Dans les rues de Montpellier : 35 OOO !

60 000 manifestants selon la CGT, 25 000 selon Midi Libre, contre respectivement 55 OOO (CGT) et 40 OOO (ML) le 7. D’après notre comptage, nous étions près de 40 000 le 7 et ce coup-ci près de 35 OOO.

Autre constat, une partie des manifestants du 7 n’était pas là le 23 et certains qui ont manifesté hier n’étaient pas là le 7. Preuve qu’il y a des réserves !
A l’échelle nationale, la mobilisation est du même niveau. Le mouvement peut et doit continuer et s’amplifier.

24 septembre : Montpellier. Retraites 25 000 manifestants qui entendent rester mobilisés (Midi Libre)

Ce qui est étonnant, c’est le grand écart observé entre le comptage de la préfecture (18 000) et l’intersyndicale (60 000 !). Peu importe, en somme, puisque la mobilisation – quoique moins abondante – est restée forte. […]

DERNIÈRE MINUTE Le personnel de l’Éducation nationale, réuni, hier soir, en assemblée générale, a décidé d’une grève reconductible, à partir d’aujourd’hui. Des perturbations scolaires sont donc à prévoir.

Montpellier. Appel à la grève illimitée Ils étaient nombreux, hier, parmi les contestataires, à appeler à « la grève illimitée » (Midi Libre)

NPA : Après le succès du 23, frapper plus fort encore !

La suite que prévoient les syndicats

Solidaires : Tous et toutes dans la rue, le samedi 2 octobre ! (Rezocitoyen) : La construction d’un mouvement reconductible est nécessaire

Après le succès du 23 septembre, déclaration de l’intersyndicale nationale (Rezocitoyen) : grande journée de rassemblements et de manifestations dans le pays le samedi 2 octobre pour conforter la mobilisation et permettre l’engagement de nouveaux salariés dans l’action. Mardi 12 octobre une nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat.

D’autres infos à lire ci-dessous.

Reportage photo sur la manifestation de Montpellier.




…………………………………

24 septembre : Beziers. Retraite Une mobilisation moindre, un appel à durcir le mouvement (Midi libre)

« Il va falloir penser à autre chose que des manifestations toutes les deux ou trois semaines, relève Laurent, enseignant trentenaire dans le Biterrois. Ces mouvements ne suffisent pas pour que le gouvernement tende l’oreille. Il faut durcir le mouvement. Avec la réforme des retraites envisagée, nos cotisations vont augmenter. Cela représentera en perte de pouvoir d’achat un jour de salaire par mois. Soit, sur l’année, douze jours. Alors, pourquoi ne pas se lancer dans un mouvement de grève reconductible. Quitte à perdre du pouvoir d’achat, autant que cela débouche sur une action vraiment dure. »

Le même son de cloche résonnait hier à l’avant comme à l’arrière du cortège. « La déambulation incantatoire, ça suffit. Pendant ce temps, le rouleau compresseur de l’UMP continue. Quant à la prochaine manifestation, le week-end, comme le proposent certains syndicats et partis politiques, ce serait du même effet, c’est-à-dire nul ou agissant seulement à la marge, estime Hubert Fleury, secrétaire adjoint de l’union locale FO. Il faut radicaliser le mouvement. »

Du coté des enseignants, disputant la suprématie aux employés du secteur public, et nombreuses personnes aux cheveux blancs ou gris, le message semblait être passé. Hier matin, lors d’une assemblée, une motion a été rédigée pour être adressé à Paris afin de demander « à ce que l’on étudie la possibilité d’une grève interprofessionnelle et intersyndicale reconductible », indiquait un responsable de la CGT. Dès lundi prochain ou au plus tard le 29 septembre, jour d’une réunion de la Confédération européenne des Syndicat

Sete. « Sarko touche pas à nos retraites sinon ça va être ta fête » (Midi Libre)

Infos nationales (ci-dessous info sur Montpellier et dans la région)

La contestation refuse de battre en retraite (Libération)

Réussir à faire descendre dans la rue, à quinze jours d’intervalle, entre 1 et 3 millions de personnes contre un projet de loi adopté entre-temps par l’Assemblée nationale constitue, de fait, un succès pour les opposants à la réforme.

Dans le cortège à Paris, «prêts à aller jusqu’au bout» (Libé) Photos et son

Vidéo : Retraites : revue de banderoles au coeur du cortège (NouvelObs)

Retraites : syndicats et gouvernement jouent l’épreuve de force (Le Monde)

Il est probable que les manifestants du 23 septembre ne sont pas les mêmes que ceux du 7 mais cela ne signifie pas que ceux qui ne se sont pas déplacés cette fois, alors que d’autres faisaient l’inverse, aient subitement adhéré à la réforme. […]

La nouveauté, pour cette quatrième journée, c’est qu’on a remarqué une présence beaucoup plus importante des étudiants et des lycéens, relevée par l’Unef mais aussi par des dirigeants patronaux, dans les cortèges.

Une question qui pèse sur le débat des retraites : L’espérance de vie n’augmentera plus (Le Monde)

Syndicalistes pour la grève générale

Syndicats de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de la CNT, de la CDMT, de la CTU, du STC, … Ensemble, nous construisons la grève générale pour le retrait du projet de loi sur les retraites ! Ensemble, pour un syndicalisme de lutte plus fort et plus efficace. […]

En 2009, la grève générale a débouché sur des acquis en Guadeloupe et en Martinique..
En France, la même année, les journées d’action de janvier, mars, avril, mai n’ont rien donné et se sont terminées par une mobilisation affaiblie en juin. Tirons le bilan de nos expériences, ne recommençons pas la même chose en 2010. Mars, mai, juin, septembre, nous étions des millions dans la rue ; cela crée un rapport de forces, mais il faut maintenant l’utiliser, assumer l’affrontement social … c’est ce qui nous permettra de gagner.

Nos collectifs syndicaux CGT, FSU, Solidaires, CNT, CDMT, CTU, STC déclarent travailler ensemble à construire un mouvement d’ampleur, la grève générale pour le retrait de ce projet de loi sur les retraites et pour la satisfaction de nos revendications !

Parmi les signataires : Jean-Pierre Delannoy, secrétaire régional CGT Métallurgie Nord Pas de Calais; Xavier Mathieu, délégué CGT et comité de lutte Continental Clairoix et Alain Mosconi, secrétaire national STC (Syndicat des Travailleurs Corses).

…………………………………….

Infos sur Montpellier et la région

Manif’ du 23 septembre à Montpellier (les photos de Rosa postées sur Bellaciao)

D’après Midi Libre :

Les cortèges contre la réforme des retraites ont animé différentes villes de la région et dans tout l’Hexagone. Tour d’horizon sur la mobilisation.

Montpellier – Au cours du défilé qui a duré près d’1 h 30, 60 000 personnes ont manifesté à Montpellier selon la CGT, 25 000 selon les estimations Midi Libre, 18 000 selon la police.

Béziers – Avec environ 5 000 personnes dans les rues ce matin à Béziers pour s’opposer à la réforme gouvernementale des retraites, les manifestants font moins bien que le 7 septembre, où on en comptait 7 000. « Le secteur privé n’est quasiment pas présent, relève un syndicaliste. Certains perdent une prime mensuelle en faisant deux fois grève dans le même mois. Et les niveaux de salaire étant bas dans le Biterrois, ça fait une perte importante sur la fiche de paie à la fin du mois. » Dans le cortège, à noter la présence du député Kléber Mesquida et du sénateur Robert Tropéano.

Sète – Les manifestants étaient près de 1 500 dans la rue selon la CGT, 1 200 selon la police, 1 300 selon les estimations Midi Libre

La suite : 60 000 manifestants dans les rues de Montpellier selon la CGT

L’animation du cortège du NPA était centrée sur une représentation, inspirée de la comedia dell’ arte, d’une bagarre permanente entre des gavroches poursuivant un emblématique patron de caricature au gros ventre, fumant un également gros cigare et étalant son mépris de la populace! (voir ci-dessus) Par ailleurs un concert de casseroles était dédié à l’homme de la réforme des retraites, Woerth, qui en traîne beaucoup (des casseroles) depuis la révélation de ses amitiés sélectives du côté de Bettencourt, l’amie des gros patrons à gros cigares, etc. (voir ci-dessous des photos et le dessin de Karak))! Une distribution de billets de 500€ à son effigie et de tracts développant notre analyse politique (voir ci-dessous) venait compléter cette démarche d’animation qui cherche à redonner, malgré la gravité de ce qui se joue, un air festif aux défilés.









La distribution de billets de 500€ estampillés Woerth!




Etudiants, lycéens, chômeurs et salariés

C’est tous ensemble qu’il faut lutter, c’est tous ensemble qu’on peut les faire plier













En guise d’invitation au coeur de la manif. Retenons la date : le samedi 2 octobre. C’est à Clapiers que l’on fera la fête sans oublier la bataille des retraites. Mieux : pour renforcer notre motivation d’en découdre avec ces rapaces du capital !


Tout est à nous (TEAN), c’est l’hebdo national du NPA qui, présent dans luttes, informe et met en débat les questions sociales et politiques. On peut l’obtenir auprès des militants ou en écrivant à npa34@orange.fr ou à NPA, 14 rue du commerce 34000-Montpellier. On peut aussi s’abonner : pour en savoir plus cliquer sur Tout est à nous!


De l’argent il y en a dans les comptes de Bettencourt / dans les caisses du patronat

Et l’argent on l’prendra dans les comptes de Bettencourt / dans les caisses du patronat


La question mérite d’être posée sérieusement si on veut obtenir le retrait de cette réforme infâme!


Etudiants, lycéens, chômeurs et salariés

En grève, en grève, en grève jusqu’au retrait!




Cliquez sur le tract pour agrandir.

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page