Montpellier : création d’un Collectif pour la convergence des luttes

Prochaine initiative : LA SANTE EST UN DROIT ET NON UNE MARCHANDISE !

Rassemblement devant l’entrée extérieure des CHU Lapeyronie A. deVilleneuve
LUNDI 11 MAI de 12h à 14H

Le NPA soutient et participe à ce collectif.

Création d’un Collectif pour la convergence des luttes

Les mobilisations massives du 29 janvier, du 19 mars et les manifestations du 1er mai qui ont reçu l’appui très majoritaire de la population, ont montré le discrédit des politiques libérales.
Alors que se développe devant nos yeux une des plus profondes crise écologique et sociale du capitalisme, le gouvernement confirme les suppressions massives d’emplois, force la marche vers la privatisation des services publics (santé, enseignement, poste…), refuse de s’opposer aux licenciements, détourne l’argent public au profit de quelques spéculateurs et ne met même pas œuvre les timides mesures du Grenelle de l’environnement.
Il est urgent de s’unir pour réagir !
C’est pourquoi il nous faut aujourd’hui construire les éléments d’une convergence des luttes encore trop éclatées autour d’un cahier de revendications communes capable de démultiplier la force du mouvement, de mettre en œuvre des moyens d’action, de rendre possible une volonté commune, un « Tous ensemble » durable capable de faire reculer le pouvoir.

Partout des mouvements existent et expriment une volonté d’un mieux vivre ensemble :

Par une autre répartition des richesses :
-pas un salaire ni une retraite sous les 1500 euros net par mois ; 300 euros net tout de suite d’augmentation des salaires et des minima sociaux.
-fixation d’un revenu maximum
-blocage des prix des produits de première nécessité, contrôle des prix par la population y compris des coûts des loyers

Pour des services publics de qualité, accessibles à tous et partout :
L’eau, les transports, la santé, l’éducation, l’énergie, les communications, le logement… sont des biens communs. Leur accès doit être totalement garanti sous le contrôle de la population.
-non à la marchandisation générale du monde
-retrait de la loi Bachelot sur l’hôpital, suppression des franchises médicales
-pour une éducation gratuite, solidaire et émancipatrice.

Pour de vrais emplois, de vrais statuts :
-arrêt des contrats précaires et du temps partiel imposé
-interdiction des licenciements
-réduction du temps de travail : travailler moins, travailler mieux pour travailler tous !

Pour la fin des politiques répressives et la criminalisation de tous, pauvres, jeunes, sans papiers
-arrêt de la chasse aux sans papiers et de la chasse au faciès
-fermeture des centres de rétention
-fin de toutes les formes de fichage.

Militant-e-s du mouvement associatif, social (comité de mobilisation de l’UM2, UM 3, collectif de sans papiers…) de syndicats (Solidaires, FSU, CGT…), d’organisations politiques (CUAL, NPA…) nous avons lancé ce collectif de convergence des luttes, ouvertes à toutes et à tous, dans le but de développer tous les moyens de solidarité et d’appui aux luttes, de proposer un lieu de débats, de mise en commun de toutes les expériences et d’actions.

POUR GAGNER ENFIN ! Construisons une réponse collective à la hauteur des coups portés au quotidien contre chacun –e de nous !

L’exemple de la santé
La loi « Hôpital, patients, santé et territoire », dite BACHELOT, après l’Assemblée Nationale revient en discussion au Sénat ce 11 Mai. Les personnels et médecins des hôpitaux ont organisé le 28 avril une manifestation nationale pour demander le retrait de ce projet de loi.
Ce projet concerne aussi les malades et l’ensemble des citoyens. Comme les attaques contre l’assurance maladie, il s’agit d’une remise en cause générale des services publics, de la notion de solidarité, de réduire les dépenses de santé en général en diminuant celles prises en charge par la collectivité
Ces attaques se fondent sur la même logique et emploient le même argumentaire que pour la réforme des retraites, en envisageant la protection sociale comme un simple problème comptable.
En fait il s’agit d’un véritable choix de société : ou bien un recul inégalitaire par la domination de la logique financière privée, ou bien la santé pour toutes et pour tous par la solidarité sociale .
Les Etats Unis sont un exemple de ce qui pourrait arriver. C’est le pays où les dépenses de santé sont le plus élevées (16%du PIB) où plus de 40 millions de personnes ne peuvent disposer d’aucune protection sociale et où les indicateurs sanitaires sont catastrophiques.
Parmi les mesures prévues par ce projet de loi, celles de « la coopération entre professionnels » qui masque le glissement des tâches des médecins vers les infirmiers, des infirmiers vers les aides soignants, etc. Le renforcement du pouvoir du directeur se fera quant à lui au détriment des espaces de délibération et de l’expression des personnels et des citoyens. Par ailleurs, après les « franchises », la réforme du régime des Affections Longue Durée restée dans les tiroirs en l’été 2008, devrait en sortir. Elle alourdira la facture pour les plus malades. Sans oublier la recherche livrée aux industries pharmaceutiques.

Personnels de santé, usagers nous sommes tous concernés par cette loi ; disons-le haut et fort :

LA SANTE EST UN DROIT ET NON UNE MARCHANDISE !

Rassemblement devant l’entrée extérieure des CHU Lapeyronie A. deVilleneuve
LUNDI 11 MAI de 12h à 14H

Prochaine réunion du collectif de convergence des luttes,
JEUDI 14 MAI à 20h
A la CIMADE, 28 rue du Faubourg Boutonnet

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page