Montpellier : Conseil municipal du 8 Février 2010.

Francis Viguié livre ci-dessous son compte rendu du conseil municipal qui avait le budget à l’ordre du jour

Ce conseil municipal s’est tenu dans une ambiance particulière, les régionales pesant lourdement.
La guerre est ouverte au sein du PS et divise la majorité municipale. Nous avons eu droit les jours précédents à la tentation des élus PS Frêchistes de bloquer le budget pour sanctionner Mandroux. Frêche a mis fin à ce mécontentement en appelant à voter le budget. Il est vrai que le Midi Libre avait publié un « qui est avec qui » concernant les élus de la majorité municipale. Le score est sans appel, 34 pour Frêche et 14 pour Mandroux. Il est à noter qu’y compris au sein du conseil municipal de Montpellier le PC est divisé puisque 2 élus se sont rangés derrière Frêche et 3 derrière Mandroux. Côté Mandroux, nous pouvons relever que Touchon menacé en conseil municipal d’être « saigné comme un poulet » ne soutient pas Frêche alors que Fleurence à qui il a promis de lui « couper les couilles » se range du côté de son castrateur.
Ces éléments sont anecdotiques mais révèlateurs et toujours utiles à connaître quand ces élus commencent à nous faire des leçons de morale. Comme quoi, « Leur morale et la nôtre » reste toujours d’actualité.
Pour terminer ce petit tour sur l’ambiance il ne faut pas oublier une presse nombreuse, peu intéressée de discuter programme et projet, mais friande du faits divers, de l’insulte et du scoop grivois. Ils seront déçus, Frêche leur a gâché la fête en ne venant pas et en donnant l’ordre à ses troupes de voter le budget. Du coup, ils repartiront rapidement. Lamentable !
Mandroux se présentant contre Frêche les comptes vont se régler après les Régionales, le prochain conseil se tient d’ailleurs fin Mars

Je tiens à souligner que nous avions proposé au vote des conseillers (groupe Verts NPA CUAL et groupe PC) un vœu condamnant la venue d’Agrexco à Sète. Ce vœu a été refusé lors de la conférence des présidents par le PS, l’UMP, le Modem, les Non Inscrits. Leur vote contre la présentation de ce vœu a fait qu’il n’a pas été inscrit à l’ordre du jour.

Ce Conseil était important puisque son ordre du jour comportait le vote du budget 2010 .
Le Budget concentre les choix politiques et conditionne les financements pour l’année. Le vote du Budget est aussi un signe d’appartenance à une majorité.

La délibération 1 concernait le vote du Budget.
Je suis intervenu sur ce point. Pour développer une argumentation, j’ai repris les exigences que nous défendons pour les Régionales : l’urgence sociale, l’urgence écologique et l’urgence démocratique.

Concernant l’urgence sociale, un point majeur est le refus du PS de s’opposer réellement au Gouvernement. Une fois de plus, nous avons eu droit au désengagement de l’état, à la suppression de Taxe professionnelle, à la crise économique…. Si nous sommes d’accord pour partir d’une analyse globale, nous n’arrivons pas aux mêmes conclusions. Sans construction de rapports de forces, sans mobilisation et luttes concrètes, nous laissons de fait les mains libres à Sarkozy. Le PS avait promis de faire de ses 20 régions des « contre pouvoirs », il détient par ailleurs la majorité des départements, des grandes villes….. mais il n’en a rien fait et se refuse toujours à un affrontement avec le gouvernement. Cette situation est grave car au final quelqu’un doit payer les mauvais coups du gouvernement. Par exemple, la suppression de la Taxe Professionnelle représente un cadeau de 12 milliards d’euros au patronat.
Comme les collectivités locales doivent fonctionner, si les entreprises ne financent pas ce sera les ménages qui paieront soit directement par des hausses d’impôts (comme l’année dernière), soit par des suppressions des services publics ou des hausses de tarifs sociaux.
A Montpellier, ville pauvre avec 18% de taux de chômage, quasiment 25% de la population soit plus de 55 000 habitants vit dans des quartiers populaires où la misère et les taux de chômage peuvent atteindre les 40%. La majorité n’en fait aucune priorité ! Nous sommes pour donner une priorité à ces quartiers, nous sommes pour améliorer l’existant avant de se lancer dans une nouvelle course à l’urbanisation. Nous sommes pour un blocage des loyers dans le logement social. Nous sommes pour lutter et organiser des mobilisations contre le chômage, pour l’emploi et contre la précarité. Comment accepter d’un côté des quartiers populaires s’enfonçant dans la misère et de l’autre des centaines de millions d’euros investis pour une nouvelle avenue de la Mer !!!
Nous sommes aussi pour les Transports publics gratuits. D’une manière générale, nous sommes pour sortir de la loi du marché les besoins sociaux fondamentaux. Montpellier est une ville pauvre, dans un département et une région pauvres se déplacer pour aller à son travail, pour aller étudier, pour rechercher un emploi et tout simplement pour se déplacer doit être gratuit. Nous notons par ailleurs que le conseil général du Gard ou des PO ont réduit significativement le prix du billet, à Montpellier les prix ont encore augmenté il y a quelques mois. Cette mesure sociale est une priorité pour nous

Concernant l’urgence écologique, les transports publics gratuits en sont un élément décisif. L’augmentation continue du nombre d’habitants, les travaux font qu’il est très difficile de se déplacer en ville, il est temps de construire des parkings gratuits à l’entrée de la ville, de développer un maillage bus, tram et mini bus pour assurer un déplacement rapide et de qualité. Cette politique aurait l’avantage de réduire fortement les gaz à effet de serre et de faciliter les déplacements. Mesure sociale et écologique, les transports publics gratuits sont une de nos priorités.
Le seul projet réel, qui était déjà celui de Frêche, est l’étalement urbain. Nous ne sommes pas pour une urbanisation tout azimut, un bétonnage sans fin de Montpellier. Nous voulons le maintien d’une ceinture verte et un aménagement du territoire sur l’ensemble du département et de la région. Nous refusons la logique de l’explosion du chiffre d’habitant à Montpellier.
Nous regrattons l’absence de priorité pour l’isolation, le double vitrage… dans le logement social. De la même manière, rien sur le solaire et le photovoltaïque

Concernant l’urgence démocratique, l’élaboration du budget devrait être un bon exemple de démocratie participative.
A l’inverse, la majorité municipale exclut les habitants du choix des orientations. Aucune réunion, aucun débat contradictoire sur les enjeux de ce budget, sur les priorités à avoir. De plus, nous le redisons,nous sommes pour que la population puisse décider sur les grandes questions.
Nous ne retrouvons pas nos priorités dans le budget proposé, c’est pourquoi nous ne le voterons pas. D’autres choix sont possibles et nous ferions des choix financiers différents comme par exemple arrêter de financer les écoles privées, nous mettrions fin à une video surveillance dont la maintenance à elle seule nous coûte 1 million d’euros par, nous mettrions fin aus délégations de services publics comme par exemple pour les parkings de la ville, nous arrêterions de financer les compagnies aériennes low cost , nous mettrions fin aux dépenses de prestige….

Tous les groupes sont intervenus, les PS, le PC, le Modem pour dire qu’ils voteraient le budget. ; l’UMP et à son extrême droite ultra-libérale Mme Petitoux pour dire qu’ils voteraient contre en défendant le modèle gouvernemental. Les Verts se sont abstenus. J’ai voté contre sur la base des arguments développés ci-dessus.

Le point 2 traitait d’une subvention à Haïti.
Je suis intervenu sur cette délibération pour indiquer que je voterais pour une aide humanitaire de 50 000 euros mais que nous ne pouvions en rester là.
D’accord pour une aide d’urgence mais nous devons voir à plus long terme et exiger l’annulation de la dette. Haïti s’est soulevé en 1804 et a proclamé son indépendance. Haïti est ainsi devenu un symbole de la lutte contre l’esclavage. A l’époque, la France a exigé l’indemnisation des esclavagistes ( équivalent de 21 milliards de dollars actuels). Une responsabilité particulière a été ainsi prise dans l’endettement de ce pays. La pauvreté est liée à l’endettement, battons nous pour qu’Haïti puisse se reconstruire de manière indépendante, se protéger des séismes et des ouragans. Le dictateur Duvalier est toujours réfugié sur notre territoire pour échapper au jugement de son peuple. Le gouvernement Sarkozy toujours prompt à extrader les immigrés ne l’a pas expulsé !. Nous sommes pour son renvoi à Haïti avec les 900 millions de dollars qu’il a volé au peuple haïtien.

Le point 9 était aussi un point important.
L’enjeu est de prendre acte de la fin du projet Dugrand-Frêche de développement urbain et de créer un nouveau projet. Pour parler comme les experts, il s’agit en particulier du nouvel axe structurant « nouvelle mairie – avenue de la mer ». Sans oublier tous les nouveaux quartiers (gare, ancienne mairie, de saint martin à tournezy, ovalie, campus….)
Je suis intervenu tout d’abord pour dire notre désaccord sur la méthode. Une fois de plus les projets s’engagent sans aucune maîtrise globale par les habitants de Montpellier. « Dans quelle ville nous allons vivre ? » est pourtant un aspect essentiel ! Déjà, le PS porteur du projet de 50 000 habitants de plus en 10 ans avait refusé d’en parler lors des municipales. Nous en sommes maintenant à l’étape suivante et le développement se fait sans lien avec les habitants.
Nous exigeons :
L’ouverture immédiate d’un débat public contradictoire.
Nous sommes pour la présentation du projet global afin que chacun, associations, syndicats, partis, population puisse voir les enjeux
Nous sommes pour une rencontre rapide avec tous les comités de quartiers, syndicats, partis, habitants où chacun pourra présenter ses propositions
Nous redisons notre désaccord avec une méthode qui priorise les experts et prive les habitants de leur droit à décider après avoir été informés contradictoirement
J’ai voté contre cette délibération

J’ai voté contre la délibération 28 qui demande d’accepter un avenant pour la nouvelle Mairie.
Il faut savoir qu’il s’agissait d’avaliser une augmentation globale de 8,95% pour les travaux se structures et fondations.

J’ai voté contre la délibération 29 demandant l’approbation de la Délégation de Service Public pour l’aire des Gens du Voyage

J’ai voté contre la délibération 41. Il s’agit du financement des écoles privées.
René Revol, tête de liste A Gauche Maintenant pour les élections régionales, avait indiqué lors d’une conférence de presse que les élus PC et NPA allait demander le retrait de cette délibération. Ma surprise a été de courte durée vu que les élus PC était en désaccord complet avec cette proposition et ont voté, comme d’habitude, le financement des écoles privées. Reconnaissons à Revol le souci de la cohérence, vu que pour les élections régionales notre liste a fait du refus du financement des écoles privées un point fort de son programme.
La Mairie de Montpellier finance les écoles maternelles alors quelle n’a aucune obligation légale de le faire. Concernant l’école élémentaire, le PS se refuse à combattre les lois anti-laïques et paye au prix fort . Au total, il s’agit de 515 euros par enfant, le total d’enfant concerné est de 3 549. Nous avons là un bon exemple du refus du PS de s’affronter au gouvernement et de faire en sorte que les fonds publics aillent à l’école publique. Quand ils sont au gouvernement, ils ne changent pas les lois. Dans l’opposition, ils vont même au delà de ce que leur demande la loi.
Nous nous sommes retrouvés 2 à voter contre ( N. Medeiros des Verts et moi même), tous les autres élus votant pour.

J’ai voté contre la délibération 49 qui demandait une subvention au Fonds interministériel de prévention de la délinquance.
J’ai fait ce vote à partir de notre critique radicale de loi sur la prévention de la délinquance, une loi sécuritaire de plus.

J’ai voté contre la délibération 55. Il s’agit de mettre en place une nouvelle Délégation de Service Public pour le parking des Arceaux.
Les arguments développés par la majorité sont toujours aussi faibles et toujours les mêmes : le professionnalisme, la meilleure gestion…. Nous sommes contre pour 2 raisons principales. Nous refusons de donner des marchés publics à des sociétés privées. Qui va croire que Veolia gère des parkings pour autre chose que le profit ? Nous considérons qu’une municipalité doit rester maître de ses moyens, de ses ressources et doit pouvoir fixer les prix.
Concernant ce parking, il y a un projet des habitants du quartier souhaitant en faire un jardin public.
J’ai voté contre, les Verts aussi, les autres pour

Le conseil municipal s’est terminé sur un vœu pour le retour en France de Hassan El Bouyahyaoui.
Ce dossier soutenu par RESF et les associations a une urgence particulière. Nous sommes pour la régularisation de tous les jeunes majeurs et de tous les sans papiers. J’ai voté pour ce vœu.

Mardi 9 Février 10.

Francis Viguié conseiller municipal NPA CUAL

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page