Montpellier 25e Rencontres de Pétrarque

Notre camarade Philippe Corcuff participera à ces Rencontres

Il sera présent au débat « Tous connectés, bientôt débranchés » qui, dans le cadre du thème général « En qui peut-on avoir confiance ? », se tiendra le vendredi 23 juillet de 17h30 à 19h30 au Rectorat de Montpellier, cour Soulages, 31 rue de l’Université.

Ci-dessous son texte, publié dans Le Monde ce 21 juillet, Défiances modernes

Ces Rencontres sont organisées par France Culture et le journal Le Monde. L’entrée est libre … dans la limite des places disponibles…Et la limite est vite atteinte! D’où le conseil : arrivez très tôt!

Diffusion sur France Culture du 9 au 13 août de 20h30 à 22h

Pour en savoir plus sur ces Rencontres :

http://www.franceculture.com/evenement-les-rencontres-de-petrarque-et-les-emissions-a-montpellier.html

Sur Philippe Corcuff on peut lire entre autres :

Figures de l’individualité, de Marx aux sociologies contemporaines

http://www.espacestemps.net/document1390.html

Il est cosignataire d’une tribune récente dans Le Monde (16 juillet) : La retraite des pouvoirs

http://www.npa2009.org/content/la-retraite-des-pouvoirs-tribune-parue-sur-lemondefr-le-16-juillet

Défiances modernes, par Philippe Corcuff, sociologue, maître de conférences en sciences politiques à l’IEP de Lyon (Le Monde, 21 juillet 2010)

Les discours conspirationnistes – 11 septembre 2001, grippe A (H1N1), climatosceptiques, etc. – s’engouffrent dans la conjoncture de délégitimation relative des paroles autorisées. Internet en est un des conducteurs principaux. Nombre de propos de statuts très divers (de simples préjugés à des énoncés appuyés sur des travaux scientifiques consistants) sont alors qualifiés de « thèses officielles », et par là même identifiés a priori comme probablement mensongers. Comment l’indispensable critique sociale pourrait-elle alors ne pas être embarquée dans une dynamique généralisée de déréalisation ?

Sont visées ici les théories du complot systématiques, c’est-à-dire des trames narratives expliquant principalement l’histoire humaine par les manipulations cachées qu’opéreraient quelques individus puissants. Je ne conteste pas l’existence (bien réelle) de « complots » et autres « coups tordus » secrets dans l’histoire humaine. C’est l’hypothèse selon laquelle ils donneraient le « la » à cette histoire qui est en cause.

Des réducteurs d’angoisse

Différents facteurs ont vraisemblablement favorisé les succès relatifs des théories du complot. Le recul du marxisme à partir de la fin des années 1970, non compensé par une diffusion large de la culture des sciences sociales, a fait régresser les analyses structurelles, mettant l’accent sur les structures sociales (dynamique capitaliste, rapports de classes, de genres et de races, etc.) contraignant les actions des individus, même les plus puissants.

Or les théories du complot se présentent comme des mises en récit intentionnalistes, au sein desquelles des intentions individuelles apparaissent centrales. Elles sont ainsi en phase avec d’autres schémas intentionnalistes qui ont davantage pénétré l’espace public : figure du calcul coûts/avantages individuel de l’Homo oeconomicus de l’économie néolibérale ou diverses explications psychologiques.

A cet aspect conjoncturel viennent peut-être s’associer des processus de plus longue portée charriés par l’individualisme contemporain : les individus davantage individualisés de nos sociétés ont tendance à privilégier des interprétations en termes d’intentions et de responsabilités individuelles.

Par ailleurs, plus fragilisés dans leurs repères, ils trouveraient dans les explications conspirationnistes de nouvelles certitudes simples et rassurantes face aux complications d’un monde réclamant davantage d’eux. Les théories du complot seraient tout à la fois des indices d’un certain brouillage des repères, des réducteurs d’angoisse et des dispositifs de relance de l’incertitude, dans un mouvement circulaire.

Le doute participe pourtant bien de la construction philosophique du sujet occidental moderne. Mais au travers des dynamiques conspirationnistes actuelles, il semble s’autodévorer, mettant à bas des certitudes établies à la recherche de nouvelles, mais sans pouvoir se stabiliser, en tendant à relancer continûment l’indécision.

Une critique sociale renouvelée dessinerait la possibilité d’un doute plus contrôlé, freinant les dérives d’un doute absolu en laissant cependant ouvertes des zones floues. Quelque chose comme une perplexité raisonnée, attentive aux fragilités des individus face au poids des logiques sociales.

——————————————————————————–

Philippe Corcuff a codirigé « L’Individu aujourd’hui. Débats sociologiques et contrepoints philosophiques » (Presses universitaires de Rennes, 394 p., 20 €).

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page