Meeting unitaire en Languedoc-Roussillon : un succès d’affluence, un succès politique !

Article à paraître dans l’hebdo national du NPA, Tout est à nous! (http://www.npa2009.org/tout-est-a-nous)


Région phare, laboratoire politique … Que n’a-t-on entendu ou lu, à propos de l’unité réalisée en Languedoc-Roussillon, dans les médias les plus friands de formules-choc? C’est, en tout cas, par-delà les superficialités de la presse « politique », le peuple de gauche, les militants des partis à la gauche du Parti Socialiste mais aussi un très grand nombre de sans-parti, qui se sont retrouvés au meeting qui s’est tenu vendredi 29 janvier dans le Palais des Expositions de Montpellier.

3000 ? 3500 ? Peu importent les chiffres ; comme en 2005, lors de la campagne pour le non, la foule des grands jours de mobilisation politique était au rendez-vous : jeunes et moins jeunes, engagés, qui dans le combat contre la venue à Sète de l’entreprise israélienne Agrexco, qui dans le refus des OGM… ils étaient nombreux à répondre à un appel, il est vrai, à la configuration peu habituelle puisqu’il émanait de A Gauche Maintenant !, autrement dit de la liste qui regroupe, pour les Régionales à venir, le NPA, le Front de gauche, les Alternatifs, la FASE, les Objecteurs de croissance et le MPEP.



Le meeting a bien mis en évidence, dans son déroulement, qu’il était le fruit d’un travail acharné de discussions sur plusieurs semaines, avec des hauts et des bas, en particulier quand s’esquissait chez certains la volonté de créer un arc politique inacceptable allant du PS au NPA. Ce travail acharné, en particulier mais pas seulement, des militants du NPA a débouché sur la signature d’un protocole d’accord et, plus récemment, sur la mise en forme d’un programme s’engageant sur des mesures de rupture avec l’ordre libéral/capitaliste, comme « l’arrêt des subventions aux entreprises capitalistes » ou proposant que « le Conseil Régional apporte son appui à toutes les mobilisations de salariés » ! Autant de thèmes propres à galvaniser une gauche sociale orpheline de projet politique.

Les discours des membres de la liste régionale intervenant sur les services publics, la défense de l’emploi, etc. ou ceux des responsables nationaux qui avaient fait le déplacement, tous étaient sur la même longueur d’onde, celle du refus du désordre existant où la gauche d’accompagnement précisément accompagne les régressions de la droite. Tant Myriam Martin pour le NPA (remplaçant Olivier Besancenot retenu par sa campagne en Ile-de-France) que Jean-Luc Mélenchon, pour le PG ou Marie-George Buffet, pour le PCF, ou encore la tête de liste régionale, René Revol (PG), tous ont martelé, avec leurs mots mais dans la convergence politique, qu’il était urgent de battre en brèche le sarkozysme destructeur des acquis sociaux. Mais qu’il était nécessaire aussi de combattre le président de Région sortant, Georges Frêche, exclu du PS mais validé, de façon écrasante, comme candidat par les socialistes régionaux, et qui venait de se distinguer par des propos (1) signant, une nouvelle fois, son inscription dans la lignée d’un Besson !



Avec ce meeting chaleureux c’est bien une gauche de combat qui s’est mise en ordre de bataille pour mener une campagne de terrain, dans les quartiers et les villages, en rappelant que ces Régionales étaient une étape, une étape seulement mais décisive, pour préparer la sortie du capitalisme libéral et pour rompre avec le cycle des reniements sociaux-libéraux.

Antoine (NPA 34)

(1) « voter pour ce mec [Laurent Fabius] en Haute-Normandie me poserait un problème, il a une tronche pas catholique », propos rejoignant ceux de « la droite et du journal Minute qui ont très souvent caricaturé et attaqué la « tronche » de Fabius sur un mode antisémite, notamment dans l’affaire du sang contaminé. » (Rue 89)

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page