Solidarité avec les Antilles rassemblement vendredi 18 h préfecture

Depuis 1 mois les guadeloupéens se mobilisent. Le gouvernement tergiverse, ne répond à aucune revendication, et voudrait voir la situation dégénérer.
Les Antillais ont besoin de toute notre solidarité. nos revendications sont semblables. le NPA a pris des initiatives :
envoi d’un communiqué de presse ; proposition aux organisations de gauche d’un communiqué unitaire avec rassemblement vendredi 20 février à 18 h devant la Préfecture. (et samedi 21 à 14h30 sur le parvis de la mairie de béziers;)
Donc rendez-vous à tous et toutes vendredi 18h préfecture
Ci dessous : le communiqué NPA
le projet de communiqué unitaire
un texte de Valia qui réagit à la situation

Mercredi 18 février 2009
Communiqué NPA34

Marée rouge aux Antilles

Une marée rouge envahit les îles Caraïbes face aux pirates capitalistes. Les rues explosent d’hommes et de femmes chaque jour plus nombreux, plus motivés, plus efficaces pour tenter de regagner une existence décente, qui ne soit plus assujettie au patronat. Patronat local et gouvernement sarkoziste qui se renvoient la balle et refusent l’augmentation des salaires de 200 euros. La vie chère pour l’immense majorité des peuples guadeloupéens et martiniquais et les super-profits pour les quelques familles qui régentent la vie économique : c’est la réalité sociale contre laquelle ces deux peuples se mobilisent, de même qu’à la Réunion et en Guyane ! Le NPA condamne l’escalade de la violence que vient de franchir le gouvernement de François Fillon en Guadeloupe et renouvelle son soutien à la coalition LKP, aux grévistes et au peuple de Guadeloupe.

Il s’agit bien de lutter contre un capitalisme affamant, désespérant et privant chacun de sa dignité la plus légitime. Les revendications du peuple antillais sont donc identiques à celles des travailleurs français ! Emboitons le pas à nos lointains concitoyens. Ne les laissons pas seuls pour repêcher des droits sociaux universels

Le NPA 34 propose aux syndicats et partis politiques de gauche l’organisation à Montpellier d’une solidarité concrète et rapide…

Projet de communiqué unitaire

Solidarité Antilles
Depuis un mois, les travailleurs de Guadeloupe sont en grève générale unitaire et illimitée. La grève générale s’étend à la Martinique, à la Guyane et à la Réunion. Les populations se battent contre la vie chère, les bas salaires, les licenciements et le chômage, pour leur dignité. Leur combat est le nôtre, il est exemplaire.
Après le succès des grandes mobilisations du 29 janvier et avant celle du 19 mars, nous devons apporter toute notre solidarité aux Guadeloupéens, Martiniquais , Guyanais et Réunionnais qui proclament avec la même force que ce n’est pas au peuple de payer la crise !

Les organisations soussignées, pour marquer leur solidarité, appellent à un rassemblement vendredi 20 février à 18 heures devant la Préfecture de l’Hérault

AC ! agir contre le chomage, Attac , NPA 34 , PCF, PG, Cuals34, Sud education ….

Le site suivant
informe sur la réalité de la situation antillaise sans intox patronale. Il est en lien avec une télé locale libre et …remontée.
http://collectif5fevrier.blogspot.com/


Texte de Valia

MARÉE ROUGE AUX CARAIBES !

LES ANTILLAIS COMMENCERAIENT-ILS LA REVOLUTION SANS NOUS ?

Poussés, non plus par les vents Alizés mais par un sentiment de révolte puisé loin dans leur histoire et tout près dans leur quotidien, nos concitoyens d’outre-mer ont donné un top départ fulgurant et sans précédent.

Une marée rouge envahit les îles Caraïbes, très vite structurée par un collectif « multicartes » garantissant la démocratie des volontés, l’organisation du ravitaillement pour ne pas nuire aux individus, la cohésion du peuple ainsi que la cohérence des positions face aux pirates capitalistes.

Les rues explosent d’hommes et de femmes chaque jour plus nombreux, plus motivés, plus efficaces pour tenter de regagner une existence décente, qui ne soit plus assujettie au patronat.

Car ne nous leurrons pas : Si les principaux médias nous présentent un conflit racial compte tenu de la prééminence des descendants colonialistes dans la
« monarchie économique » martiniquaise notamment, il s’agit bien ici de lutter contre un capitalisme affamant, désespérant et privant chacun de sa dignité la plus légitime.

Les revendications du peuple antillais sont donc identiques à celles du peuple entier !

Comprenons cet aspect sans attendre et emboitons le pas à nos lointains concitoyens. Ne les laissons pas seuls pour repêcher des droits universels ! Enfilons nos bottes et trempons-les dans une grande marée historique. Le capital nous réclame nos chemises ? Mettons-lui nos camisoles !

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page