Compte-rendu du Conseil Municipal de Montpellier du 3 octobre 2011.

Notre élu Francis Viguié rend compte du dernier conseil municipal de Montpellier.

A retenir au menu : ambiance minée par les ambitions personnelles dans la majorité PS, mise en place de commissions, mise en place d’une maison médicale privée, délégation de parkings au privé, nouvelle ZAC et poursuite de l’étalement urbain, SCOT, voeu sur la Palestine à l’ONU…



Le Conseil a commencé dans une
ambiance plutôt électrique.

La première page et l’article du Midi Libre
« A Montpellier, le pouvoir échappe à H. Mandroux » était la raison
de la colère de Mandroux. Pendant plus d’une demi-heure, celle-ci, puis ses
adjoints, ont cherché à valoriser leur bilan. Pour Mandroux, si elle part à
l’étranger c’est pour « promouvoir la ville à l’international »,
le  « bateau n’est pas
ivre
 », la preuve, la ville construit le nouveau quartier de la Restanque
qui doit accueillir de 8 à 10 000 personnes. Fleurence, Passet, Dufour, Danan,
Levita nous expliqueront qu’il y a une volonté de déstabiliser l’équipe
municipale, d’attaquer une institution…. 

Je dois avouer avoir trouvé un côté pitoyable
à la défense collective de la forteresse assiégée. Cette équipe municipale est
minée par les ambitions personnelles
, Saurel et Vignal sont déjà candidats pour
2014 depuis plus d’un an ! Se rajoute maintenant Moure (président de
l’Agglo) plus toute une série de prétendants. Mandroux n’a jamais réussi à
s’imposer ni par un projet nouveau, ni par ses qualités personnelles. Il est
évident que plus nous approchons de la date de la nouvelle élection municipale,
plus les tensions vont monter entre les prétendants et leurs réseaux.

Commissions

La majorité a décidé de modifier
les commissions. Auparavant, il y en avait une quinzaine, elle a maintenant
décidé de n’en garder que deux avec, comme nouveauté, une place pour
l’opposition !! Elles sont composées de 10 membres dont 8 de la majorité,
1 pour l’UMP, 1 pour le groupe Verts-NPA Fase. Ces commissions sont
consultatives. L’intérêt pour nous est de pouvoir connaître et étudier les
dossiers bien avant les conseils municipaux.

Une commission est chargée des Affaires
administratives (marchés publics,finances, personnel….), je vais être membre de
cette commission

L’autre commission est chargée
des Politiques Publiques (urbanisme, sport…), J. L. Roumegas en sera membre.

Je me suis abstenu sur la mise en
place réduite des commissions. Dans l’ancienne formule, il n’y avait pas
d’ouverture à l’opposition, dans celle-ci, en passant à deux commissions, il y a
un côté formalité administrative.

La délibération 5 traitait d’une
Maison Médicale
rue des Tourterelles. Cette Maison était déjà venue en
discussion lors d’un conseil municipal précédent. L’objet de la délibération
concernait la gratuité des locaux d’une valeur locative de 16 500 euros. Je
suis intervenu pour indiquer que 
bien évidemment il y avait besoin d’une médecine de proximité et d’un
service public de santé. Cette Maison, ouverte le soir et les week-end, va
fonctionner avec du personnel libéral de santé payé à l’acte. Le besoin est
réel, organisons plutôt un centre médical comme véritable service public de proximité.

Pourquoi, alors que nous aurons un fonctionnement de type privé, accorder la
gratuité du loyer ?

Touchon (PS) ou Domergue (UMP)
auront le mérite de la clarté en valorisant les partenariats public – privé.

J’ai voté, seul, contre cette
délibération

La délibération 19 modifiait le
constructeur d’un parking de 800 places à Port Marianne.
Prévue dans un premier
temps comme une construction municipale, au final la construction est donnée au
privé. Il est vrai, qu’au vu des choix municipaux cela change peu. Les parkings
sont en Délégation de Service Public et les tarifs ne sont pas harmonisés en
raison des « lois du marché » dixit Levita. C’est-à-dire que la
Mairie n’en a pas les bénéfices et n’a pas de politique de tarifs.

Je n’ai pas voté cette délibération.

La délibération 21 traitait de la
création d’une nouvelle Zone d’Aménagement Concerté
(ZAC), la ZAC du Coteau.
Elle se situe au sud du quartier Malbosc, entre le parc, l’avenue de Moulins et
le rond-point d’Alco.  Il s’agit
d’une ZAC de plus, d’un nouveau quartier, alors qu’il faut arrêter l’étalement
urbain.
C’est aussi une  surface
boisée, une surface agricole.

La politique municipale est
orientée vers l’étalement urbain avec la multiplication des nouveaux quartiers
et l’extension de Montpellier.

Plutôt que continuer l’étalement,
il faut revaloriser les quartiers en particulier les quartiers populaires qui
en ont bien besoin

J’ai voté contre la création de
cette nouvelle ZAC

La délibération 24 donnait
l’appréciation de Montpellier sur le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de
la communauté de communes du Pays de l’Or (Mauguio-littoral).

Bien entendu ce débat recoupait
les positions des uns et des autres sur la réforme territoriale de Sarkozy.
Nous sommes contre, nous sommes pour son abrogation.

L’avis proposé était défavorable,
un certain nombre de points importants plaidait pour un vote contre. Pour ne
prendre qu’un exemple, cette communauté de communes a 3,8% de logements sociaux
et n’en fait aucune priorité.

Je suis intervenu pour rappeler
notre opposition à la réforme territoriale, au fait que le Préfet décide. J’ai
développé le besoin de partenariats en matière de transports publics,
d’équipements… J’ai aussi constaté que nous étions devant un blocage politique
et que, sans attendre les prochaines échéances électorales, nous pouvions faire
appel à l’avis des populations à travers des referendums.

La délibération 26 propose un
accord à EFFIA qui a la gestion du parking Arc de Triomphe.

Il s’agit d’indemniser EFFIA en
raison d’une baisse de fréquentation en décembre 2010. La Mairie reconnaît
avoir ouvert un parking de 250 places sur la promenade du Peyrou, elle établit
que le manque à gagner est de 7 000 euros.

Socialiser les pertes, privatiser
les bénéfices
voilà un bel exemple de la logique de Délégation de Service
public

J’ai voté contre

La délibération 52 officialise
l’extension de la nouvelle mairie. Même pas occupée et déjà trop petite, la
Mairie a acheté des locaux pour une surface de plus de 8 000 m2 (Icade devant
la mairie) Ces locaux sont prévus pour des bureaux, la crèche…

De fait ce sont 8 417 610 euros
qu’il faut rajouter au coût global de la nouvelle mairie.

Vœu Palestine ONU

Un vœu pour la reconnaissance de
la Palestine à l’ONU était proposé. Après avoir rappelé les diverses
résolutions de l’ONU, le vœu se terminait par la demande au gouvernement
français de voter oui au Conseil de Sécurité.

Il me semblait difficile d’en
rester là. Chacun sait qu’il faudra construire des rapports de force de grande
ampleur pour avoir la satisfaction de l’ensemble des droits du peuple
palestinien. J’ai proposé au groupe Verts-NPA-FASE un amendement en ajout au
vœu proposé au vote. Il avait pour but d’engager la mairie de Montpellier au
côté des Palestiniens. Voici cet amendement :

«  Le conseil municipal de Montpellier décide de concrétiser sa
solidarité et son soutien à l’ensemble des droits du peuple palestinien, en ce
sens il décide un jumelage avec une ville de Palestine
 »

Cet amendement a fortement
insupporté H. Mandroux qui a décidé de ne pas le soumettre au vote. Son seul
argument était qu’il était arrivé trop tard. Cet argument n’en est pas un vu
que ce même conseil a voté un règlement intérieur qui dit qu’un amendement à
une délibération ou à un vœu peut être déposé en début de séance, ce qui était
le cas. Elle a insisté en disant qu’elle refusait Gaza, qu’elle était pour le
vivre ensemble… Il est évident, comme nous allons continuer à le voir, que nous
sommes sur un sujet sensible. Pour rappel, nous avions présenté un amendement
sur Agrexco qui avait aussi été refusé.

Michel Passet (PCF) a présenté le vœu,
vœu qui avait été voté au Conseil général.

Je suis intervenu pour montrer
les enjeux de la situation, les limites d’un vote à l’ONU sans construction de
rapports de forces, la nécessité pour Montpellier de s’impliquer. Un jumelage
permet des échanges, concrétise la solidarité, rend visible à l’échelle de la
ville son implication au côté de la lutte du peuple palestinien… J’ai dénoncé
les décisions autoritaires comme le refus de traiter l’amendement présenté
alors que le règlement intérieur le permet. J’ai terminé en proposant à tous
les groupes du conseil et aux conseillers en accord avec la démarche de
jumelage de présenter un vœu commun à l’occasion d’un prochain conseil.

Les Verts interviendront pour me
soutenir et diront qu’il y a une contradiction entre proposer ce vœu et laisser
organiser sur un terrain municipal la journée « Jérusalem capitale
éternelle d’Israêl »

Pour le reste, l’ambiance était
des plus froides.

Perla Danan, pour le groupe
« société civile », membre de la majorité indiquera que le vœu doit
rester celui du Conseil Général (elle aussi refuse  l’amendement sur le jumelage). Elle dira refuser la
politisation du conflit, son utilisation. Elle déclare la liberté de vote pour
son groupe. Il est vrai que Perla Danan est aussi responsable du CRIF ;

Dufour pour le MODEM nous
expliquera que l’acceptation par l’ONU ne suffit pas, que les Palestiniens
doivent reconnaître Israël comme Etat juif, que la ville n’est pas le lieu de
débattre de géopolitique internationale, qu’il ne faut pas porter le conflit
palestinien dans cette instance. Le groupe MODEM ne participera pas au vote

Lors du vote sur le voeu, le
président du groupe socialiste Levita s’abstiendra tout comme P. Dana
présidente du groupe « société civile », des conseillers de la
majorité s’abstiendront aussi, tout comme l’UMP, le Modem ne participera pas au
vote. Nous sommes loin d’un consensus au sein de la majorité municipale. Nous
devons comprendre les abstentions comme des « contre » toute avancée
en direction du soutien aux droits du peuple palestinien.

Au vu de ce que j’ai pu entendre
et voir, pour la solidarité avec le peuple palestinien, le conseil municipal est
loin d’être à l’avant-garde. En résumé, des présidents de groupes de la
majorité municipale 3 n’ont pas voté ce vœu (PS, Modem, Société Civile) et 1
seul l’a voté (PC) .

Pour avancer sur cette question,
il faudra un engagement fort des conseillers les plus convaincus en lien avec
les associations de solidarité avec la Palestine, avec les mobilisations au
côté des Palestiniens.

Prochain conseil le lundi 7
novembre 2011.

Francis Viguié conseiller
municipal NPA FASE

A lire aussi

Francis Viguié : compte rendu du Conseil municipal de Montpellier (25 juillet 2011)

 05_10_11_Viguie.jpg

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page