La Lettre Electronique du NPA Béziers (n°6)

CAPITALISME : BÉZIERS, POUR COUDERC LES COMMERÇ ANTS SONT RESPONSABLES DU BIDE DES TICKETS GRATUITS

RÉVOLUTION : LES EFFLUVES DE LA RÉVOLUTION TUNISIENNE SENTENT LE JASMIN JUSQU’ Á BÉZIERS

ANTICAPITALISME : ENSEIGNEMENT, UN DÉBUT DE RIPOSTE S’ ENCLENCHE

ANTICAPITALISME : LA CARTE SÉCURITAIRE TOMBE DES MAINS DE SARKO ET ABOUD

ANTICAPITALISME : BÉZIERS , GRÈVE Á LA SOBAT ET Á LA CP3M DANS LA ZONE INDUSTRIELLE DU CAPISCOL


………………………………….

CAPITALISME : BÉZIERS, POUR COUDERC LES COMMERÇ ANTS SONT RESPONSABLES DU BIDE DES TICKETS GRATUITS

Dans une logique que l’on peut maintenant qualifier de couderienne, le sénateur maire président de l’agglomération vient d’indiquer que les commerçants du centre ville étaient responsables du bide des tickets de parking gratuit ( heures de parking offertes pour des achats en centre ville ).

Avec Coudec c’est toujours la faute à quelqu’un d’autre quand les choses ne se passent pas comme il le souhaite. Aprés l’insee, Pôle Emploi, la revue Capital, la région, le département … voilà donc les commerçants du centre ville accusés de saboter une opération municipale. Nous passerons rapidement sur les conditions de lancement de l’opération décidée à la va-vite pour amoindrir la concurrence du nouveau centre commercial Polygone. Pour nous concentrer sur le raisonnement coudérien.

Raymond 1er avait prévu 48 000 tickets de stationnement offerts aux clients du centre ville. Seulement 25 000 ont été achetés par les commerçants et seuls 3500 ont été utilisés soit un taux de 14 % !

Du coup Raymond 1er s’étonne et houspille les commerçants accusés : << de ne pas jouer le jeu ... >>.

Pour le NPA le jeu de l’ump c’est de faire diversion sur le centre ville. le jeu de l’ump c’est d’acheter des places de parking à vinci avec nos impôts. Ce jeu est pipé car les commerçants n’ont pas de clients et les clients n’ont plus d’argent.

Pour le npa le jeu de l’UMP c’est le Monopoly, ils ont racheté le Polygone et ils ont vendu le centre ville.

Ce jeu là ce n’est pas le notre !

RÉVOLUTION : LES EFFLUVES DE LA RÉVOLUTION TUNISIENNE SENTENT LE JASMIN JUSQU’ Á BÉZIERS

Si l’on reconnaît une révolution aux changements opérés à une échelle de masse, c’est bel et bien une révolution qui est en train de se dérouler en Tunisie, puisque ses effets se font sentir dans la communauté tunisienne biterroise.

Nous apprenons ainsi que le régime du dictateur Ben Ali étendait ses ramifications jusqu’à Béziers :

  • vote pour les dernières présidentielles avec des enveloppes transparentes pour surveiller la couleur du bulletin ( rouge vif pour Ben Ali!),
  • délation organisée pour signaler les suspects qui critiquaient le régime,
  • risque qu’au pays les papiers soient retirés et qu’on aille en garde à vue pendant le séjour,
  • obligation d’être encarté au parti présidentiel le RCD pour 300 Tunisiens du Biterrois pour obtenir passeport, carte 26 / 26, carte consulaire,

Face à ce passif et face aux critiques dont il est l’objet, l’ancien président démissionné de l’association France / Tunisie Mouldi Berrima tente de se disculper en disant : << travailler avec le pouvoir en place ne veut pas dire pour ... >>.

Nous au NPA nous pensons que chaque régime autoritaire a des serviteurs zélés et des serviteurs discrets. S’ils ne torturent pas tous, ils participent au processus qui instaure la torture. C’est ce que nous appelons la collaboration de classe.

ANTICAPITALISME : ENSEIGNEMENT, UN DÉBUT DE RIPOSTE S’ ENCLENCHE

16 000 suppressions de postes prévues à la rentrée 2011 pour 61 900 élèves de plus, 21 000 postes supprimés en 2010, 13 500 en 2009, c’est un véritable plan d’austérité à la grecque que subit l’Education Nationale. Une journée de grève cette semaine a posé les premiers jalons d’une riposte nécessaire. Dans l’Hérault comme ailleurs la pilule est amère ! 709 élèves en plus dans le premier degré pour 28 postes supprimés, 623 élèves supplémentaires dans le deuxième degré pour 23 postes supprimés.

Face à cette karchérisation de l’Education Nationale nous, au NPA, nous nous félicitons que les métiers de l’enseignement se mobilisent.

Au niveau local c’est le cas au collège Fabre de Bédarieux, touché lui aussi par la dotation horaire globalisée ( DGH ), l’arme de destruction massive du ministère et de l’inspection académique. En jeu à Bédarieux, 4 postes de profs en moins, des élèves en augmentation, une perte de 17 % des postes et une baisse de 10 % des moyens horaires.

C’est aussi le cas au collège Bert de Capestang où, pour les mêmes raisons, les personnels ont fait grève.

C’est aussi le cas aux collèges Aubrac et Krafft de Béziers.

Aprés Olonzac et Henri 4 c’est donc les collèges de tout l’ouest héraultais qui, un à un, se mobilisent. Le prochain objectif c’est la centralisation du mouvement !

ANTICAPITALISME : LA CARTE SÉCURITAIRE TOMBE DES MAINS DE SARKO ET ABOUD

Des CRS qui font la grève de la faim, des policiers qui manifestent devant leur commissariat, les personnels des tribunaux qui se mobilisent … ça sentait bon l’Egypte et la Tunisie la semaine dernière dans les ministères de l’Intérieur et de la Justice. Au tribunal de Béziers les personnels ont participé comme dans quasiment tout l’hexagone à la grève des audiences avec, à la clé, le renvoi des affaires civiles et pénales non urgentes. Le début de la mutinerie est provoqué par le délinquant antisocial de l’Elysée et par sa tentative de récupération d’un tragique fait divers. Ce coup-ci, fiasco total pour le clone de Le Pen, toutes les corporations judiciaires et policières lui retournent les coupes sombres opérées dans leurs services. Victimes d’un sous-effectif endémique, elles refusent de porter le chapeau sécuritaire. Bilan une quasi grève générale dans la justice !

Au niveau local le député Aboud, dans un rôle de pompier,tente d’éteindre l’incendie qui gagne la majorité municipale et ses élus avocats ( le conseil de l’ordre des avocats tenu par l’UMP a voté une motion de soutien au mouvement en cours ).

Dans une lettre ouverte aux magistrats Aboud donne dans la sémantique et tente de distinguer : << populisme et bon sens populaire ... >> pour empêcher que sa base électorale et militante décroche de l’UMP.

Nous au NPA nous nous félicitons que les professions des ministères de l’Intérieur et de la Justice fassent tomber les cartes sécuritaires des mains de Sarko et Aboud. Celles qu’ils utilisent avec le FN, le Bloc Identitaire et la Ligue du Midi comme récemment sur Nissan pour Aboud avec le fait divers  » Galinier « .

ANTICAPITALISME : BÉZIERS , GRÈVE Á LA SOBAT ET Á LA CP3M DANS LA ZONE INDUSTRIELLE DU CAPISCOL

Une vingtaine de salariés de ces deux entreprises de métallerie sont en grève depuis jeudi, la grève est reconduite lundi 14 février.

A l’origine du conflit il y a la volonté d’imposer des négociations salariales et d’obtenir le respect des employeurs. Pour Laurent Martrat et Stéphane Meyer, délégués CGT, la Sobat ( 40 salariés ) et la CP3M ( 10 salariés ) c’est une seule et même boîte.

La première est dirigée par le père, la seconde par le fils. La famille des entrepreneurs ( les Cauquil ) ne veut pas de la fusion car, en passant la barre des 50 salariés, la même boîte serait soumise à des contraintes sociales ( Comité d’Entreprise par exemple ). Pourtant tout est pareil entre Sobat et CP3M : les locaux, la production, les secrétaires, les tenues de service.

Côté salaire c’est SMIC et tais- toi et bosse pour pas cher longtemps ( 22 ans d’ancienneté, 1350 euros / mois ) avec des arnaques à la clè du style payé en retard.

Une délégation du NPA est venue apporter le soutien de notre parti aux grévistes.

Lundi 14 et mardi 15 février des actions de soutien sont proposées sur la zone industrielle par l’UL CGT.

Pour le NPA la logique capitaliste adore les tandems père / fils : les Sarko, les Moubarack, les Cauquil … leur capacité à se répartir le pouvoir en famille comme au bon vieux 19ème siècle. A la Sobat et à la CP3M c’est aussi cette logique-là qui est à combattre.

………………………………..

La Lettre Electronique du NPA Béziers (n°5)

………………………

Pour contacter le NPA biterrois: nathalie.vial@neuf.fr

Pour notre hebdo départemental, Motivées, nous avons deux points de diffusion sur Béziers : (4 n° par point)

Le tabac/presse de la Devèze, derrière la Poste et le tabac/presse « La fraîcheur » face au Trésor Public de l’Iranget.

Pour notre hebdo national, Tout est à nous (TEAN), après la presse de Auchan, la presse de l’Intermarché, près de la cave coopérative de Béziers, a reçu ses premiers numéros (7 exemplaires)

Pour développer notre presse, nous invitons nos sympathisants et nos militants à se fournir sur ces lieux.

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page