6 novembre Mobilisation (aussi) pour le droit à la contraception et à l’avortement !

La manif pour le droit à l’avortement à Paris (vidéo NPA)

6 novembre Manifs Pour l’IVG à Montpellier. Quelques photos.

NPA 34 : Défendre le droit à disposer de son corps! Mobilisation nationale en défense des centres d’IVG!

A Paris, plusieurs milliers de personnes défilent pour le droit à l’IVG (NouvelObs)

Articles à lire ci-après.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.







A Montpellier deux rassemblements sont prévus samedi 6 novembre:

– le premier à 14h Place de la Comédie (cf tract 1 ci-dessous) appelé par un collectif d’organisations dont le NPA

– le second à 15h, rue Léon Blum, devant l’ancienne Maison des Syndicats (cf tract 2) à l’appel du comité de vigilance sur les droits des femmes dont le NPA est partie prenante.

Le NPA 34 regrette que l’unité entre les différents courants qui défendent les droits des femmes n’ait pas pu se réaliser. Ce combat doit pouvoir nous rassembler comme c’est le cas au niveau national.Le NPA sera donc présent aux deux initiatives.

………………………………………

Tract n° 1 :

Tract n° 2 : SAMEDI 6 NOVEMBRE 2010 – MOBILISATION NATIONALE (voir ci-dessous)

« Losqu’une femme ne veut pas poursuivre sa grossesse, c’est une manière pour elle de s’approprier son histoire » (Pascale Bourlet, sage-femme). Tiré de l’un des deux articles consacrés par l’Hérault du Jour à cette action.

Avorter est un droit ! Manif nationale le 6 novembre… (NPA) / Avortement, il est urgent de se remobiliser ! (NPA) / NPA. Pour la défense du droit à l’avortement et de l’hôpital public, manifestation le 6 novembre / 35 ans après, l’avortement toujours menacé? (Les Inrocks)

Tract n° 1 :
Tract n° 1 à télécharger en pdf

Tract n° 2 : SAMEDI 6 NOVEMBRE 2010 – MOBILISATION NATIONALE

A Paris, plusieurs milliers de personnes défilent pour le droit à l’IVG (NouvelObs)

AVORTER EST UN DROIT

Dans un contexte de régression inquiétante des droits des femmes, toutes et tous ensemble, nous revendiquons nos droits dans le respect de l’égalité : qu’il s’agisse du droit à la retraite ou du droit à l’avortement. Nous sommes là car ces droits sont malmenés.

Par la réforme des retraites, les femmes sont les premières victimes d’une politique inégalitaire qui les précarise davantage et favorise un modèle social les renvoyant dans leur foyer.

Les femmes restent ainsi toujours et encore les « laissées pour compte ».

De même, la loi Bachelot, en menaçant le droit d’avorter, constitue un recul considérable pour la liberté des femmes à disposer de leur corps, condition essentielle pour faire ses propres choix de vie.
De 1975 à 2001, le droit à disposer de son corps n’a fait que progresser grâce aux luttes menées par les femmes. On pouvait penser que le droit à l’avortement était enfin acquis, il n’en est rien !
D’abord parce que la loi de 2001 – stipulant l’allongement du délai légal de 10 à 12 semaines, la suppression de l’obligation de l’autorisation parentale pour les mineures, la suppression de l’entretien préalable obligatoire, et la possibilité de choisir la technique d’avortement – n’a jamais été vraiment appliquée.

Les délais ne sont pas toujours respectés, les mineures mal prises en charge. Aucune mesure contraignante n’oblige les établissements publics à organiser la pratique des avortements. Les médecins « militants » qui se sont battus pour que les centres IVG existent, sont peu ou pas remplacés quand ils partent en retraite.

Avec la loi Bachelot, les fermetures des centres IVG se sont multipliées partout en France. Les établissements de santé sont regroupés avec pour conséquences la fermeture des hôpitaux de proximité. Les restructurations sont organisées avec perte de personnel soignant, concentration des activités, « travail à la chaine ».

La tarification à l’activité, nouvelle méthode de financement des hôpitaux, incite les établissements à limiter ou arrêter les actes estimés non rentables, notamment la pratique des IVG.

Tout se passe comme si l’IVG n’était pas un droit mais une tolérance et reste perçue comme un « mal nécessaire » car pratiqué par des femmes en « détresse ». Ce n’est pas l’avortement qui fait souffrir mais le contexte dans lequel il intervient ou les conditions dans lesquelles il est réalisé. Il est plus que jamais nécessaire de réaffirmer que l’avortement est, autant que la contraception, un moyen pour les femmes de disposer de leur corps et de choisir ou non d’être mère.

NON A LA FERMETURE DES CENTRES IVG

NON A LA DESHUMANISATION DES SOINS

NON AU DEMANTELEMENT DE L’HOPITAL PUBLIC

OUI A LA LIBERTE D’AVORTER « OU JE VEUX, QUAND JE VEUX ET COMME JE VEUX »

AVORTEMENTS ET CONTRACEPTION LIBRES ET GRATUITS

Le Comité de vigilance pour les droits des femmes 34

…………………………………..

Avorter est un droit ! Manif nationale le 6 novembre… (NPA)

Avortement, il est urgent de se remobiliser ! (NPA)

NPA. Pour la défense du droit à l’avortement et de l’hôpital public, manifestation le 6 novembre>

35 ans après, l’avortement toujours menacé? (Les Inrocks)

Le droit à l’avortement est-il en danger en France ? (NouvelObs)


Femmes en lutte. Des retraites à défendre … l’IVG aussi ! (photo de l’Hérault du Jour)


Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page