Bilan d’une démarche de rassemblement pour les législatives dans l’Hérault.

Le NPA 34 a toujours eu la volonté de rassembler  la gauche de gauche. Cette volonté s’est notamment concrétisée aux régionales par la liste « A Gauche Maintenant » (avec le FDG, la FASE, les Alternatifs, le MOC, le NPA). Nous avons eu la même démarche pour les législatives. 




Bilan d’une  démarche de
rassemblement pour les législatives dans l’Hérault.  

Le NPA 34 a toujours eu la
volonté de rassembler, dans les luttes mais aussi dans les urnes,  la gauche de gauche, sur un programme
de rupture et dans l’indépendance vis à vis du PS. Cette volonté s’est concrétisée
aux régionales par la liste « A Gauche Maintenant » (avec le FDG, la
FASE, les Alternatifs, le MOC, le NPA) ainsi qu’aux cantonales avec certaines
candidatures unitaires NPA-Front de Gauche.

En décembre 2011, le congrès du
NPA 34 a confirmé cette orientation unitaire et le conseil départemental élu se
reconnaît majoritairement dans la Gauche Anticapitaliste, courant unitaire pour
l’éco-socialisme qui s’est montré critique quand à l’orientation nationale d’isolement
choisi du NPA. Ce courant défend aujourd’hui la perspective d’une intégration
au sein du FDG si celui-ci s’oppose à la politique d’austérité et ne participe
pas au gouvernement de juin prochain avec le PS.

Depuis des mois, le NPA 34 a donc
proposé au Front de Gauche de reconduire aux législatives ce que nous avions
réussi à construire ensemble lors des régionales avec la liste « A Gauche
Maintenant », comme cela a  d’ailleurs pu se faire dans le Limousin, où il y avait eu
aussi une liste commune FDG-NPA aux régionales.

Le Parti de Gauche s’est montré
favorable à une telle perspective mais hélas, sans passer aux actes afin de la
faire avancer.

Un refus clair est par contre
venu de la direction départementale du PCF. Michel Passet, son secrétaire
départemental, avait déjà indiqué peu après les régionales « AGM, c’est
fini ! ».

Nous avons alors pris contact
avec les sections locales du PCF et du PG pour voir si, à défaut d’un accord
départemental, les obstacles à l’unité nécessaire pouvaient être levés à l’échelle
des circonscriptions. Nous n’avons pas ménagé nos efforts et avons fait des
propositions raisonnables tenant compte du fait que depuis les régionales, le
FDG s’était développé et le NPA s’était affaibli.

Au final,  prenant acte du refus réitéré de la
direction départementale du PCF de tout accord et suite à l’ensemble des
discussions que nous avons pu avoir, l’AG du NPA 34 a voté :

      
le soutien aux candidates du Front de Gauche sur
deux circonscriptions : la 9 ° (MtpEst-Lunel) et la 5° (Hauts-Cantons). Voir ici

      
la présentation en commun avec les Alternatifs
sur deux circonscriptions :  sur la 1 (Mtp Sud-Palavas)  avec Francis Viguié voir ici et la 8 (Mtp Ouest-Frontignan) avec Sophie Biétrix Voir ici.  

      
la présentation en commun avec les Alternatifs et
la FASE, sur la 6 (Béziers) dans le cadre de « l’Appel de Béziers »
qui rassemble ces organisations et des citoyens engagés dont certains sont
membres d’Europe Ecologie ou  du
Front de Gauche.  Voir l’appel de Béziers et ici la dernière proposition faite à cause d’un trop grand nombre de candidatures à gauche. 

Nous regrettons l’occasion ratée
et l’absence d’accord départemental.

 Pour autant les législatives ne sont
qu’une étape et de nombreux éléments plaident pour continuer vers la construction d’un
rassemblement unitaire de la gauche de gauche :

      
la profondeur de la crise

      
 la
menace que font peser le FN et la ligne très à droite de l’UMP

    la
nécessité d’encourager les mobilisations sociales et d’offrir une alternative
de gauche au PS, dont le gouvernement n’entend pas rompre avec les politiques
menées,

      
la situation en Grèce où existe un processus de
polarisation politique avec d’un côté la percée d’un parti ouvertement néo-nazi
et de l’autre la montée en puissance d’une coalition de la gauche radicale
opposée à l’austérité.

Le Front de Gauche dont la
campagne présidentielle a suscité l’espoir pourrait être le cadre de ce
rassemblement nécessaire, s’il confirme sa non participation au gouvernement Ayrault
2 qui sortira des législatives de juin. 

Encore faut-il que le FDG accepte de s’ouvrir à de nouvelles composantes. 

David Hermet   NPA34-Gauche Anticapitaliste

 

 

 

 

 

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page