Notre camarade Daniel Bensaid est mort


photo de Emanuel Bovet

Nous venons d’apprendre le décès de Daniel Bensaïd, un des dirigeants de la LCR et, depuis sa fondation, du NPA.
Cet après midi mardi 12 janvier à 15h et demain mercredi 13 à la même heure, Daniel Mermet rediffuse son émission « Là bas si j’y suis » (France Inter) consacrée à Daniel Bensaïd autour de son ouvrage « La lente impatience ».
Le NPA rendra un hommage militant à Daniel le samedi 23 janvier à Paris.
Nous lui rendrons hommage aussi localement.

Gravement malade depuis plusieurs mois, notre camarade Daniel Bensaïd est décédé ce matin.

Militant révolutionnaire depuis l’adolescence, il avait été l’un des fondateurs de la JCR (Jeunesse Communiste Révolutionnaire) en 1966 puis l’un des animateurs du Mouvement du 22 Mars et l’un des acteurs du mouvement de Mai 68 avant de participer à la création de la Ligue Communiste, en avril 1969.

Daniel Bensaïd a été longtemps membre de la direction de la LCR. Engagé dans tous les combats internationalistes, il a aussi été l’un des principaux dirigeants de la Quatrième Internationale. Il avait activement participé à la création du NPA.
Philosophe, enseignant à l’Université de Paris VIII, il a publié de très nombreux ouvrages de philosophie ou de débat politique, animé les revues Critique Communiste et ContreTemps, participé activement à la création de à la Fondation Louise Michel et mené sans concession le combat des idées, inspiré par la défense d’un marxisme ouvert, non dogmatique.
Les obsèques se dérouleront dans l’intimité.

Le NPA organisera une soirée d’hommage militant le samedi 23 janvier prochain à Paris.

Consultez le site national du NPA et des vidéos de Daniel
http://www.npa2009.org/content/mort-de-notre-camarade-daniel-bensa%C3%AFd

quelques photos de l’inauguration du local LCR à Montpellier en septembre 2006



Serge PEY nous livre quelques mots en hommage à Daniel

Je suis immensément vide comme l’aube d’un mauvais dimanche. Mon ami, mon complice du poème, de la lutte et de l’amour vient de partir.


Je n’arrive jamais à croire à sa mort. Depuis longtemps je m’étais habitué à sa maladie.

Je le vois encore courir dans la rue devant moi avec un drapeau en lambeau contre la mort de Rudie Dutschke. Il y a bien longtemps cela. Nous avions tous des pseudonymes et lui s’appelait SEGUR comme une station de métro.

Sa clarté politique, sa capacité théorique font de lui un des plus importants philosophes marxistes de notre siècle. Un théoricien du vivant. Son courage militant, sa générosité, sa tolérance étaient légendaires dans nos majorités clandestines. Les drapeaux que nous hissions ensemble sur l’espérance flottaient comme des parenthèses dans la longue phrase que nous écrivions.

Son goût pour la littérature irriguait son œuvre politique. Nous parlions souvent des rapports qui unissaient la poésie et la vie, le langage et l’utopie.

Daniel aimait dire que l’Histoire nous mordait la nuque. Il le répétait souvent. Oui ensemble nous mordions l’Histoire. Nous étions des loups dans la neige blanche des cahiers d’écriture de l’espérance. Nous marchions pieds nus, presque anonymes, dans la colonne des fantômes anonymes de tous les fusillés. Daniel était une Commune, une guerre d’Espagne, un groupe clandestin dans un goulag de Staline, un groupe de guérilleros en Amérique latine.

Daniel me racontait souvent que la révolution était un pari. J’en ai conclu que nous étions ses joueurs et, grâce à lui, je n’ai jamais quitté la table de son jeu.

Sans arrêt je me suis appliqué à créer de nouvelles cartes et à inventer de nouvelles règles.

On se rencontrait dans le poème et le poème nous rencontrait.

Il m’appelait « amarade » parce qu’on s’aimait.

Je lis ses livres sans arrêt comme des remèdes contre la bêtise et l’égoïsme.

Daniel m’a appris aussi le sens de la victoire, même si nous perdons régulièrement nos batailles, car le mot victoire n’a pas le même sens dans notre bouche et dans celle de l’ennemi.

Comme la mort et comme la vie.

Salut Daniel, salut mon camarade, salut toi, salut mon souvenir.

Mais un souvenir qui vient de devant nous et non du passé.

Ensemble : ce souvenir permanent que nous construisons et qui vient de l’avenir.

Salut toi, je te récite mon poème. C’est la seule chose que je sache à faire.

Dans ce monde rempli de mort, aujourd’hui tu es un vivant.

Par Serge Pey

sur Serge PEY :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Pey
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?page=auteur&id_auteur=7501

****

Il devait faire une préface à mon livre : « POEMES PHILOSOPHIQUES A L’USAGE DE LA GUERRE SOCIALE, Dialectique de la Tour de Pise ».

J’avais écrit un poème avec ses mots, sans en enlever un seul, mais en les disposant dans l’espace et ce qui faisait de ce texte un poème. On le sait le rythme fait sens :

DEFINITION DE LA REVOLUTION

DÉTOURNEMENT D’UNE PHRASE de DANIEL BENSAÏD
disposée verticalement en forme de poème

Elle n’est pas d’aujourd’hui
ni même d’hier
En un certain sens
et jusqu’à un certain point
Mais en un autre sens et jusqu’à un autre point
Au sens et au point
qu’il s’agit d’un autre sens
et d’un autre point
le chapitre des bifurcations
reste ouvert à l’espérance

Tout n’est peut être pas possible
mais quelque chose
autre chose sans doute
un champ de possible s’ouvre
Il n’est pas sans limites
C’est ce qui distingue la possibilité déterminée
et concrète
de la possibilité indéterminée
et abstraite
qui n’est que le contraire de l’impossible

La clairvoyance est une source qui surgit
au centre de l’eau boueuse

Et aussi Georges Apap …

Mardi 12 Janvier 2010 Daniel Bensaïd est mort. Le lendemain l’Huma publie de
lui une très belle photo. Il parle devant un micro. Son visage est anguleux.
Sa joue droite s’affaisse légèrement, soulignée par une ride. Sa maigreur
trahit la fatigue. Mais il a, derrière ses lunettes, un regard éthéré qui
semble percer l’objet pour atteindre l’idée, et qui s’égare dans un lointain
connu de lui seul. Il lève un index droit annonciateur, comme s’il voulait
susciter l’attention d’un auditoire appelé à entendre quelque paradoxe qui
pulvérise les lieux communs ou à méditer une de ces abstractions ardues qui
marquent sa manière.

La coïncidence a voulu que mon livre de chevet actuel soit justement cet «
Eloge de la résistance à l’air du temps » qu’il venait d’écrire. Je le suis
de loin dans une pensée difficile où s’épanouit un marxisme critique.

Idéologiquement, c’est un compagnon de bon aloi vers qui on va chercher,
comme sur une boussole, la bonne orientation politique. Aujourd’hui je me
sens marginalisé et je me tourne vers lui pour trouver un repère. Mais il s’est
effondré à mes côtés comme ce soldat de la poésie allemande fauché par une
balle aux côtés de son camarade (Eine Kugel kam geflogen).

Je ne le connaissais pas personnellement. Je ne l’ai jamais vu ni entendu.
Je regrette aujourd’hui de ne pas avoir honoré les invitations pressantes d’amis
de la Ligue Communiste Révolutionnaire qui m’incitaient à aller l’entendre
aux journées d’été de Leucate.

Voici venu le temps de l’absence. Je mesure le désarroi de ses camarades de
parti à l’aune de ma propre tristesse.


Georges Apap, Béziers le 14 janvier 2010.

une sélection de sites qui retracent le parcours de notre camarade …

Sur le site du NPA: Daniel… (avec des vidéos et des textes, liens sur le côté du texte)

http://www.npa2009.org/content/daniel

http://www.mediapart.fr/club/blog/philippe-corcuff/120110/daniel (par P Corcuff sur Mediapart qui consacre à notre camarade des articles réservés aux abonnés. Edwy Plenel, directeur de Mediapart, a été membre de la LCR (Krasny) et était ami de Daniel)

Daniel Bensaïd, ami et camarade (D Rousset et ESSF))

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article16184

Mort de Bensaïd, référence intellectuelle de l’extrême gauche. De nombreuses vidéos (Rue89).

http://www.rue89.com/2008/02/23/daniel-bensaid-sattaque-a-la-boursouflure-de-bhl

Daniel Bensaïd, intellectuel engagé, est mort (Le Monde)

http://www.lemonde.fr/politique/portfolio/2010/01/12/daniel-bensaid-un-intellectuel-engage_1290822_823448.html

Quand l’histoire nous désenchante, entretien avec Daniel Bensaïd (Mouvements)

http://mouvements.info/Quand-l-histoire-nous-desenchante.html

Daniel Bensaïd est mort (L’Huma)

http://www.humanite.fr/Daniel-Bensaid-est-mort

http://www.humanite.fr/2008-04-05_L-Humanite-des-debats_Mai-68-la-controverse-etudiante-Le-face-a-face (débat avec P Zarka)

L’hommage de Mélenchon en intro d’un article (Rezocitoyen)

http://www.rezocitoyen.org/spip.php?article7985

L’hommage de Clémentine Autain (Rezocitoyen)

http://www.rezocitoyen.org/spip.php?article7983

Bibliographie de Daniel Bensaïd

http://npaparis14.free.fr/spip.php?article557

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page