du rififi chez les verts

Loin des lumières du Grenelle de l’environnement, règlement de comptes chez les élus verts de la municipalité de Montpellier.

Le secrétariat régional des Verts Languedoc-Roussillon a suspendu, lundi 22 octobre Annie Benezech, Lina Angles et Achmia Bhiri conseillères municipales de la ville de Montpellier pour avoir constituer un groupe d’élus dissidents au conseil municipal de Montpellier. Le conseil d’administration des Verts de Montpellier réuni en urgence sur demande de l’instance régionale a demandé l’exclusion des élues nommées pour avoir essayé de contribuer à affaiblir durablement l’image et l’action des Verts et de leurs élus à Montpellier. Les Verts dénoncent un acte irresponsable. En résumé, sur neuf verts au CM il y avait deux tendances, 5 d’un côté, 4 de l’autre. En changeant de bord, Achmia Bhiri a chamboulé le jeu et, semble t-il, fait sortir de ses gonds Jean Louis Roumegas, elle aurait déposé plainte pour une gifle mal partie. Roumegas, quand à lui, se sent des velleités d’indépendance vis à vis du « système Frêche » avec lequel il veut prendre ses distance à l’approche des élections municipales. Chi va piano va sano, mieux vaut tard que jamais etc. Il se fait chattemite pour déclarer « c’est dommage que quelques verts qui ont une histoire ancienne et lourde avec Georges Frêche restent fidèles comme ça à un système qui est dépassé ». Il va donner des leçons de rupture peut être?

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page