Béziers. Enfin une prévention des risques au Capiscol ? Aux Biterrois d’aller y voir de près !

Béziers. Protection autour des usines classées Seveso (Midi Libre)

La zone du Capiscol compte trois entreprises soumises au PPRT. Une consultation du public est organisée.

INFO : la Lettre Electronique hebdomadaire du NPA Béziers interrompra sa parution pendant ces congés scolaires.

À la suite de l’explosion de l’usine AZF, en septembre 2001 à Toulouse,
une loi, dite Bachelot, a instauré en 2003 la mise en place de Plans de
prévention des risques technologiques (PRRT). En France, il y en a 420
dont trois à Béziers, pour des entreprises de la zone du Capiscol. […]

Par l’intermédiaire du Comité local d’information et de concertation
(Clic), l’Omesc (Organisme de médiation en environnement, santé et
consommation) a participé à la mise en place du PPRT. Pour que le public
puisse intervenir lors de cette consultation en toute connaissance de
cause, l’association organise une réunion d’information le 13 février à 18 heures dans la Maison de quartier Albert-Camus.

Elle estime, (lire ci dessous) sans remettre en cause l’utilité du PPRT,
que de nombreuses questions restent en suspend quant à la sécurité de
la zone. Et elle compte sur la participation des Biterrois pour
interroger les pouvoirs publics. 12_02_12_Rsques_industriels.jpg

L’article

A lire aussi

Dans Motivées (juin 2011), le mensuel du NPA 34 : BEZIERS. Capiscol, l’accident industriel qui viendra


ECOLOGIE : NOUVELLES FUITES CHEZ SBM, 8 SALARIES HOSPITALISES (avril 2011)

La
société SBM est implantée dans la zone industrielle du Capiscol à
Béziers. Elle est classée aux normes Seveso, à hauts risques donc. Cette
usine,
qui confectionne des produits phytosanitaires, rencontre régulièrement
des problèmes techniques. Dernièrement 8 salariés ont été hospitalisés
victimes de vomissements, maux de tête, tremblements. Pris en charge par
les sapeurs pompiers, ils ont été évacués d’urgence vers le centre
hospitalier. Ces troubles sont dûs à l’inhalation de poussières d’un
produit qui s’est échappé d’une ensacheuse verticale dans une unité de
fabrication. Ligne de fabrication arrêtée, toutes les personnes
travaillant dans l’atelier placées sous surveillance médicale, équipe de
nuit rappelée pour examen de contrôle . . . l’alerte à été rouge vif à
la SBM.

Quand on connaît le nom du produit qui s’est échappé ( du Formetanate ), il y a de quoi être inquiet car cette substance est le
principal composant du Dicarzol, un puissant insecticide-acaricide employé
dans l’agriculture. Pour le NPA le problème à la SBM comme dans
toutes les usines classées Seveso, c’est l’opacité construite autour des  »
défaillances techniques« . A la SBM le directeur a ainsi ordonné une
enquête interne qui est censée faire la lumière sur les causes de la
défaillance. Pour le NPA le meilleur contrôle c’est celui que peuvent
demander les salariés, via leur CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ). Ce sont les contrôles extérieurs
qui doivent être imposés. Contrairement à ce que pensent les Verts biterrois,
il n’y a aucune confiance à avoir dans une information << sincère
>> qui ne sera jamais donnée. Il faut imposer un double contrôle,
intérieur par les salariés et extérieur par des parties civiles même
sans drame humain.

[Lettre Electronique du NPA Béziers]

Ecologie : Frontignan et
Béziers, vivre et travailler à coté d’une poudrière? (septembre 2011)

A Frontignan 24 cuves stockent 90 millions de
litres de carburant sur 70
hectares et  partagent  Frontignan en deux. Le
risque écologique appelé  » boil over » est classé SEVESO 
seuil O . Si une explosion survenait, le feu  de nature quasi solaire
serait incontrôlable. L’association Action Risque Zéro Frontignan ( ARZF) et
ses 250 adhérents mènent un combat contre l’omerta des pouvoirs publics et des
patrons de BP, maison mère du grand dépôt d’hydrocarbure local.

1500 maisons, 38 établissements publics, 2
supermarchés, 1 collège, 1gymnase et une piscine sont dans le périmètre de
sécurité créé autour du dépôt, suite à la catastrophe AZF de Toulouse.
L’enquête publique, pourtant ordonnée, est repoussée à l’année 2012. Un cabinet
(indépendant ?) doit rendre un avis  sur une réorganisation qui
coûtera plusieurs dizaines de millions d’euros. Une réorganisations que British
Pétroleum retarde, alors que 13 milliards de bénéfices ont été réalisés en
2010!! Pendant ce temps à  Frontignan comme à Béziers, à la ZI du Capiscol des milliers de
salariés travaillent et transitent sur le site. Des dizaines de milliers de
personnes vivent à proximité du site. De plus le canal du Midi et la ligne de
chemin de fer passent à coté.

Décidément à Frontignan comme à Béziers il
faut refuser de vivre à côté d’une poudrière.

Nos vies valent mieux que leurs profits.

[Lettre Electronique du NPA Béziers]

…………………

La dernière Lettre Electronique du NPA Béziers

………………

Illustration : publication‑risques‑industriels‑picto.jpg

…………………

Pour contacter le NPA Biterrois : écrire à
alain.havel@bbox.fr
ou à l’adresse du local : 6 rampe du 96ème d’infanterie 34 500 Béziers

Pour
notre hebdo départemental, Motivées, nous avons deux
points de diffusion sur Béziers : (4 n° par point)

Le tabac/presse de la Devèze,
derrière la Poste
et le tabac/presse « La fraîcheur » face au Trésor Public de
l’Iranget.

Pour notre hebdo national, Tout est à nous (TEAN),
après la presse de Auchan, la presse de l’Intermarché, près de la cave
coopérative de Béziers, propose à la vente 7 numéros.

Pour développer notre presse, nous invitons nos sympathisants et nos militants
à se fournir sur ces lieux.

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page