Revue de presse sur la conclusion de l’accord unitaire en Languedoc Roussillon

Radios, TV et journaux ont retransmis l’information sur l’accord unitaire conclu en Languedoc-Roussillon

Interview de David Hermet sur FranceBleuHerault-07-01-2010
Voir le reportage dans le journal de France 3 sud : ici
Montpellier journal a mis en ligne l’intégralité de la conférence de presse avec les interventions successives de René Revol (PG), David Hermet (NPA), François Liberti (PCF) : écouter ici (voir bas de page)

Remarque préalable :

L’accord unitaire a été assez largement commenté par la presse. Un regret : l’aspect programmatique largement développé lors de la conférence de presse est souvent passé à la trappe. La question du second tour avec l’opposition à tout rapprochement avec la liste Frèche fait l’objet d’une attention centrale. L’adresse lancée aux militants et électeurs socialistes entraîne une certaine confusion. S’il est vrai que des discussions ont eu lieu à l’automne entre le FDG et certaines personnalités socialistes anti-fréchistes, l’accord unitaire est clair sur ce point.
Le programme de la liste unitaire n’est pas compatible avec l’orientation du PS, il n’y aura pas de personnalités qui représentent le PS, même non fréchiste, sur la liste. Celle-ci n’est pas et ne sera pas un arc de rassemblement du PS au NPA.
La présence, de moins en moins probable, d’une liste PS non frèchiste, peut avoir un impact sur le second tour et les éventuelles fusions démocratiques, elle n’en a pas sur la liste de premier tour.

RADIO :

Ecouter : Interview de David Hermet sur FranceBleuHerault-07-01-2010

PRESSE EN LIGNE

Montpellier Journal : Régionales : accord presque finalisé pour la « gauche de la gauche »

Montpellier journal a mis en ligne l’intégralité de la conférence de presse avec les interventions successives de René Revol (PG), David Hermet (NPA), François Liberti (PCF) : écouter ici (voir bas de page)

TELE
Voir le reportage dans le journal de 7L TV vers 3’42 » : http://www.dailymotion.com/video/xbs975_journal-du-0701_news

Voir le reportage dans le journal de France 3 sud : ici

PRESSE ECRITE

HERAULT DU JOUR, le 07 janvier 2010,
Par Annie Menras

LANGUEDOC-ROUSSILLON. Front de gauche et NPA ont acté mardi soir un accord électoral qui sera officiellement annoncé aujourd’hui au cours d’une conférence de presse. Une unité très attendue à gauche.

«L’accord avec le NPA est acté, nous partirons en campagne collective, les trois porte-parole seront René Revol, François Liberti et David Hermet.» C’est tout ce qu’a voulu déclarer hier René Revol, le chef de file du Parti de gauche et tête de liste du Front de gauche pour les élections régionales, se réservant pour une conférence de presse cet après-midi. Manière sans doute aussi de laisser le temps notamment au Parti communiste, comme au NPA d’informer et consulter leurs adhérents.

Ce que l’on sait en tout cas de cet accord, même si rien de cela n’est officiel, c’est que chaque formation sera bien représentée et notamment le NPA. René Revol (PG) serait tête de liste régionale, François Liberti et Martine Gayraud (PCF) conduiraient respectivement les listes de l’Hérault et du Gard, le NPA aurait les têtes de listes de l’Aude et des Pyrénées- orientales. Quant à la Lozère où Christian Causse, responsable de la Gauche unitaire (composante du Front de gauche issue du NPA), devait au départ être tête de liste, ce sont les Lozériens qui devraient s’entendre entre eux. On en saura plus aujourd’hui. En outre le NPA aurait la deuxième place dans l’Hérault. Ce qui donnerait droit à quasiment toutes les revendications du parti de Besancenot, en terme de places. L’enjeu ne se résume plus à un simple duel Frêche/Couderc. Pour le reste, il semble que les partenaires se soient aussi mis d’accord sur leur attitude au deuxième tour qui faisait débat. Un consensus aurait été trouvé pour une fusion des listes de gauche sans Georges Frêche. Ce qui signifie au moins un regroupement entre la liste conduite par René Revol et celle d’Europe Écologie conduite par Jean-Louis Roumégas.

Cet accord, auquel quasiment personne ne croyait – David Hermet le 2 janvier dans l’Indépendant.com communiquait encore dans le sens contraire – est donc une surprise. C’est aussi l’union longtemps espérée par beaucoup de sympathisants de gauche après l’échec des présidentielles de 2007. Car sur une même liste vont se retrouver à parts quasiment égales PCF et NPA, mais aussi des membres du Parti de gauche, de la gauche unitaire, de la Fédération pour une alternative sociale et écologique (ex-Cual), des Objecteurs de conscience… Devraient également être présents des syndicalistes, des personnalités et des socialistes. Du moins si une liste socialiste face à Frêche ne se concrétise pas. C’est donc une vraie force de gauche antilibérale qui est née. Et qui pourrait sérieusement changer la donne de ces élections dont l’enjeu ne se résumera plus à un simple duel Frêche/Couderc.

HERAULT DU JOUR, le 08 janvier par Rémy Cougnenc

REGIONALES . Avec la liste Front de gauche/Npa et la perspective d’une fusion au 2è tour avec Europe Ecologie, le scrutin ne se résume plus en Languedoc-Roussillon à un duel Frêche-Couderc.

Nous vous l’annoncions, c’est désormais officiel. Après trois mois de discussions, le Front de gauche et le NPA ont trouvé un accord pour mener, dès le premier tour des régionales, une liste commune dont le nom officiel sera dévoilé la semaine prochaine*. En attendant, hier au Club de la presse de Montpellier, l’heure était à la satisfaction du côté des porte-parole des huit partis et mouvements politiques représentés (PCF, Parti de gauche, NPA, Gauche unitaire, Alternatifs, Fédération, M’Pep et Objecteurs de croissance).
«La grossesse a été à risques, avec des fausses couches, concède David Hermet (NPA), en 5e position dans l’Hérault. Mais nous sommes arrivés à une liste unitaire sur des contenus». Si les listes complètes seront présentées fin janvier, le NPA a obtenu les têtes de liste dans l’Aude (Sabine Alberola) et les P-O (Jean Bouchet). Les communistes François Liberti et Martine Gayraud auront les premières places dans l’Hérault et le Gard. Celle de la Lozère restant en discussion.
René revol : « Une dynamique pour devenir majoritaire Seul à être aussi large en France, ce rassemblement rappelle le formidable élan de 2005 qui avait vu les forces unies de la gauche antilibérale faire échec au libéralisme du traité européen. Une dynamique que René Revol (PG), tête de liste régionale, veut retrouver pour «devenir majoritaire». Car comme le dit François Liberti (PCF), tête de liste héraultaise : «On n’est pas là pour faire du témoignage. Mais pour qu’une gauche de transformation sociale et pas d’accompagnement du libéralisme, gagne cette région et en fasse un pôle de résistance aux politiques violentes de la droite».

Pour ce faire, la stratégie est simple. Présenter une liste autonome FDG/NPA au premier tour (même si une liste socialiste face à Frêche voyait le jour), puis fusionner au second sur la base du programme avec toutes les forces de gauche qui voudront battre la droite, exceptée la liste Frêche. «Nous devons mettre fin à ses pratiques antidémocratiques», tranche René Revol. «On ne peut plus considérer Frêche comme un homme politique de gauche», abonde David Hermet (NPA) qui fustige les déclarations «pro-gouvernementales» et autres «clins d’œil» du président de région «à l’électorat d’extrême droite».

François Liberti : « Le seul vote utile, c’est le nôtre ». En ce qui concerne Europe-Ecologie, l’accord de fusion de second tour est «déjà acté», s’avance René Revol qui précise que le regroupement se fera «derrière la liste arrivée en tête au premier tour». Pour ce qui est d’éventuels socialistes… «Ils pourront venir s’ils adhèrent au programme à condition qu’ils ne représentent pas le PS en tant que tel, répond le tête de liste régionale, ce qui n’impliquera pas forcément d’avoir quitté le PS», précise t-il. La seule chose que le maire de Grabels réfute, c’est la constitution d’un «arc politique qui irait du NPA au PS parce qu’il créerait de la confusion». Ainsi, si une liste socialiste se présentait au premier tour face à Frêche, «nous discuterions avec elle au second pour voir comment battre la droite». «Au premier tour, on choisit, au second on élimine», résume David Hermet (NPA). Quant à savoir si la stratégie du FDG et du NPA fait le jeu de la droite, F. Liberti est clair. «Le seul vote utile qui permette de battre la droite et d’en finir avec l’actuelle région, c’est le nôtre».

* S’ensuivra un grand meeting le 29 janvier au parc des expos de Montpellier avec O. Besancenot, M-G. Buffet et J-L. Mélenchon.

MIDI LIBRE, le 08 janvier, par Patrick NAPPEZ
Voir aussi en ligne :

Régionales PCF, Parti de gauche et NPA s’accordent

Régionales PCF, Parti de gauche et NPA s’accordent. La gauche de la gauche a trouvé un terrain d’entente.

Des communistes du PCF, aux trotskistes du NPA, en passant par les mélenchoniens du Front de gauche, et cinq autres groupes de la gauche de la gauche, chacun invoquait un « moment historique » à l’heure d’officialiser, hier après-midi, la constitution d’une liste commune.

Leader de cet attelage unique en France, René Revol, maire de Grabels a tracé la voie : « Battre la droite en changeant la gauche ! » Pour le communiste sétois François Liberti, il s’agit de « présenter une gauche respectueuse de ses valeurs. Et faire de la région un pôle de résistance aux politiques libérales ».

Enfin, pour David Hermet, chef de file d’un NPA rallié après des mois de discussions serrées, « il était important d’affirmer que Georges Frêche est incapable de rassembler la gauche au second tour ».

Au cours de cette « grossesse difficile », ce préalable antifrêchiste ne fut pas le principal obstacle. En revanche, la « lutte des places », présentée comme « une nécessaire représentativité des forces en présence », aura fait suer les accoucheurs. Finalement, le PCF, soucieux d’éviter un phénomène de dilution, a préservé son leadership dans ses deux départements phares (François Liberti conduira la liste dans l’Hérault et Martine Gayraud dans le Gard). Le NPA tiendra les rênes dans l’Aude (avec la Narbo-carcassonnaise Sabine Albérola) et dans les P-O (avec le syndicaliste Jean Bouchet). En Lozère, les décisions sont en attente. D’autres noms ont été révélés par René Revol qui partira lui-même sur la liste héraultaise : Martine Granier et David Hermet dans l’Hérault, Michel Sala (NPA) dans le Gard, Serge Lépine, maire PC de Camplong, dans l’Aude.

Après les contacts récents entre Front de gauche et socialistes anti-frêchistes, des personnalités PS pourront-elles remplir les « blancs » ? La réponse vient de David Hermet : « Si le NPA est là aujourd’hui, c’est qu’il n’y a pas d’accord avec des personnalités socialistes de premier plan… » Et de citer les noms d’André Vézinhet et d’Hélène Mandroux comme incompatibles.

René Revol affirme « l’autonomie au premier tour par rapport au PS mais aussi à Europe Ecologie ». Mais le chef de file du Front de gauche – qui cherche d’ailleurs un autre nom pour ses listes – confirme un accord de désistement au second tour avec la liste de Jean-Louis Roumegas : « Celui arrivé en tête sera dirigera la fusion… » Et d’ajouter : « Si Martine Aubry m’appelle pour me dire que le PS fait une liste sans Frêche, ce sera une nouvelle composante d’union… »

Dans tous les cas, on se comptera au soir du premier tour. Pour la gauche de la gauche, le défi c’est de traduire dans les urnes la « dynamique » que ses dirigeants appelaient hier de leurs vœux.

AFP
vendredi 8 janvier 2010, MONTPELLIER

Le Front de gauche et le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) sont parvenus à un accord en Languedoc-Roussillon pour présenter des listes aux élections régionales dans cette région, qui seront conduites par le maire de Grabels (Hérault), René Revol (Parti de gauche).

Lors d’un point de presse organisé jeudi à Montpellier, les représentants du Parti de gauche, du PCF et du NPA notamment, ont souligné qu’ils étaient tombés d’accord sur le programme et la stratégie, y compris concernant le second tour pour lequel les signataires excluent toute fusion avec des listes de Georges Frêche.

Le président sortant (divers gauche) du Conseil régional, candidat à sa propre succession, « a rompu avec les valeurs de la gauche », a déclaré René Revol.

Au second tour, « on est prêts à fusionner avec des listes de gauche, sans Frêche », a-t-il dit. « Nous sommes prêts à fusionner avec Europe Ecologie — (conduite par Jean-Louis Roumégas, ndlr) — pour battre la droite », a-t-il ajouté.
Pour le représentant du NPA, David Hermet, Georges Frêche n’est d’ailleurs « plus un homme de gauche ».

« Dans cette région, ceux qui prennent le risque qu’il n’y ait pas de rassemblement, ce sont les socialistes qui ont choisi Georges Frêche », a-t-il ajouté.

M. Frêche, exclu du PS en 2007, est tête de liste en Languedoc-Roussillon et bénéficie du soutien des cinq fédérations départementales du Parti socialiste.
Les instances nationales du PS, muettes pendant plusieurs mois sur cette candidature, ont finalement décidé de ne pas lui proposer d’investiture officielle mais de ne pas non plus lui opposer de liste alternative.

L’accord Front de gauche /NPA prévoit que le PCF sera tête de liste dans le Gard et l’Hérault. Le NPA conduira les listes dans les Pyrénées-Orientales et l’Aude. En Lozère, la décision n’avait pas encore été prise jeudi soir.
« Notre programme passe par des mesures de résistance et de rupture à l’offensive sarkoziste », a commenté René Revol.

« On va faire du Languedoc-Roussillon un pôle de résistance aux politiques les plus violentes, les politiques ultra-libérales », a ajouté François Liberti (PCF).

POLITIS, le 07 janvier au soir :

Accord Front de Gauche-NPA en Languedoc-Roussillon

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page