Francis Viguié : déclaration et premières impressions lors du conseil municipal du 20 mars à Montpellier.

Francis Viguié, membre de la LCR, employé au centre de tri postal, représentant la liste soutenue par la LCR, les Collectifs Anti-Libéraux et Montpellier Tous Ensemble, livre ci-dessous ses premières impressions de nouvel élu après le conseil municipal de ce matin, 21 mars.

Le premier conseil municipal s’est tenu ce matin à 10h.

Tout d’abord l’entrée dans la salle est filtrée. Dedans, je peux tout de suite constater, que comme dirait l’autre, nous ne nageons pas comme un poisson dans l’eau. Les notables sont là plus les familles des élu(e)s de la majorité. Une salle acquise au PS pour aller à l’essentiel

Serge Fleurence (PS), doyen de l’assemblée (mais à l’avenir radieux) préside la séance.
Il y a une estrade avec des micros, nous sommes assez éloignés (salle des rencontres) et sans micro.
je passe sur son discours sinon pour indiquer qu’il ne souhaite pas  » transformer le conseil municipal en AG permanente de la Sorbonne en mai 68″ et que Mandroux sera « la première dame de France » vu qu’elle est la femme dirigeant une des villes les plus importantes.

« TIRER PLUS VITE QUE SON OMBRE  »

Serge Fleurence demande qui est candidat(e) au poste de Maire.
Max Levita (PS) prend la parole pour présenter Mandroux.
Domergue (UMP) prend la parole pour reparler de sa campagne, du droit de l’opposition et indiquer qu’il n’est pas candidat.
Roumegas (VERTS) prend la parole indiquant que toute la gauche n’est pas sur la liste Mandroux, qu’ils ont préféré l’alliance avec le Modem plutôt qu’avec les Verts et qu’ils ne voteront pas pour Mandroux
Je prends la parole et lit la déclaration ci-dessous.
J’avais auparavant distribuée cette déclaration à la presse ne sachant pas trop comment cela aller se passer.
Dans ma déclaration orale j’ai rajouté que nous voterions en fonction des sujets, pour quand ça va dans le bon sens, contre si nous jugeons négativement le projet.

Fleurence a aussitôt indiqué que les prises de paroles étaient pour les candidats au poste de Maire. C’est à dire que dans leur esprit nous n’aurions pas du prendre la parole.

BIZARRE

Le résultat est énoncé par Fleurence de la manière suivante : votants 61, nuls 14, Mandroux 47

Pour eux, un vote contre ou une abstention sont un vote nul !!
J’ai voté contre, les Verts se sont abstenus, nous l’avons inscrit sur notre bulletin de vote. Un vote contre ou une abstention sont des votes exprimés et non des votes nuls.
Pour la presse présente dans la salle, il y a donc 14 nuls.

ETONNANT
Mandroux prend alors la parole et se lance dans un grand discours. Elle remercie tous les nouveaux élus PS des communes environnantes. Tous présents dans la salle, ils renvoient leur salut.
Elle remercie Frêche pour son soutien et le soutien de la Région, elle remercie Vézinhet, elle remercie même Navarro…. mais pas un mot pour les autres composantes de sa liste

RETOUR A LA DURE REALITE
Au milieu de son discours, la pauvreté à Montpellier s’invite au conseil municipal. Une femme interrompt Mandroux et s’installe avec son chien au pied de la tribune.

NOMBRE D’ADJOINTS : 24

Mandroux devenue depuis son élection présidente de séance annonce leur décision de nommer 24 adjoints. S’appuyant sur les textes légaux, elle indique qu’il y aura 24 adjoints dont 6 pour les quartiers.
A peine fini de présenter, elle demande un vote à main levée. Evidemment les pour sont très majoritaires et pour la forme elle continue le vote.
Ce nombre de 24 mérite pourtant quelques remarques. Comment voter pour 24 sans savoir ce que ces gens vont faire ? Comment savoir s’ils seront vraiment utiles ou s’il s’agit de remercier par un poste des amis ou des alliés ? Ces questions sont sérieuses vu qu’il s’agit de l’argent public. De plus 24 adjoints pour 47 conseillers c’est plus de la moitié des élus de la majorité en poste d’adjoint !

LA PARITE A BON DOS
Sans attendre, nous passons aux heureux élu(e)s.
Nous allons voter à liste bloquée pour soit disant garantir la parité !!!
La liste des adjoints est la suivante :
n°1 serge Fleurence ( le système Frêche est bien en place), n°2 Michel Passet (PC) (Liberti, candidat PC qui aurait pu regagner Sète mais torpillé par Frèche apprécira), n°3 Dufour (la droite aux postes de commande), n°4 Touchon, n° 5 Levita, n° 6 Fourteau, n° 7 Thines (PRG), n°8 Souche, n° 9 Saurel, n° 10 Bouillé, n° 11 Prunier (PC), n°12 Vignal, n° 13 Boniface, n°14 Dombre coste, n° 15 Tsitonis (modem), n° 16 Castre, n° 17 Beccaria, n° 18 Danan, n° 19 Delafosse, n° 20 Ben Ouargha, n° 21 Benezech, n° 22 Gely, n° 23 Couvert, n° 24 Qvistgaard
Donc , 2 pour le PC et 2 pour le Modem.
Rappel, les 6 derniers sont censés être les responsables des quartiers

Le vote a lieu à bulletin secret :
61 votants, 15 nuls et 46 voix pour les élu(e)s. Un membre de la majorité s’est abstenu ou a voté contre.
J’ai voté contre, les Verts aussi.

LE CONSEIL MUNICIPAL EST UN SPORT DE COMBAT

Premier constat, le débat démocratique n’était pas prévu.
Si nous n’avions pas pris la parole au départ en raison d’une candidature possible, nous n’aurions eu aucune opportunité de prendre la parole.
Prochain conseil municipal le Mercredi 2 avril à 18h.

Francis Viguié

« Montpellier écologique, social, vraiment à gauche »

(CUAL, LCR, MTE)

DECLARATION A L’OCCASION DU PREMIER CONSEIL MUNICIPAL (Francis Viguié)

Nous nous félicitons de l’échec électoral des listes du parti de Sarkozy. Cette sanction légitime est le fruit des attaques contre l’ensemble de nos droits sociaux.
Il faut maintenant transformer la victoire électorale en victoire sociale.
Sur le pouvoir d’achat, le service public et en particulier l’école, l’emploi, les libertés…. Nous devons opposer un front social de gauche aux contre – réformes du gouvernement. Déjà, dès le 29 Mars, nous serons dans la rue pour défendre nos retraites.

A Montpellier, nous continuerons à nous mobiliser pour les questions essentielles posées durant notre campagne : pour la re-municipalisation de l’eau, pour un véritable droit au logement y compris par la réquisition des logements vides, pour l’amélioration des transports en commun et l’ouverture d’un débat sur leur gratuité, pour en finir avec la précarité, pour maintenir une ceinture verte, pour ouvrir une Maison de la Méditerranée et réaliser de nouveaux jumelages.

Beaucoup de dossiers clés sont aujourd’hui entre les mains de l’Agglomération. Ces transferts de compétences se font sans transparence, ni légitimité démocratique. Nous sommes pour une élection des représentants à l’Agglomération au suffrage universel et à la proportionnelle.
Toute la transparence doit être faite sur le projet de Communauté Urbaine. Rien ne peut se faire sans l’accord des populations concernées. Nous ne pouvons que rejeter un projet à marche forcée consacrant la concurrence entre les régions et entassant 1 million de personnes.

L’alliance du PS avec un parti de Droite, le Modem, réalisée à l’occasion de cette élection et réaffirmée au quotidien dans la presse locale, tourne le dos à la gauche. Nous ne pouvons ni être dans cette majorité, ni la soutenir en votant pour elle.

Dans les mobilisations et au Conseil Municipal, nous porterons un même projet alternatif au libéralisme et au capitalisme : la satisfaction des besoins sociaux.

Francis Viguié
Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page