Education Académie de Montpellier. La formation des maîtres perd un quart de son budget

Enseignement. La décision de l’UM2 [Université Montpellier 2, la « fac » de Sciences], à laquelle l’IUFM [Institut Universitaire de Formation des Maîtres] de l’académie de Montpellier est rattaché, compromet fortement l’avenir de l’institut.

La présidente de l’université des sciences (UM2) Danièle Hérin a annoncé en début de semaine la baisse de 26% du budget de l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM). Ni plus ni moins que son « assassinat », selon Patrick Tolédano, secrétaire académique du SNUipp-FSU [Syndicat majoritaire dans le Primaire] (1).


Depuis trois ans, l’IUFM, qui était auparavant une structure autonome, est devenu une des composantes de l’UM2. A ce titre, c’est le conseil d’administration de la fac qui attribue chaque année les crédits nécessaires à son fonctionnement. A l’époque, le choix s’était porté sur l’UM2 plutôt que sur les deux autres candidats à la tutelle car elle semblait offrir le plus de « garantie de la prise en compte des spécificités de l’IUFM, rappelle Patrick Tolédano. L’équipe de direction de la fac portait un regard intéressé et bienveillant sur les enjeux de la formation initiale. »

La suite de l’article de L’Hérault du Jour

(1) Note du blog. Snuipp-FSU : Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et Pegc. Syndicat affilié à la Fédération syndicale unitaire (FSU) qui est la première organisation syndicale en France de l’enseignement.

Lire aussi :


Jeunes profs : fatigue, stress et découragement (L’Hérault du Jour)

« On n’a pas le temps de préparer des cours structurés. Du coup, on bricole » (L’Hérault du Jour)

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page