TARNAC …11 Novembre 2008…

Julien Coupat septième mois de détention !

Sabotons le « train-train »
On ne compte plus les indignations, les réactions, les articles dans la presse alternatives, sur les blogs, dans les quotidiens nationaux, les émissions de radios, la soixantaine de comités de soutien en France et à l’étranger , les tracts, les banderoles, les manifs, même un comble : un syndicat policier a demandé la libération immédiate de J. Coupat (SUD Intérieur) et déjà un livre est sorti « Le coup de Tarnac » (Marcel Gay).

Terrorisme !
A ce stade il y a une chose, moi, qui me terrorise, c’est l’absurdité et l’entêtement du parquet, c’est l’inconsistance des charges, la présomption d’innocence bafouée et cet acharnement stupide à l’encontre de J. Coupat le chef présumé d’une cellule terroriste si dangereuse qu’on a relâché ses 8 complices. Ce qui me terrorise moi, c’est la présomption de culpabilité à l’encontre d’individus politiquement ciblés. Ce qui me terrorise moi, ce sont les motivations de ceux qui mettent en branle une justice d’exception pour qualifier d’actes terroristes des dégradations matérielles pour peu que celles et ceux ( suspectés ) de les avoirs commis soient des « alternatifs » qui pensent, écrivent, manifestent et vivent autrement.
Au bout de sept mois je m’interroge, n’arrivent-ils pas à trouver de preuves … parce qu’il n’y en a pas ou ne sont-ils pas encore arrivés à les fabriquer ?
La seule chose sabotée dans cette affaire : c’est l’enquête
Souvenons-nous, le 19 décembre 2008, un juge des libertés et de la détention (depuis lors introuvable) avait ordonné sa libération, en estimant  » que dans ce dossier, toutes les personnes mises en examen ont été placées sous contrôle judiciaire (…), que Julien Coupat a été interrogé (…), que la détention provisoire de l’intéressé n’apparaît pas aujourd’hui indispensable à la manifestation de la vérité (…), qu’il offre toutes garanties de représentation, qu’au surplus, il n’a jamais été condamné ». C’était compter sans l’acharnement désespéré d’un parquet mis à mal ». (Irène Terrel -avocate- dans Le Monde 28/04)
et comme le précise Marcel Gay : « L’enquête de police a été parasitée. Il y a eu quatre sabotages dans la nuit du 7 au 8 novembre. Or, cette nuit-là, le couple Coupat-Lévy est pisté par deux policiers. Pourtant, ils ne les voient pas poser de fer à béton [?]. Par ailleurs, pourquoi ne recherche-t-on pas les équipes impliquées dans les trois autres sabotages ? »
Septième mois de détention, plusieurs demandes de liberté déposées mais à ce jour (13 Mai) toujours rejetées !!! et pourtant : « La personne mise en examen, présumée innocente, reste libre » (article 137 du code de procédure pénale).
Alors : Contre le bruit des bottes … et le silence des pantoufles !…
Sabotons le « train-train »

*Gérard – comité Pic Saint Loup

Vous êtes les bienvenuEs Tous les mardis soir place J. Jaurès à Montpellier rassemblement 18 à 19h – pétition et infos :
www.soutien11novembre.org

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page