Du Larzac à Notre Dame des Landes : occupons les terres !



Dans le cadre de la journée nationale de mobilisation contre
« l’Ayraultport », plusieurs associations appellent à un rassemblement
à Bédarieux samedi 17 novembre, 10h. 





Notre-Dame-des-Landes devient le symbole d’un monde en crise profonde et
des résistances qui opposent des alternatives de vie à des projets mortifères.

 

Ce projet, un méga aéroport, conçu il y a quarante ans dans un contexte
économique, social, climatique et environnemental radicalement différent, n’a
plus de raison d’être aujourd’hui. Et pourtant, les politiques, le premier
ministre et ex- Maire de Nantes Jean-Marc Ayrault en tête, s’obstinent, contre
vents et marées, à vouloir le réaliser.

Il faut rappeler que le territoire sacrifié pour cet aéroport est un bocage
de 2000 hectares avec des terres agricoles fertiles où vivent de nombreuses
familles (des paysans locaux et des jeunes venus s’installer en résistance au
projet).

 

Pour défendre les intérêts de la multinationale VINCI, maître d’œuvre du
projet, le gouvernement n’a trouvé que la répression violente (centaines de CRS
expulsant les habitants, démolitions des maisons à la pelleteuse, saccages des
cultures, etc…) pour répondre à une résistance non-violente.

Tout ceci nous rappelle la lutte des paysans du Larzac contre l’extension du camp militaire…une lutte
victorieuse.

 

Les habitants de la zone vont réoccuper les lieux le 17 novembre, et nous,
ATTAC Hts Cantons, le collectif pour la non-violence, les faucheurs volontaires,
les soutenons et vous invitons à venir nombreux au rassemblement de Bédarieux à
10H à la placette le  samedi17
novembre.


_________________________________________________________________________________________________

Depuis le 16 octobre, et encore aujourd’hui, les forces répressives policières de l’État  (1200 GM, CRS etc.) sont chargées de « nettoyer » la Zone à défendre (ZAD) de ses habitantEs (environ150 au départ), afin de préparer le chantier de Vinci qui devrait commencer début 2013, en détruisant toutes les habitations et les potagers. Or, le nombre des habitantEs a doublé depuis cette date. Les soutiens arrivent de partout, Nantes, Allemagne, Italie, Paris… Les opposantEs historiques multiplient les sit-in à Nantes, tout en mobilisant à Notre-Dame-des-Landes afin de soutenir les résistantEs. La violence policière ne cesse d’augmenter, mais elle ne fait que renforcer la solidarité et la mobilisation sur place comme ailleurs : sympathisantEs présentEs à la ZAD pendant les opérations policières, et apportant du matériel à NDL, réseaux sociaux, rassemblements un peu partout, création de collectifs de soutien, lettres ouvertes, communiqués, articles de journaux nationaux, circulation de vidéos…

La journée de réoccupation du 17 novembre

Une journée de réoccupation est organisée sur place le samedi 17 novembre. Elle sera suivie d’une semaine militante à NDL et d’une grande manifestation à Nantes le 24.

La préparation de cette journée est intensive et n’empêche pas la résistance sur le terrain. Plusieurs milliers de personnes se sont d’ores et déjà inscrites à l’évènement sur Facebook. La page a d’ailleurs mystérieusement disparu cette nuit.

La réponse à ces manœuvres policières considérables doit être une mobilisation massive ce 17 novembre.

Le débat n’a jamais eu lieu, ce projet est une aberration environnementale, en pleine crise écologique, et un gaspillage de fonds publics au profit de Vinci. Les arguments sur l’emploi et sur la dangerosité de l’actuel aéroport ne tiennent pas la route. Et pour parfaire le tout, une contre-étude a mis en 2011 en lumière l’erreur économique qu’il représente.

Tous les moyens doivent maintenant être mis en œuvre simultanément pour mettre fin aux expulsions et obtenir l’arrêt définitif de ce projet : soutien de la résistance sur le terrain, communication maximale sur le dossier, prises de paroles de responsables politiques, présence massive de militantEs et sympathisantEs le 17.

Selon les lieux et les réseaux locaux, préparer des départs collectifs pour Notre-Dame-des-Landes ou organiser des actions locales le 17 novembre sont deux options possibles.


Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page