CONSEIL MUNICIPAL du 14 DECEMBRE 09

Compte-rendu par Francis Viguié du conseil municipal de Montpellier du 14 décembre. Au menu : la question de l’eau, le budget proposé par la majorité PS-MODEM-PCF, les délégations de service public sur les parkings, la Palestine…

Ce conseil a commencé à 16h en raison du repas de la Majorité faisant suite à notre réunion.
La majorité municipale par la voix de ses présidents du PS, du PC et du Modem avait refusé l’inscription à l’ordre du jour d’un vœu pour la mise en place d’un service public de l’eau sous forme de gestion en régie directe.
IL s’agissait d’émettre un vote du conseil sur la base des préconisations de la Mission Eau. Lors du conseil Municipal, le groupe Verts NPA CUAL a demandé l’inscription du vote de notre vœu à l’ordre du jour. Mandroux s’y est refusée considérant que l’engagement des présidents des groupes de la majorité suffisait. La vérité est bien autre, Mandroux n’a aucune garantie d’avoir une majorité dans sa propre majorité, les « frêchistes » étant majoritaires.

Le premier point abordé était des plus importants vu qu’il s’agissait du Débat d’Orientation Budgétaire 2010. Le budget fixe les grands choix et les priorités pour une année.
Lors de la présentation, H. Mandroux a indiqué que la population totale de Montpellier fin 2007 était de 257 092 habitants. L’Agglomération devrait franchir la barre des 450 000 en 2010 et devenir, selon la notion nouvelle, une « métropole ».
Levita a lourdement insisté sur les projets actuels de Sarkozy indiquant qu’aucune collectivité n’est capable de prévoir vu les conséquences de la suppression de la Taxe Professionnelle.
Sur ce débat, les groupes sont intervenus PC, Modem, PRG, UMP, Verts et moi même.
L’UMP a défendu le gouvernement puis l’ensemble du groupe a quitté le conseil municipal pour aller inaugurer la permanence de Couderc.
Les Verts ont centré leur intervention sur l’absence totale de toutes les questions écologiques (isolation habitat, photovoltaïque, cantine bio, étalement urbain, réduction à 30 km/h..)
Le Pc après des remarques contre le gouvernement a indiqué qu’il se retrouvait dans ce projet de budget.
Pour ma part, j’ai commencé par les contre réformes de Sarkozy et l’absence de tout projet de mobilisation, de construction de rapports de forces par la majorité actuelle et en particulier le PS.
Nous savons bien qu’au final quelqu’un paiera et sans mobilisation ce sera les habitants et les ménages. En 2009, face au désengagement de l’Etat qu’as t on vu ? La hausse significative des impôts, des transports et des cantines. Il ne suffit pas de critiquer le gouvernement dans le vase clos du conseil municipal. Si nous ne voulons pas que la population paye, soit par la hausse des impôts ou par une réduction des services publics de proximité, il faut sans attendre construire des mobilisations contre les mauvais coups du gouvernement.
Le projet de fond de la majorité municipale est l’urbanisation et l’augmentation de la population.
Les projets de ZAC se multiplient et pourtant plus de 55 OOO habitants de Montpellier vivent en Zones Urbaines Sensibles avec des taux de chômage et de pauvreté records. Il faut en faire une priorité. La réponse n’est pas Odysseum ou le Village des Marques . Là aussi, la nécessité de se mobiliser pour le logement, pour l’emploi et les salaires est impératif. Rester dans les contraintes budgétaires fixées par le gouvernement ne fera qu’aggraver leur situation vu la crise économique.
Il est évident que la dimension sociale et écologique n’a pas été intégrée.
Les transports gratuits (bus et tram) sont une réponse à apporter.
Les salaires et la déprécarisation des personnels sont pour nous des sujets incontournables. La majorité s’est engagée sur la déprécarisation, il reste pourtant encore 507 agents en situation précaire.
Le rapport nous dit qu’il n’y aura pas de hausse de la fiscalité pourtant il est indiqué que l’on va augmenter les subventions et que des déductions (justes) de 15 M d’euros pour les plus pauvres seront mises en place. Dans quelle poche va-t-on prendre cet argent ?
Pour terminer, il est toujours étonnant de constater que même les « conseils citoyens de secteurs » n’ont pas leur mot à dire sur l’élaboration budgétaire. Pour nous qui sommes attachés au budget participatif nous ne pouvons qu’être des plus surpris.
Ce projet de budget est une continuité des précédents, nous n’y retrouvons ni nos priorités , ni la volonté de combattre la crise et la politique du gouvernement.

La question de l’eau est revenue avec la délibération 5.
C’était l’occasion pour la majorité d’annoncer une baisse du prix de l’eau. Il s’agissait d’un avenant que les membres du conseil n’avaient pas entre les mains. Il s’agit en fait d’un effet d’annonce qui ne reflète pas la réalité. La part qui baisse est uniquement celle du fermier pas les autres (ville et agence de l’eau) entrant aussi dans le prix de l’eau. De plus l’eau a augmenté de 7,57% l’an dernier. Sur les 2 tranches, la baisse va être de 5,9% pour l’une et 9,3% pour l’autre, la moyenne est donc 7,6%. Au final, la baisse va être ridicule au vu de la hausse précédente et de la réalité de la baisse. Mais cela n’empêche pas le Midi libre de titrer « 9% de baisse »
Devant cette mascarade et ce simulacre de renégociation, le groupe Verts NPA CUAL a décidé de refuser de participer au vote.
Il s’agit maintenant de construire un collectif unitaire à l’échelle de l’Agglo pour imposer la mise en régie de ce service public.

La délibération 9 concernant les chèques parking est le comble de l’absurde.
Le projet partagé par la majorité municipale et celle de l’Agglo se résume au développement urbain, à l’accroissement de population et à la construction de temples de la consommation. Ce cycle provoque des contradictions en chaîne. Comme il y a Odysseum, le Polygone monte d’un étage supplémentaire, les supermarchés explosent leur surface tout ça en attendant le Village des Marques version Frêche et celui de Mandroux sur le Jeu de Paume. Devant cette situation les commerçants du centre ville se mobilisent. Il est évident que la consommation ne pouvant pas se multiplier à l’infini, le petit commerce a du mal à résister.
Le projet de Frêche est des plus explicites, Odysseum doit capter tout le département et jusqu’à Nimes. Disons le franchement, cette conception de la ville n’est pas la nôtre. Mais la réponse apportée aux commerçants du centre ville non plus !
La majorité propose la création d’un chèque parking, 62 000 euros seront investis comme part municipale dans ce qu’il faut bien appeler une subvention aux entreprises. Avec ce chèque parking, vous aurez une réduction sur votre place quand vous achéterez une chemise ou autre chose chez un commerçant du centre ville. La première conséquence est l’incitation à prendre la voiture pour se rendre en centre ville. Lors du dernier conseil municipal, nous avons voté un vœu sur « l’ultimatum climatique », Mandroux rentre de Copenhague mais visiblement aucune conclusion n’en a été tiré. Dans mon intervention, j’ai insisté sur les transports gratuits et le développement des services publics de transport. Mieux vaut investir 62 000 euros dans une mesure sociale et écologique plutôt que dans des subventions aux entreprises tout augmentant les embouteillages et les émissions de CO2.
Le dernier aspect absurde est la négociation avec Veolia, Effia ou TAM délégataires des parkings. La Mairie a mis tous ses parkings en délégation de service public. Elle ne maitrise plus les décisions et se voit dans l’obligation de négocier avec eux des réductions.
Dernier aspect fortement contestable, si vous allez acheter une chemise vous avez une réduction, si vous allez chez le médecin vous payez plein pot !
Franchement la mesure la plus juste est bien les transports gratuits.

La délibération 10 m’a permis une intervention sur la Palestine.
Plusieurs mois plus tard la majorité vient de tenir un engagement pris à la fin du massacre de Gaza. Il s’agissait de verser 25 000 euros à Gaza. Chacun conviendra qu’au vu de la situation à Gaza la somme est des plus ridicules. Je suis surpris que plutôt que donner ces 25 000 euros au Croissant Rouge Palestinien, la subvention soit divisée en 2 avec 12 500 euros pour la Croix rouge et 12 500 pour Médecins du Monde. J’ai continué en indiquant qu’il fallait aller plus loin. Un jumelage avec une ville palestinienne est la forme concrète de soutenir un peuple en situation d’apartheid et de reconnaître ses droits fondamentaux. La notion d’apartheid a fait réagir une conseillère de la majorité municipale. Ma proposition de jumelage est restée sans réponse de la part de H. Mandroux

Je n’ai pas voté les délibérations 16 et 20 qui sont un bilan de la concertation des ZAC Port Marianne Rive Gauche et ZAC Pagezy.
Je me suis exprimé à différentes reprises pour expliquer qu’il y avait besoin d’un débat global sur l’urbanisme à Montpellier, d’ une visibilité du Montpellier en construction. La majorité se contente d’une réunion dans une salle de la Mairie et l’annonce dans les journaux. Notre vie au quotidien mérite mieux qu’un service minimum de communication.

Plusieurs délibérations concernaient des délégations de service public pour les parkings.
Comme je l’ai dit plus haut, à Montpellier, tous les parkings sont en délégation de service public. La ville perd donc la maîtrise des ses parkings et des recettes qui vont avec. Pourtant quand on voit que la multinationale est sur les rangs on peut légitimement penser qu’il y a du profit à la clé !
Je suis intervenu contre ces délégations. Le summum étant la délibération 60 qui ouvre à délégation le futur parking de la nouvelle mairie. Les arguments invoqués pour mettre en délégation sont des plus faibles. On peut y lire « les responsabilités respectives …dela politique générale de stationnement, du ressort de l’autorité organisatrice, et de gestion, qui relèvent de l’exploitant, sont plus nettement distinguées dans la cas d’une gestion déléguée que dans celui d’une gestion en régie » « la gestion d’un parc de stationnement requiert un professionnalisme de plus en plus poussé ». Nous pouvons penser que les agents et responsables des collectivités font des tâches bien plus compliquées. Ces délégations sont la caricature du social libéralisme donnant des marchés à des sociétés privées.

La majorité a proposé 2 vœux : l’un sur l’organisation territoriale et le projet de suppression de la taxe professionnelle.
Même si nous n’aurions pas exactement écrit ces vœux dans les mêmes termes, je les ai votés vu que leur démarche générale s’opposait aux contre –réformes du gouvernement Sarkozy.
La suppression de la taxe professionnelle est un nouveau cadeau de 12 milliards d’euros au patronat. Face à ce manque à gagner pour les collectivités qui va payer ? Sans mobilisation ce sera les ménages et les habitants des quartiers populaires avec la réduction des services publics de proximité. Nous sommes contre le scrutin uninominal à un tour qui a pour seul but de favoriser le bipartisme UMP – PS, pour la proportionnelle intégrale. Nous défendrons les emplois territoriaux, les services publics. Nous serons au côté des habitants contre toute hausse des impôts et des tarifs, synonymes de dégradation des conditions de vie.

Le prochain conseil municipal se tiendra le 8 Février 2010

Francis Viguié conseiller municipal NPA CUAL
Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page