Agglo de Montpellier : campagne du NPA pour la gratuité des transports urbains.

En Languedoc-Roussillon, les transports par voitures et camions sont responsables de 58 % des
émissions des Gaz à Effet de Serre (GES) et les embouteillages ne manquent pas qui aggravent le problème !

Le NPA propose la gratuité des transports en commun de proximité

Midi Libre a fait un article sur ces propositions du NPA

Lire ici ou plus bas l’article de Midi Libre : Montpellier. Transports Le NPA s’engouffre dans le débat de la circulation

télécharger le tract en pdf

Le NPA en campagne pour la gratuité des transports urbains

Les comités NPA de l’agglo de Montpellier entament une campagne pour la gratuité des transports urbains.
Ils distribuent ce mardi 15 décembre aux carrefours embouteillés de Montpellier, (et ca ne manque pas), un tract ( ci joint) arguments à l’appui pour des transports publics gratuits et bien adaptés aux besoins de la population. Le NPA sera donc au carrefour Agropolis à 8 heures, rue St louis à 17 h et à la gare à 17h30 et souhaite ouvrir le débat avec les automobilistes et la population…

En Languedoc-Roussillon, les transports par voitures et camions sont responsables de 58 % des émissions des Gaz à Effet de Serre (GES) et les embouteillages ne manquent pas qui aggravent le problème !
La lutte contre le réchauffement climatique impose donc d’agir pour réduire la circulation automobile surtout dans les centres urbains. L’incitation à changer de comportement individuel n’est efficace que si les alternatives sont réelles et accessibles à tous. C’est pourquoi nous proposons de développer massivement les transports publics, gratuits, de proximité et de qualité.
Ouvrons le débat
Le NPA défend la gratuité pour des raisons sociales et écologiques. On nous rétorque que c’est impossible, même les Verts sont contre. Or Burquin, président PS du Conseil général des PO a instauré les déplacements dans tout le département au tarif de 1€. La fréquentation des bus a été multipliée par 9. Bravo.
Partout où des villes ( comme Compiègne ) ont adopté cette mesure, la fréquentation a été en forte hausse.
A l’inverse, la Tam à Montpellier vient encore d’augmenter ses tarifs !
Allez les élus, ouvrez au moins le débat, la gratuité est nécessaire et possible si on veut limiter l’utilisation de la voiture..

COMMUNIQUE DE LA COMMISSION ECOLOGIE DU NPA 34

Quelle politique de transports pour la ville ?
Une réponse claire : la gratuité

Les Verts sont à contresens ! Les propositions des Verts pour «faciliter l’accès en ville » comme le titre Midi libre dans son édition du mercredi 16 décembre, laissent perplexe. Il faudrait faire un « double sens » du tunnel » ? (sous la Comédie on suppose) tout cela pour «faciliter l’accès aux parkings» ? Il faudrait «casser la rotation des voitures autour du centre » ? C’est des automobiles dont on parle ? Pour mieux les faire circuler ?
Le NPA a des propositions exactement inverses ! Il faut dissuader un maximum de voitures d’entrer en ville. Il faut créer des parkings, oui, mais dans la grande périphérie de Montpellier. Pourquoi ? Justement pour que les automobilistes puissent y laisser leurs voitures (gratuitement) et prendre des moyens de transports alternatifs.
Il faut des pistes cyclables, sécurisées, continues et sur tous les axes et il faut des parcs à velo à côté des parkings.
Mais il faut surtout que l’on puisse prendre des transports publics – tram et bus- facilement bien reliés à ces parkings. Pour la circulation dans le grand centre ville montpelliérain, nous proposons d’élargir le réseau de transport public avec des mini bus, nombreux, fréquents et non polluants. Ce choix alternatif à la voiture en ville ne doit pas grever le budget des ménages.
Le NPA défend la gratuité des services publics de transports urbains pour des raisons sociales et écologiques. Partout où des villes (Aubagne, Chateauroux, Bar le Duc, Vitré, Hendaye, Compiègne, Gap …) ont adopté cette mesure, la fréquentation a été en forte hausse et la circulation automobile diminuée d’autant.
A l’inverse, la Tam à Montpellier vient encore d’augmenter ses tarifs !
Et les Verts contournent le problème avec la proposition de chèque « écomobilité » donné par les commerçants à leurs clients eux-mêmes subventionnés par la ville.
Allez les élus, Mandroux, Vézinhet, Fréche et Roumégas, ouvrez au moins le débat, la gratuité est nécessaire et possible si on veut limiter l’utilisation de la voiture en ville … et pas en faciliter l’accès

.

MIDI LIBRE MONTPELLIER

Édition du vendredi 18 décembre 2009
Montpellier. Transports Le NPA s’engouffre dans le débat de la circulation (Gil LORFÈVRE)

« Les Verts sont à contresens. Leurs propositions pour faciliter l’accès en ville laissent perplexe. » Le NPA ne prend pas de gants quand il s’agit de tacler leurs collègues Verts qui, en début de semaine, ont fait plusieurs propositions concernant la circulation en centre-ville qui, selon leurs dires, a sérieusement besoin d’être décongestionnée (lire Midi Libre du 16 décembre).
« Notre vision est totalement inverse, déclare le Nouveau parti anticapitaliste. Il faut dissuader un maximum de voitures d’entrée en centre-ville. » Pour cela et contrairement à ce que proposent les Verts, qui se disent favorables à la mise en place de doubles sens de circulation permettant un meilleur accès aux parkings, il faut créer des espaces de stationnement dans la grande périphérie de Montpellier. « Cela permettrait aux automobilistes d’y laisser leurs voitures gratuitement et de prendre des moyens de transports alternatifs. » Un mode de déplacement qui entraîne évidemment un développement du réseau des transports publics. Ce qui est actuellement le cas à Montpellier.
En revanche, là où le bât blesse pour le NPA, c’est au niveau de l’aspect financier lié au fonctionnement des réseaux. « Nous défendons la gratuité des services publics de transports urbains pour des raisons sociales et écologiques. Partout où des villes ont adopté cette mesure, les fréquentations ont été en forte hausse et la circulation a diminué d’autant ! » Plus qu’une troisième – voire une quatrième – ligne de tramway, le NPA propose d’étoffer également le réseau de transport avec la mise en circulation de mini-bus, « nombreux, fréquents et non polluants. »
Là où tout de même, le parti de Francis Viguié rejoint les Verts, c’est sur le développement des pistes cyclables. « Elles doivent être sécurisées, continues, donnant accès à des parcs à vélos à côté des parkings. » Bref, la circulation et la pollution en centre-ville sont aujourd’hui au coeur d’un débat qui s’annonce riche et volontaire où d’ores et déjà se profilent nombre de propositions de qualité. Reste maintenant à ce qu’elles soient entendues par les responsables des collectivités, les mêmes qui étaient, il y a encore quelques jours, à Copenhague pour parler sauvegarde de la planète.
Gratuité Depuis la mi-décembre, une campagne est entamée à l’initiative des comités NPA de l’Agglo en faveur de la gratuité des transports publics. Il y a quelques jours, les militants se sont relayés pour distribuer des tracts et ouvrir le débat avec les citoyens : « Les entreprises en Ile de France ou ailleurs financent déjà une part significative puisqu’elles peuvent rembourser jusqu’à la moitié du billet annuel (avec le plan déplacement entreprise) et c’est là une priorité sociale qui doit être prise en charge à l’échelle du gouvernement, de toutes les collectivités comme sur d’autres sujets. L’école est gratuite, un certain nombre de choses sont gratuites, nous considérons que les transports publics doivent l’être aussi. »

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page