Solidarité Antilles


Environ deux cents personnes ont manifesté ce samedi 28 février à Montpellier en solidarité avec la lutte dans les Antilles. Ce rassemblement a été initié par des associations des DOM TOM. Le NPA ainsi que d’autres organisations politiques et syndicales avaient appelé à se joindre à cette initiative.
Photos et compte rendu ci-dessous.

Sur la place du marché aux fleurs les associations DOM TOM ont pris la parole puis un cortège s’est rendu depuis la préfecture jusqu’à la comédie.
La semaine dernière, le NPA 34 avait été à l’origine d’une première manifestation : voir ici

Article de Midi Libre Édition du dimanche 1 mars 2009 par Guy TRUBUI
Social « Ce mouvement des Antilles va arriver jusqu’ici »

200 personnes ont dit hier qu’elles étaient solidaires des grévistes de la Guadeloupe
et de la Martinique »Soutien aux compatriotes des Dom-Tom ». Derrière la banderole déployée sur la place de la préfecture environ 200 personnes se sont rassemblées pour dire leur solidarité avec la grève observée notamment en Guadeloupe.
Il y a une semaine, une mobilisation équivalente s’était formée à l’appel des partis de gauche et d’extrême gauche. Hier, le NPA, le PC et le PS appelaient également au rassemblement initié par l’association Solidarité Dom-Tom.
Les Antillais de métropole soutiennent-ils totalement la grève en cours ? « Oui. Elle est menée par des hommes et des femmes de tous les bords politiques. Les questions posées sont fortes. Ce mouvement finira d’ailleurs par arriver en France », répond Rémy Vere, le président de l’association installée à La Paillade.
La communauté des Antillais vivant dans l’Hérault est évaluée à 5 000 personnes, dont beaucoup d’étudiants qui, dans leur majorité, partagent les remarques exprimées notamment par le collectif LKP. « On est tous, ici comme là-bas, confrontés à des problèmes de vie chère. Ce sont vraiment des revendications sociales, pas d’indépendance comme on l’entend », reprend Yvan Nosbé, le responsable de la confédération syndicale des familles dans l’Hérault. Une précision reprise à son compte par une jeune participante, très applaudie lors des prises de paroles : « L’Outremer ne veut pas l’indépendance. Mais soit nous sommes français à part entière, soit on a droit à un statut particulier. » Vu de Montpellier, la dureté du conflit et sa longueur, particulièrement en Guadeloupe, sont considérées comme le « prix à payer » d’un bon accord. « Pour trouver une vraie stabilité et vivre dans ce département comme on vit ici, dans l’Hérault », soutient Rémy Vere.

Communiqué Antilles du NPA 34

Solidarité Antilles rassemblement samedi

Des organisations antillaises Solidarité Dom-Tom, CSF 34, Karakwela, Racin’, La Case appellent tous les ultramarins et tous ceux qui se sentent concernés à se rassembler14 H30 A Montpellier, Place du Marché aux Fleurs, devant la Préfecture.
Le NPA 34 soutient cette initiative et appelle à y participer.
Le NPA se réjouit d’une première avancée que constitue l’ accord signé en Guadeloupe pour une augmentation des bas salaires ; mais seuls 15 à 17.000 salariés sur 85.000 sont concernés à ce stade en raison de l’absence du Medef et d’autres organisations patronales ; la grève générale se poursuit car tout n’est pas réglé dit le LKP  » dont « la baisse des prix de première nécessité, de l’eau et des transports ». Et le lutte des travailleurs Martiniquais a besoin de tout notre appui.
Les revendications du peuple antillais sont identiques à celles des travailleurs français pour l’augmentation des salaires, contre la vie chère et le chômage ! Emboitons le pas à nos concitoyens d’outre mer. Préparons nous aussi la grève générale.
Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page