Etre prof et plus que prof !

Profs à tout faire : « Rien n’oblige Olivier Gibergues, professeur des écoles en CP à Montpellier, à fournir
des cartables à ses élèves, à la faveur d’un partenariat mis en place
avec un fabricant du coin. A l’école du quartier Figuerolles, 70 des 130
enfants inscrits sont suivis par les services sociaux,
et « 40 à 45 % des élèves ont des parents sans emploi », indique l’enseignant. (Le Monde)


Appliquer mécaniquement
le programme et ne pas tenir compte du contexte environnant est une aberration
à laquelle Olivier Gibergues se refuse d’adhérer. C’est aussi pour cela qu’il a
créé, dans sa classe, une séance de libération de la parole appelée « Quoi
de neuf ? », et ne figurant dans aucun manuel. « C’est un moment où
les enfants peuvent vider leur sac, mais aussi dire ce qui est positif
,
détaille-t-il. Ici, les problèmes ont besoin de sortir. Il arrive que, en
plein cours, les gamins prennent la parole pour dire : « Cette nuit, j’ai
été réveillé par le patron de maman qui frappait fort à la porte. » Ou :
« J’ai mal dormi car il n’y avait pas de carreau à la fenêtre. » Ou
encore : « Papa est rentré bourré. » »
Parfois, Olivier
Gibergues a « presque envie de faire semblant de ne pas avoir
entendu » : « On ne peut évidemment pas laisser la classe comme ça. Il
faut dédramatiser cette violence et aider les enfants à canaliser leur
souffrance. Beaucoup viennent à l’école avec les problèmes de la maison. »

Tiré de Profs à tout faire (Le Monde)

A lire aussi

Education Nationale. Eviter que la tragédie de Béziers ne se reproduise…

04_11_11_Enfant_a_l__ecole.jpg

Photo : h‑4‑1027512‑1253109238.jpg

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page