Sous l’identité nationale … la lutte sociale !

Comme à Apex à Saint-Mathieu-de-Tréviers (34)


Eh oui, malgré les dérivatifs type tête « pas catholique » ou identité nationale ou encore voile islamo-envahissant, le social résiste au déferlement des faux débats et des faux problèmes ! Des hommes et des femmes vivent en effet au jour le jour la vérité d’une lutte des classes qui ne se dément pas malgré les envolées sarko-grotesques sur la régulation du capitalisme-prédateur. Et ils luttent !

Ici, en Languedoc-Roussillon, loin de Davos, comme dans de nombreux endroits du pays, la résistance sociale est toujours à l’ordre du jour car ce qui est en jeu c’est, excusez du peu, l’emploi, les salaires ou encore la santé, l’éducation, bref, tout bonnement une vie décente que bafouent sans cesse les Proglio-Sarkozy. Alors l’identité nationale, le voile…

Certes l’heure n’est momentanément plus à l’offensive qui s’amorçait au premier semestre 2009. Le vieil adage s’est vérifié qui dit que « qui n’avance pas, recule ». A partir de mai-juin, le mouvement social n’a plus su avancer…Il faut profiter de cette pause des luttes d’ensemble pour réfléchir à ses causes politiques et syndicales qui ont remis en selle un sarkopatronat pourtant aux pieds d’argile.

Mais la réflexion n’est jamais aussi efficace que quand se relancent les logiques de contestation. Et celles-ci sont à l’œuvre, par exemple, à … 882 km de Davos, à Saint-Mathieu-de-Tréviers, au nord de Montpellier, où, nous dit Midi Libre, « l’ensemble du personnel [d’Apex BP Solar ] s’est invité [vendredi dernier] à la réunion du comité d’entreprise, pancartes en mains, avant de signifier son intention de manifester devant le site, ce lundi à partir de 14 h, à l’occasion d’un débrayage. ». Alors précisons d’abord qu’Apex BP Solar ce sont 84 salariés, répartis sur trois sites dont celui de Saint-Mathieu, d’une entreprise, filiale du pétrolier BP, spécialisée dans le photovoltaïque, qui doivent faire face à une volonté de restructuration menaçant 46 emplois ! Dans une lettre adressée à Sarkozy lui-même la CGT dénonce « une situation symbole d’une course effrénée à la rentabilité, qui se fait une fois de plus sur le dos des salariés ». Une fois de plus car, il y a deux ans, un plan social avait déjà provoqué la disparition d’une quarantaine d’emplois.

Dans leur débrayage de protestation, ce lundi, devant la grille de la boîte, les salariés, par la voix de leur représentante, mettaient en cause la loi d’airain, celle du capital obsédé par la profitabilité maximale, qui les cible : « Leur seul objectif [aux actionnaires] est le profit à court terme sur le marché spéculatif des centrales photovoltaïques au sol et la distribution de panneaux solaires secs sans valeur ajoutée. ». Sont ainsi menacés « les pôles ingéniérie, recherche et développement créant des installations photovoltaïques intégrées sur mesure », au profit d’une production « industrielle » de panneaux depuis la Chine et l’Inde.


Tout en déclarant sa compréhension devant l’inquiétude des salariés, le directeur général de la filiale, avouait cyniquement que « le chiffre d’affaires est passé de 25 M€ à 60 M€ en quatre ans mais le niveau de profitabilité reste négatif. »… Tout un condensé de ce que produit nécessairement la loi du marché visant à satisfaire les besoins de clients virtuels ou aléatoires mais commençant par sacrifier ceux des salariés présents ici et maintenant sur site et par surexploiter la main d’œuvre des pays émergents ! Et visant fondamentalement à satisfaire les appétits dévorants des actionnaires et des dirigeants !

Incrédules devant la sempiternelle promesse que « les licenciements seront limités au profit de reclassement, formation et aide à la création d’entreprise », les salariés se préparent à monter cette semaine sur Paris pour crier au salon Interclimat leur refus de la suppression de leur emploi dans une région qui, paradoxalement, mise à fond sur le photovoltaïque.

Ce n’est qu’un début et, la lutte s’inscrivant dans un contexte général de démobilisation/remobilisation encore incertain des travailleurs, il revient à toutes les forces de gauche de l’appuyer par tous les moyens possibles (communiqués, présence physique sur le site, soutien financier…). Pour l’aider à gagner mais aussi, dans cette campagne des Régionales, pour mettre des actes …sur les mots qui disent dans le programme d’AGM qu’il y a urgence sociale, comme il y a urgence démocratique et écologique, et que « Le Conseil Régional apportera son appui à toutes les mobilisations de salariés ».

En pleine campagne électorale, AGM doit être, est déjà, sur le terrain des luttes. Car c’est là aussi et surtout qu’une Région vraiment à gauche se gagne !

Antoine (NPA 34)

Note : ce texte s’est inspiré librement des informations fournies par des articles de Midi Libre. La mise en perspective politique est de la seule responsabilité du signataire.

COMMUNIQUÉ DU NPA 34

L’’entreprise Apex BP Solar à St Mathieu de Tréviers ( 34), spécialisée dans le photovoltaïque, est menacée par la direction américaine qui veut supprimer 32 emplois sur 54.

Le groupe pétrolier British Petroleum fait des profits et supprime des emplois.

L’entreprise Apex BP Solar à St Mathieu de Tréviers ( 34), spécialisée dans le photovoltaïque, est menacée par la direction américaine qui veut supprimer 32 emplois sur 54. Au plan national ce sont 1500 emplois directs et indirects qui seront impactés. Seule la logique du toujours plus de profits motive ces suppressions. Car l’entreprise est en plein développement, son chiffre d’affaires a doublé en 3 ans. Et BP est la 4° compagnie la plus riche du monde, elle a réalisé 367 milliards de dollars de chiffre d’affaire en 2009 et 4.3 milliards de bénéfices pour le seul 4° trimestre. Mais les actionnaires veulent plus de profits à court terme et la direction ne veut investir que dans le marché spéculatif des centrales photovoltaïques au sol et de la distribution des panneaux. Sont ainsi menacés les pôles ingéniérie, recherche et développement créant des installations photovoltaïques intégrées sur mesure, au profit d’une production « industrielle » de panneaux depuis la Chine et l’’Inde.


La logique du profit va à l’encontre des droits humains, des compétences accumulées, de la vie des salariés, de la vie d’un village…


Le NPA 34 assure l’ensemble du personnel de toute sa solidarité, se tient à sa disposition pour informer la population et soutenir sa lutte.

Plus d’infos sur le site : http://bp-killed-me.blogspot.com

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page