encore été
considéré comme un événement de niveau 1. Enfin, une inspection du 7
octobre 2005, entièrement consacrée à la question du risque incendie, a
constaté diverses «anomalies» et «écarts notables» :
nombre insuffisant de dosimètres pour les équipes d’intervention en cas
d’incendie ; entreposage de fûts de plastique dans un local ne disposant
pas de détection automatique d’incendie ; présence de liquide
inflammable à côté d’un poste de soudage, etc.

Bien sûr, ces anomalies ont en principe été éliminées, et les
incidents de 2008, 2010 et 2011 n’ont probablement aucun rapport avec
l’accident du 12 septembre. Il n’en reste pas moins qu’ils traduisent
des lacunes dans la sécurité incendie de Centraco.

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page