Massacres du 17 octobre 1961, initiatives de France-El Djazaïr en Languedoc Roussillon

Des dépôts de gerbes et des prises de parole auront lieu Mercredi 17 octobre 2007 à 18h. :
ALES, Entrée du Fort Vauban.
MONTPELLIER, Statue de Jean Jaurès.
NÎMES, Monument aux Martyrs de la Résistance.

France-El Djazaïr

17 octobre 1961 : Massacre à Paris.

Automne 1961, la guerre d’Algérie dure depuis près de sept ans. Chacun sait que, quels que soient les résultats sur le terrain militaire, la France a politiquement perdu cette guerre. Le peuple algérien et les anticolonialistes l’ont emporté, et même si les négociations traînent l’Algérie sera bientôt indépendante.

Pourtant, en France, la répression contre les militants du FLN ne faiblit pas et la lutte entre les équipes du FLN et la police française prend une tournure très violente surtout à Paris.

Le Préfet de Police de Paris Maurice Papon, qui avait fait ses classes à la Préfecture de Bordeaux pendant l’occupation, puis à Constantine veut casser la structure du FLN en France. Avec l’accord du gouvernement, il décide de mettre en place un véritable couvre feu pour les français d’origine algérienne, en leur interdisant de circuler entre 20h30 et 5h30 du matin. La Fédération de France du FLN appelle les Algériens de Paris et de sa banlieue refuser le couvre feu en manifestant pacifiquement en famille le 7 octobre. Ce soir-là, environ 40.000 hommes, femmes et enfants, venus des quartiers populaires et des bidonvilles, en particulier de celui de Nanterre, bravent l’interdiction. La réaction de la police est d’une extrême brutalité. Combien de morts ? Officiellement, seulement deux parmi les manifestants ainsi que deux policiers blessés par balle. En réalité, aucun policier ne fut blessé par arme à feu, mais il y eut de 150 à 200 morts et peut-être plus parmi les manifestants, tués par balle, matraqués à mort ou jetés à la Seine. Jamais la police française ne s’était livrée à de telles exactions sur le territoire national. Malgré les pressions sur la presse, la vérité d’abord camouflée finira par apparaître, en particulier grâce au document publié par un « groupe de policiers démocrates ».

Dès sa création l’association France-El Djazaïr a tenu à commémorer ce tragique épisode de notre histoire et à rendre hommage aux victimes.

Cette année encore….

Des dépôts de gerbes et des prises de parole auront lieu Mercredi 17 octobre 2007 à 18h. :

ALES, Entrée du Fort Vauban.

MONTPELLIER, Statue de Jean Jaurès.

NÎMES, Monument aux Martyrs de la Résistance.

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page