Compte rendu du conseil municipal de Montpellier du 26/03/12

Anne Rose Levan et Francis Viguié (élu-e-s NPA-FASE) font le compte rendu du dernier conseil municipal. Il se félicitent de la prise de position du Front de Gauche de Montpellier contre la délégation au privée d’une crèche, pourtant soutenue par les élus PCF. 



COMPTE RENDU du CONSEIL MUNICIPAL du 26 MARS 2012.

 

Les jours précédents ce conseil
nous nous étions mobilisés pour construire une opposition forte au projet de
mise en délégation de service public de la nouvelle crèche J. Baker. Il y a un
an, la majorité municipale avait voté le principe politique d’une mise en
délégation, le conseil de ce lundi devait désigner le délégataire, c’est à dire
l’entreprise devant en assurer la gestion.

Il y a un an, nous avions réalisé
une mobilisation unitaire significative, cette année, cette mobilisation s’est
encore élargie. Le communiqué de presse, résumant la position des opposants à
la mise en délégation, a été signé par ATTAC, Eau Secours, Solidaires, SUD CT,
FSU, NPA, FASE et Front de Gauche (PCF Montpellier, PG…). Le fait que le Front
de Gauche et le PCF Montpellier refusent la décision de la majorité municipale,
alors que les élus PCF soutiennent le projet de passage en délégation, est
extrêmement positif. Souvenons nous que c’est une adjointe PCF qui a présenté
le projet de délégation au privé et aussi que parmi les élus se trouve le
secrétaire fédéral de l’Hérault, la prise de position du PCF Montpellier est
tout sauf anodine.

 

Voici le communiqué :

      GARDER LA CRECHE J. BAKER
DANS LE CADRE DU SERVICE PUBLIC
 

Lors du Conseil Municipal du 7 Février 2011, la
majorité municipale avait voté la mise en délégation de service public de la
future crèche J. Baker et nous avions alors fermement condamné cette forme de
privatisation.

Nous voulons réaffirmer aujourd’hui notre
position commune. En effet, lors du prochain conseil municipal ce lundi 26 mars
2012 les élus sont appelés à voter sur une proposition de délégataire, c’est à
dire sur le choix de l’entreprise à laquelle sera confié le fonctionnement et
la gestion du nouvel établissement. Il s’agit de la dernière étape du
renoncement de la Mairie à faire valoir les compétences de notre service public
municipal de la Petite Enfance et à assumer ses prérogatives pour la crèche J.
Baker.

Pour justifier ce choix, il nous est difficile de
croire au principal argument avancé selon lequel il ne serait pas possible de
trouver le personnel qualifié désireux de travailler à Montpellier. Mais alors
pourquoi cela serait-il devenu possible pour une entreprise, un organisme privé
ou associatif ? Et va-t-on nous resservir le même argument pour les futures
crèches?

Nous en appelons aux parents, associations,
organisations syndicales, partis politiques pour manifester leur opposition à
l’orientation politique choisie par la majorité municipale.

 Nous
refusons de voir nos bébés, nos enfants devenir des objets de profit. Un
accueil de qualité dans le cadre du service public doit être possible pour tout
enfant. Nous refusons la marchandisation de ce besoin fondamental.

Face à la politique gouvernementale de casse du
service public, c’est sur un autre plan que doit se mener la bataille politique
pour obtenir les moyens financiers et humains nécessaires et envisager
sereinement le devenir des futures crèches à Montpellier.

Pour la garantie d’un accueil de qualité,
accessible à tous dans le cadre d’un grand Service Public de le Petite Enfance,
nous demandons aux élus de revenir sur leur choix et de manifester par leur
vote leur opposition à la délégation de service public pour la crèche J. Baker.

Montpellier le 22 Mars 2012.

 Signataires : ATTAC – Eau Secours 34 – FSU –
SOLIDAIRES – SUD CT – NPA – FASE – FRONT DE GAUCHE ( PCF Montpellier, PG, GU)

Anne Rose et moi-même avons tenu
une conférence de presse le jeudi 22 mars dans le hall de la Mairie. La presse
locale en a bien rendu compte avec un article dans Midi Libre, Hérault du Jour
et 20 minutes. Cette conférence de presse, quelques jours avant le conseil
municipal, avait pour but d’informer largement sur ce grave précédent tournant
le dos à un service public de la petite enfance. Dans ce compte-rendu, nous y
reviendrons pour le vote. 

La délibération 1 portait sur la création d’un Conseil Consultatif
des Résidents Etrangers.

Je suis intervenu sur le fond du
débat politique rappelant que chaque élection présidentielle la question de
l’immigration était utilisée par la droite pour diviser, jouer sur les peurs et
draguer les électeurs du FN. Changer vraiment suppose l’égalité des droits, le
droit de vote et une conception politique qui ne conditionne pas la citoyenneté
à la nationalité. Il y a autour de 40 000 résidents étrangers à Montpellier,
certains d’entre eux votent déjà (les membres de l’UE) aux élections locales et
il y a pas pour nous la même « communauté de destins » entre les
habitant-es de Montpellier quelques soit leur origine. Nous souhaitons et
agissons pour que Sarkozy dégage, nous votons lors de ce conseil la mise en
place de ce conseil tout en souhaitant qu’il soit dépassé après la victoire
d’un candidat de gauche à la Présidentielle.

Seule l’UMP a voté contre.

Pendant ce débat, de la tribune
du public, un groupe du Front de Gauche a interpellé la majorité sur la
possibilité d’utiliser les salles des Maisons Pour Tous pour y tenir des
réunions politiques. Mandroux ne les laissera pas s’exprimer et de demandera
leur expulsion.

 Anne Rose exprimera notre soutien à leur demande de salles mais
Mandroux lui a coupé le micro.

La délibération 4 concernait le projet d’urbanisation du stade du
père Prévost
. Il a été longuement présenté par M. Delafosse pour l’aspect
urbanistique (un projet d’immeuble avec un terrain de foot en synthétique en
accès scolaire, associatif et grand public avec des locaux pour l’association
sportive et en accord avec le club de foot de Lunaret) et par P. Vignal pour
l’aspect sportif. Personne n’est intervenu sur ce dossier.

 Pas convaincus, nous
nous sommes abstenus.

 La délibération 5 concernait les taux d’imposition.

Je suis intervenu pour rappeler
que j’avais voté contre le budget de la majorité municipale, les taux
d’imposition découlent directement des choix budgétaires sans reprendre
l’ensemble des décisions. Le vote politique se fait au moment du vote du budget
et de ses priorités sociales.

Nous n’avons pas participé au
vote sur cet aspect partiel de mise en musique du budget.

La délibération 6 concernait l’adhésion de la ville au Club France
Rio+20
.

 Les questions écologiques prenant une dimension de plus en
plus importante, la ville souhaite une convention avec le « club France
Rio+20 ». pour donner une dimension nouvelle au développement durable. Je suis intervenu sur les limites
d’une démarche strictement institutionnelle. Ainsi, la prochaine conférence des
Nations Unis sur le développement durable qui se déroulera du 4 au 6 juin 2012
verra aussi se tenir un «Contre-sommet des peuples pour la justice sociale et
environnementale ». Durant deux –décennies, le manque d’actions pour
lutter contre l’injustice sociale et environnementale ont déçu les espoirs et
discrédité l’ONU. Pour les organisateurs du contre sommet, le thème choisi
« économie verte » est jugé insatisfaisant pour affronter la crise
planétaire causée par les modes de production et de consommation capitaliste.
Ils lancent un appel « Venez réinventer le monde ». Il nous semble
décisif de prendre en compte les mouvements sociaux et leurs luttes.

Avec Anne Rose nous nous sommes
abstenus sur ce vote

Nous n’avons pas voté la délibération 13 qui propose la mise
à disposition de locaux pour le Centre de Loisirs des Jeunes de La Paillade
animé par la Police Nationale. Nous vous en laissons devenir la raison.

 Nous n’avons pas voté non plus la délibération 16. Elle concerne des
subventions, l’une d’elle attribue 20 000 euros à la Chambre de Commerce et de
l’industrie. Nous avons demandé des précisions sur cette subvention sachant que
les subventions aux compagnies d’aviation « low cost » passent par la
CCI. Nous n’avons pas eu de réponse orale en conseil mais l’engagement d’une
réponse écrite.

La délibération 22 concernait la réfection des revêtements de la
place de la Comédie
. Il s’agit tout de même de la somme de 474 000 euros. Je suis intervenu pour indiquer
qu’une réfection avait été faite il y a peu. Une des raisons du cassage des
dalles est la transformation en espace commercial à ciel ouvert de la Comédie.
Cette occupation permanente de la Comédie est insupportable, de plus le montage
des stands et leur stabilisation avec des charges lourdes est une des raisons
principales du cassage des dalles. Il faut laisser  la place centrale comme espace ouvert et non commercial. Fleurence a répondu que la
majorité comptait réduire l’activité commerciale sur la Comédie.

 La délibération 40 concernait la mise en délégation de la crèche J.
Baker
.

Levita a présenté le projet.
Insistant peu sur ce qui jusqu’à présent était l’argument essentiel, c’est à
dire la difficulté du recrutement, il a vanté les vertus du Mutualisme. Le
délégataire étant la Mutualité Française tout est devenu merveilleux.

Je suis intervenu principalement
autour de 2 idées : le service public de la petite enfance et les
réactions au précédent proposé.

Concernant le service public de
la petite enfance, il nous semble essentiel que cette dimension soit au centre
de toute collectivité, qu’elle en fasse une priorité, qu’elle soit maître de
ses choix. Nous ne croyons pas un instant aux difficultés de recrutement.
Comment croire qu’il est impossible de recruter comme fonctionnaire à
Montpellier une puéricultrice, des aides puéricultrices et des CAP petite
enfance ? Pourquoi Montpellier n’y arrive pas quand dans le même temps
Aniane ou Grabels municipalisent leurs crèches et ont même plus de demandes que
de postes à proposer ? Pourquoi le privé trouverait des candidatures et
pas le public ? La raison n’est pas là. Il s’agit tout simplement d’une forme
de social libéralisme considérant qu’un délégataire privé fait l’affaire.

Dans le conseil municipal, notre
position est très minoritaire mais les conseillers de gauche devrait regarder
la réalité et l’appréciation sur leur décision. Côté syndical, lors du Comité
Technique Paritaire de la Mairie la CGT, la CFDT, l’UNSA ont voté contre, FO
s’est abstenu, la FSU et Solidaires ont signé le communiqué de presse refusant
la mise en délégation, l’essentiel du mouvement syndical est contre votre
décision. Côté politique, le NPA, la FASE, le Front de Gauche (PCF Montpellier,
le PG) ont pris position ensemble .

La majorité municipale donne un
signe supplémentaire après la fin de la gratuité de la première du soir, de la
mise en délégation lors d’un vote à l’Agglo des services funéraires de Grammont
d’une logique où la délégation devient la norme. Le bien commun et le service
public sont pour nous des choix politiques majeurs.

Si nous sommes intervenu une
fois, les différents groupes de la majorité plus les prétendants à un avenir
qu’ils jugent brillants sont intervenus contre nous. La Mutualité était
tellement parfaite que l’on peut même se demander pourquoi la majorité ne l’a
pas fait plus tôt.C’était le grand argument, la Mutualité ce n’est pas le
privé. La délégation est pour 3 ans, qui remplacera la Mutualité après ?
Quelle garantie que le prochain délégataire ne sera pas totalement privé ?
Les réactions et le vote des élus PC et Verts étaient attendus. Pour les élus
PC, qui visiblement n’ont rien à faire de la section PC de Montpellier et du
front de Gauche, il n’y a pas de problème majeur et ont donc voté pour. Ils ont
soutenu le discours ridicule du Ps sur le manque de personnel, Michel Passet a
même précisé qu’il fallait du temps pour trouver du personnel formé ! Les
Verts ont repris l’argumentation habituelle sociale libérale sur le service
public où l’important est les missions et les valeurs peu importe le statut de
celui qui l’exerce . Argumentation qui a servi à bien des privatisations comme
celle de La Poste. Cette DSP est une porte ouverte vers une privatisation des
crèches et derrière les beaux discours, il y a une logique implacable que l’on
a déjà vu à l’œuvre à France Telecom ou à La Poste.

Avec Anne Rose, nous avons été
les seuls à voter contre. Thines du PRG s’est abstenu.

 A l’occasion de la délibération 51 qui traitait de
l’utilisation des Maisons Pour Tous

Anne Rose est intervenu pour demander la
mise à disposition de salles dans les quartiers pour y tenir des réunions
politiques. Une fois de plus, la majorité a opposé son refus.

Nous avons voté contre la délibération 53. Il s’agissait de
travaux pour la nouvelle mairie, ces travaux s’élèvent à plus de 7 M d’euros
hors taxe !

La délibération 55 concernait le bilan du Plan local d’Urbanisme. Je suis intervenu pour modérer le
satisfecit de la majorité. Il est vrai qu’il y a quasiment 22 % de logements
sociaux à Montpellier mais le nombre de demande en attente se compte par
milliers. La raison est double. Nous sommes dans une région au fort taux
de chômage, une région de bas salaires où donc les prétendants au logement
social représentent la majorité de la population et de plus les loyers dans le
privé sont hauts. La deuxième raison tient au fait que le taux de logement
social dans les villes de l’Agglo est très bas. Pour cette raison, bon nombre
de personnes se sont éloignées de la ville et aujourd’hui explosent leur budget
automobile. C’est aussi une des raisons des embouteillages à l’entrée de la
ville. La construction de plus de logements sociaux doit être une priorité pour
Montpellier et dans l’Agglo.

Nous sommes aussi inquiets du
développement vers le sud de la ville . Le doublement de l’A9, la nouvelle gare
TGV et les projets immobiliers autour remettent en question la bande verte du
littoral.

 La délibération 99 désignait les 5 membres de la commission de
contrôle des délégataires de service public. Nous avons considéré qu’il était
important d’avoir l’ensemble des dossiers et de pouvoir les étudier. Par
exemple, la question de l’eau va arriver bientôt avec une décision à prendre
sur le maintien de Veolia ou la Régie publique. Francis est titulaire et Anne
Rose suppléante.

 Nous avons voté le vœu de défense
de la langue occitane et le soutien à la manifestation à Toulouse du 31 mars
2012.

Ce fut la première fois en 4 ans
que j’entendais une intervention de l’élu MRC, une intervention contre les
langues régionales !

Jeudi 29 Mars 2012

 Anne Rose Le Van conseillère
municipale FASE

Francis Viguié conseiller
municipal NPA

 

 listelcrCual.jpeg

Cliquer sur l’article ci-dessous pour lire le compte rendu du Midi-Libre

creche_JB189.jpg


 

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page