Par Francis Viguié : compte rendu du conseil municipal du 02 avril 2008

Ci-dessous, le compte rendu du second conseil municipal de Montpellier auquel a participé Francis Viguié, élu de la liste « Montpellier Vraiment à Gauche. »
Ci-dessous aussi un lien vers les comptes-rendus du conseil municipal fait par Michel Raymond, élu de la liste« A Gauche Toute ! » à Saint Gély du Fesc.

Vous pouvez lire les compte-rendus des conseils municpaux de Saint Gély du Fesc en cliquant sur ce lien.

CONSEIL MUNICIPAL DE MONTPELIER du 02 avril 2008, par Francis Viguié.

Ce conseil aura été marqué par dexu débats essentiels : le premier sur les suppressions de postes dans l’éducation nationale et le deuxième sur le pluralisme, la proportionnelle et la représentation des minorités.

La majorité municipale a présenté un voeu contre les suppressions de postes dans les établissements scolaires.
À ce texte, qui, après un constat que nous partagions, se terminait par « le Conseil municipal dénonce cette réalité brutale et apporte son soutien aux familles, aux enseignants et à l’ensemble des personnels », .
Nous avions considéré en secrétariat de la liste qu’il fallait aller un peu plus que simplement « soutenir »
Nous avons proposé un amendement qui, à la suite de la phrase citée plus haut, disait  » Nous serons à leur côté et mettrons tout en oeuvre pour le maintien de tous les postes et l’amélioration du service public d’éducation. »
Domergue est intervenu pour l’UMP. son argumentation : il y a des suppressions, mais il y a aussi des créations, tout dépend de la démographie. Vous n’écoutez que les syndicats !
Je suis intervenu après lui pour présenter notre amendement.
Mon argumentation : même à Montpellier, (lutte de Las Cases), l’école est un enjeu majeur au vu de la politique du gouvernement, notre conseil doit être avec celles et ceux qui luttent, leur donner des moyens et agir avec eux pour gagner
Passet, du PC, est intervenu en défense du voeu déposé
Thines du PRG idem
F. Prunier est intervenu pour dire que les enseignants concernés par des fermetures de postes se retrouvaient samedi au marché de la Paillade
Mandroux a conclu le débat, répondu aux interventions, accepté d’intégrer notre amendement.
Nous avons voté le voeu.

Nous sommes ensuite passés aux votes des Commissions.
La majorité a décidé de constituer 20 commissions.
Elles sont à la proportionnelle mais étant donné le nombre de places, notre groupe technique de 5 élus ne peut jamais avoir un(e) élu(e).
Nous avons présenté un(e) candidat(e) dans plusieurs d’entre elles.
Je me suis présenté aux commissions « rénovation urbaine et logement social » et « droit au logement. service municipal de la caution ».
Les 5 voix de notre groupe technique n’ont pas permis que je sois élu.
Je me suis présenté aussi pour la commission « Emploi, insertion par l’économie… » En effet, cette commission, deuxième priorité de Mandroux (dixit elle même) est confiée à … Dufour du Modem. J’ai pu faire une intervention pour expliquer ma présentation.

Il est quand même incroyable de confier la commission emploi à un homme de droite et de plus un « licencieur ».
J’ai fait une intervention en direction des élus de gauche du conseil sur le thème « au moment où la droite veut déréglementer le travail, banaliser le licenciement, flexibiliser encore plus le travail, désigner Marc Dufour comme responsable de cette commission est un signe en direction du medef local et de tous les patrons voulant en découdre avec les droits des salariés…. »

Mandroux a fini par me dire que je faisais des attaques personnelles.
Au final, je n’ai reçu que les 5 voix de notre groupe et il y a eu 4 abstentions.
Au bilan, l’UMP avec 9 élus a un siège dans les commissions et nous aucun siège.

Nous sommes ensuite passés à un vote important, celui de la délégation à l’Agglo.

Petit rappel, l’Agglo de Montpellier est de 90, la ville de Montpellier a 45 délégués.
Suite du petit rappel : la majorité de Mtp a 47 conseillers sur 61.
Lors de la campagne, nous avons indiqué que l’agglo devait être élue au scrutin direct et proportionnel suite à un débat public.
Sur ces bases proportionnelles, si nous prenons notre résultat au deuxième tour nous devrions avoir 8 sièges, si nous prenons notre représentation au conseil 5 sièges.
Pour notre groupe, J. L. Roumegas est intervenu pour expliquer les enjeux de l’Agglo suite à de nombreux transferts de compétences (budget agglo 637 M d’euros, Mtp 412 M d’euros) et surtout le pluralisme et la démocratie.
La loi permet de prendre les 45 sièges par la majorité mais des villes comme Caen, Rennes, Clermont Fd… représentent les minorités du conseil.
Le geste démocratique et pluraliste n’est pas venu, Mandroux a expliqué qu’elle était pour que l’Agglo soit élue au suffrage universel mais qu’en attendant elle appliquait ce que lui permettait la loi et que donc elle prenait les 45 sièges.
Passet est intervenu pour dire qu’il fallait voter au Parlement l’amendement du PC instituant un vote au suffrage universel pour les agglos et communautés. Comme cet amendement a été minoritaire, ils prennent les 45 sièges !!!!
La Droite a joué la musique de l’ouverture et devant le refus de Mandroux n’a présenté personne pour l’Agglo.
De notre côté, face aux 45 de la majorité municipale, nous avons présenté notre liste de 5. Nous avons eu 5 voix.

Deux remarques :
pour les Commissions ou pour la délégation à l’Agglo, la majorité municipale a décidé de fonctionner seule en niant le vote à gauche d’une fraction significative de la population. Ce qui n’est pas le cas dans toutes les villes.
Si nous voulons un débat public sur les enjeux de la grande agglo nous devrons construire la mobilisation. Les affaires vont être lancées dès la prochaine réunion de l’agglo.
Je vais considérer que cette majorité a le sens de l’humour en désignant Marc Dufour comme représentant de la ville à l’Aéroport de Montpellier !! ….

Nous avions commencé à 18h, tous les votes étaient à bulletin secret.
A partir de 22h, nous sommes passés à des votes à main levée. En moins d’une heure, nous avons fait plus de 60 votes. Il faut dire qu’avec une majorité de 47 sur 61, les votes ne sont même pas comptés. Après la levée des majoritaires, Mandroux dit « adopté » et ensuite vous pouvez voter contre, abstention ou même ne pas voter on est déjà en train de passer au vote suivant… merveilles de la démocratie!

Il est à noter que c’est à ce rythme que nous avons voté lé taux d’imposition de la ville ou les indemnités des élus. Il faudra attendre le budget pour avoir un vrai débat.

Les prochains conseils municipaux sont : le 24 avril, le 4 juin,

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page