Infos du Biterrois

Le N° 14 de la Lettre Electronique du NPA du Biterrois

GASQUINOY LES PAUVRES INSTALLES JUSTE AVANT LA PRISON

Dans une symbolique toute  » sarkozyenne  » le maire de Béziers et l’ UMP viennent de décider d’adosser la construction de 170 logements sociaux aux murs de la prison du Gasquinoy.

Les pauvres se regroupent avec les détenus dans une contiguïté qui jusqu’alors posait problème aux riverains de l’ancien terrain militaire. Cette contiguïté avait, lors de la construction de la nouvelle prison, nécessité une sorte de no man’s land.

Aujourd’hui, avec la modification du plan d’urbanisme, ce qui valait pour les riverains ne vaut plus pour les pauvres.

Pour le NPA au delà de la symbolique d’une telle opération immobilière, c’est la position du conseiller général et conseiller municipal du PS Jean Michel DUPLAA, qui vient de se féliciter que le département construise dans le même endroit un carrefour pour convois exceptionnels, qui est consternante.

Dans un bel élan nous voyons donc les pauvres coincés entre rocade et prison par l’ UMP et le PS.

Nous au NPA on aurait préféré que le PS demande pourquoi le plan local d’urbanisme avait été modifié.

Mais, ces questions-là, il vaut mieux faire confiance aux élus anticapitalistes pour les poser.

LYCEE HENRI IV CONTRE LE BLOCUS MAIS POUR L ENCASERNEMENT

Le dernier blocus du lycée Henri IV à Béziers s’est terminé en affrontement, après la demande faite aux policiers par le proviseur, d’imposer le retrait de barrières qui ralentissaient l’entrée dans l’établissement scolaire. Très vite la situation s’est tendue et des coups de matraques et des coups de poings ont été distribué aux manifestants présents ( 200 environ ).

De l’avis de tous les participants, la violence policière à été provoquée par la demande de levée immédiate du blocus par le proviseur.

Pour le NPA, dans cette requête du proviseur Michel SIRVENT aux forces de l’ordre, il faut voir le loyalisme envers le ministre CHATEL et l’arrivisme du futur proviseur de l’internat d’excellence de Montpellier pour la rentrée de septembre 2010.

Détail qui n’en est pas un, c’est sur les restes de la caserne de l’école militaire de l’ EMSAM, que sera installé l’internat d’excellence de Montpellier.

Pour le NPA, M.SIRVENT va trouver dans cette ancienne caserne un cadre, des locaux, et sûrement un projet, à la mesure de son ambition : l’encasernement de la jeunesse.

INFIRMIERS (-IERES) BACHELOT VEUT DOUBLER SARKO SUR LES RETRAITES

Gérard SANCHEZ, président local de la Coordination Nationale Infirmière (CNI), appelle à la mobilisation pour la journée nationale du 6 Avril à Paris.

Ce jour-là, doit être présenté aux députés un projet de loi pompeusement appelé  » Rénovation du dialogue social  » qui prévoit en catimini de modifier l’âge de la retraite dans la profession. Les infirmiers (-ières) passeraient ainsi de la catégorie B à la catégorie A avec, à la clé, quelques euros en plus pour 5 ans de travail supplémentaire.

Pour le NPA l’arnaque proposée par BACHELOT aux infirmiers est un véritable ballon d’essai envoyé de l’Elysée pour tester la mobilisation sur les retraites dans une profession avant de s’attaquer au dossier retraite dans son ensemble dans quelques semaines.

En reculant l’âge de la retraite de 55 ans à 60 ans dans une corporation, BACHELOT a pour mission de tester la combativité des salariés.

Chez les infirmiers (-iéres) c’est déjà la question de la centralisation du conflit qui doit être à l’ordre du jour !


TRANSFORMER LES ORDURES EN OR DANS LE CAPITALISME VERT C EST POSSIBLE

La gestion des déchets ménagers coûte cher aux contribuables parce qu’elle est une rente pour des profiteurs. Cette lapalissade capitaliste vaut pour tout l’ouest héraultais qui, faute d’outils publics, sous-traite au privé le transport et le traitement des ordures ménagères.

67 200 tonnes de déchets sur les 282 309 tonnes  » produites  » dans le département de l’ Hérault ont été exportées vers les départements limitrophes.

Premier visé pour l’ouest héraultais, le département de l’Aude qui reçoit 40 000 tonnes par an dans son usine de Lambert à Narbonne.

Il est à noter que cette usine appartient au groupe SITA SUD spécialisé dans la collecte et l’enfouissement.

Pour le NPA la gestion des déchets ménagers est la preuve par l’absurde que les combats écologiques doivent être anticapitalistes.

Sinon, au nom du capitalisme vert, ce sont les SITA, VEOLIA, SUEZ … qui organiseront et se partageront les marchés : dans l’intérêt de leurs actionnaires, pas de l’écologie et des citoyens.

QUITTER LE MEDEF OU L’ESPOIR POUR LA GPME DE SYPHONNER LES FONDS PUBLICS

Dans les précédentes lettres électroniques nous avions rendu compte de la tentative d’ OPA hostile du PDG de la CAMERON sur le MEDEF local. Après avoir perdu en justice, Gérard COLOM, le PDG licencieur de la CAMERON qui vient, malgré ses droits à la retraite, d’être intégré dans les 142  » départs volontaires « , a, dans le cadre d’une nouvelle vie de patron, été élu président du Groupement de Petites et Moyennes Entreprises ( GPME ).

Pour le NPA il faudra que M. COLOM explique comment on peut devenir le patron local de la GPME quand on est encore patron local d’une multinationale.

A moins que ce tour de passe-passe entre MEDEF et GPME ne serve que le travail de lobbying fait par M.COLLOM auprés du sous-préfet, de la directrice régionale des finances publiques et des petits patrons locaux, pour syphonner les 660 000 euros injectés dans le plan de sauvegarde de l’emploi de la CAMERON par les pouvoirs publics.

Pour le NPA COLOM c’est le PROGLIO local, une main dans la caisse de la CAMERON, l’autre main dans la caisse des fonds publics.

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page