Mouvement des retraites : contre la répression des lycéens…

25 novembre : les syndicats ont dénoncé au préfet l’arrestation de cinq jeunes qui sont convoqués au parquet (Midi Libre)

23 novembre : Rassemblements en région du 23 : pause de la mobilisation. Article de Midi Libre.

Philippe Corcuff : « Une guérilla sociale durable » (L’Humanité)

Lire ci-dessous :
Retraites Les revanchards en action…Hérault Cinq lycéens risquent 4 500 € d’amende… pour avoir distribué des tracts (Midi Libre du 17 novembre)

Appel : Arrêtés pour avoir distribué des tracts dans la rue !
Soyons nombreux devant le tribunal le mercredi 15 décembre à 10 h30.


25 novembre : les syndicats ont dénoncé au préfet l’arrestation de cinq jeunes qui sont convoqués au parquet (Midi Libre)

23 novembre : Montpellier. Les syndicats optent pour des actions ciblées (Midi Libre)
et Montpellier. Polémique sur des arrestations (Midi Libre)Rassemblements en région du 23 : pause de la mobilisation. Article de Midi Libre.

Midi Libre (17 novembre) : Notre confrère Direct Montpellier Plus rapporte que les cinq lycéens interpellés aux Rives-du-Lez (Hérault) le 9 novembre, alors qu’ils distribuaient des tracts contre la réforme des retraites aux automobilistes, sont poursuivis en justice pour « entrave à la circulation ».

Ils sont convoqués au tribunal correctionnel le 15 décembre, à 10h30 et encourent 4 500 € d’amende. L’Union nationale des lycéens (UNL) réclame l’arrêt des poursuites et appelle à la mobilisation pour la prochaine manifestation le 23 novembre. (ML)

L’article sur le site de Midi Libre

Arrêtés pour avoir distribué des tracts dans la rue !

Mardi 9 novembre à midi, une cinquantaine de lycéens rassemblés calmement, distribuent des tracts contre la réforme du système des retraites sur l’avenue P.Mendes France.

Quinze minutes plus tard, la police nationale arrête – virilement – trois lycéens, une lycéenne de 15 ans et un jeune étudiant. Des insultes, homophobes « petit pédé »,des menaces « si je te croise dans la rue, je te nique ta gueule » sont en outre proférées par les agents.

Les interpellés, tous mineurs, passent sept heures au commissariat central, sans eau ni nourriture, dans une cellule plus que sombre, sale, puant l’urine…

La police les interroge individuellement, les photographient une ardoise à la main, déclinant leur identité et un matricule. De plus leurs empreintes digitales sont relevées sans qu’ils puissent opposer le moindre refus.
La police déclare du reste, aux manifestants et aux proches, que les interpellés seront relâchés à 14 heures et sans poursuite aucune. Ils sont libérés à 19 heures !

Les cinq élèves sont de surcroît convoqués le 15 décembre au tribunal à 10 heures 30 au motif d’entrave à la circulation et peuvent encourir jusqu’à 4500€ d’amende.

La coordination lycéenne de l’Hérault

Premiers signataires : JC34, NPA, PCF, PG, Union Syndicale Solidaires, Sudlycées34, FSU, CGT, CFTC, CFDT

23 novembre : Philippe Corcuff : « Une guérilla sociale durable » (L’Humanité)

A lire sur notre blog :

Lycées : répression policière et/ou administrative

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page