Du samedi 22 au samedi 29 septembre, marche Montpellier-Carcassonne pour la sauvegarde des terres agricoles !



Le 22 septembre le
collectif « Non à Hinterland
Poussan 
» accueillera la  Marche des sans terres.
Ce sera la première halte de la marche organisée par
le Collectif « Paysans sans terre,
d’ici et d’ailleurs 
» entre Montpellier et Carcassonne du 22 au 29
septembre.

A Poussan, des terres agricoles doivent être détruites au profit d’un vaste projet « hinterland » qui encouragera encore le trafic par camions sur l’A9.





Du samedi
22 au samedi 29 septembre,
marche Montpellier-Carcassonne pour la
sauvegarde des terres agricoles !

Le 22 septembre le
collectif « Non à Hinterland
Poussan 
» accueillera  à 18 h la  Marche des sans terres. 
Ce sera la première halte de la marche organisée par
le Collectif « 
Paysans sans terre,
d’ici et d’ailleurs 
» entre Montpellier et Carcassonne du 22 au 29
septembre. (
voir le calendrier détaillé en bas de page)

 Unknown.png

 

LA MARCHE : MONTPELLIER-CARCASSONNE  du samedi
22 au samedi 29 septembre 2012

Entre
accaparement des terres, hausse de prix et disparition des surfaces agricoles,
la question de la terre est toujours aussi cruciale pour une large part de
l’humanité.

Dans
ce cadre, et en lien avec la grande marche de 100 000 personnes initiée par
Ekta Parishad en Inde, le collectif « Paysans sans terre, d’ici et
d’ailleurs » de Montpellier organise une marche non-violente de Montpellier
à Carcassonne.

Cette marche vise :

à
soutenir la marche simultanée organisée en Inde par Ekta Parishad et à
promouvoir le droit des populations autochtones à leurs ressources
naturelles 

à
promouvoir la souveraineté alimentaire régionale, et participer ainsi au
changement sociétal et à la mise en place d’une économie plus respectueuse de
l’homme et de la nature,

à
marcher pour la dignité et contre la pauvreté, en dénonçant dans notre société
ce qui tend à marginaliser et à appauvrir de plus en plus de personnes.

 Constat

Dans
le Languedoc-Roussillon, comme ailleurs en France, de nombreux « paysans
sans terre » existent, des jeunes souhaiteraient s’installer pour cultiver
et pratiquer l’élevage autrement, mais se heurtent :

– aux
prix élevés des terres ;

 – à la priorité donnée par les chambres
d’agriculture à l’agrandissement des grandes

exploitations
agricoles et d’élevage intensif ;

– à
la perte de terres agricoles au profit de projets commerciaux, routiers et
d’urbanisation.

 

Voir

 le site du collectif des paysans sans terre de l’Hérault

le site du collectif conte
l’Hinterland de Poussan


NON A HINTERLAND, AU DOUBLEMENT DE L’A9 ET A L’AUGMENTATION DU TRAFFIC PAR CAMIONS, les positions de la Gauche Anticapitaliste 34   

7hinterlandpoussan.jpg

8poussan_hinterland.preview.jpgTransports de marchandises : le rail pas la route !

La très forte circulation sur l’A9, provient surtout de l’intensité du trafic de camions entre l’Espagne et la vallée du Rhône. 17.000 camions circulent quotidiennement sur l’A9. Doubler l’autoroute ne fera qu’encourager ce trafic.

Il est aberrant et écologiquement désastreux que les marchandises, notamment sur de longues distances soient transportées par la route. Les marchandises doivent prioritairement être transportées par rail, canaux ou cabotage. C’est pourtant la direction inverse que prend la région.

Celle-ci prévoit ainsi une liaison mer-autouroute à Poussan(hinterland). Les marchandises arrivées par bateau à Sète seraient transportés par route jusque près de l’autoroute dans une zone de transit puis acheminées ensuite par l’A9.

voiesferreessur_portdesete.jpgLa zone portuaire de Sète est pourtant déjà équipée en voie ferrée, donc toute indiquée pour la liaison mer-rail, le cabotage et l’utilisation des canaux.


Au delàil n’y a aucune fatalité à voir le trafic de marchandises augmenter sans cesseC’est une conséquence de la mondialisation capitaliste dans laquelle seul prime l’intérêt des entreprises. La hausse du trafic de marchandises est liée à la recherche du profit maximum. Peu importe l’aberration écologique et sociale qu’il y a à transporter sur des milliers de kilomètres des marchandises ou des produits agricoles qui pourraient être produits sur place. En rompant avec la logique du marché tout puissant, pour une planification sociale et écologique, on peut réduire le trafic routier et commencer à répondre à l’urgence climatique.

Calendrier : 

SAMEDI 22 SEPTEMBRE  devant les Halles à POUSSAN

à partir de 18h  avec le collectif  Non à HINTERLAND

Débats

La question de l’eau avec Anne Roux

présentation de la lutte contre Hinterland avec un membre du collectif

et aussi musique, restauration, stands associatifs

Capture_d_ecran_2012-09-10_a_15.36.32.png

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page