Haut Languedoc. L’éolien industriel dans le Parc de plus en plus remis en cause ?



Le commissaire prolonge son enquête de quinze jours
avant de se prononcer sur le projet de Ferrières Poussarou  
Aux yeux des opposants,  la décision est plus qu’un présage
favorable. « Comme à Faugères, où la
même décision du commissaire enquêteur avait précédé l’abandon de
l’implantation de huit machines à vent et surtout à fric, la mécanique du refus
est sur les rails » 
explique,
sourire aux lèvres, Jean-Michel Villeroux à un automobiliste arrêté pour
une  minute d’info express sur le
pont de Ferrières-Poussarou.




 voir aussi à ce sujet : 





Hauts-cantons.
Eoliens industriels : questions sur les subventions publiques et la revente des
permis à polluer.

Haut
Cantons. Micro-éolien ou éolien industriel ?

Communiqué de presse d’attac Jaur-Somail
après la journée d’action du vendredi 29 novembre 2013

P1020804.JPGL’éolien industriel dans le Parc de
plus en plus remis en cause ?

Le commissaire prolonge son enquête
de quinze jours avant de se prononcer sur le projet de Ferrières Poussarou

P1020825.JPGAux yeux des
opposants,  la décision est plus qu’un
présage favorable. « Comme à Faugères,
où la même décision du commissaire enquêteur avait précédé l’abandon de l’implantation
de huit machines à vent et surtout à fric, la mécanique du refus est sur les
rails » 
explique, sourire
aux lèvres, Jean-Michel Villeroux à un automobiliste arrêté pour une  minute d’info express sur le pont de
Ferrières-Poussarou.

P1020752.JPGRassemblés en
deux endroits, sur la N112 où attac Jaur-Somail anime un barrage filtrant
convivial, et devant la mairie où le collectif du village de Ferrières supplie
le commissaire enquêteur de refuser l’éolien,  les amis des ‘’vents de colère’’
les font souffler de plus en plus fort. La preuve par la multiplication des
remarques refusant les aérogénérateurs sur les registres déposés dans les  mairies (en plus de Ferrières : Olargues,
Saint-Etienne, Riols, Pardailhan et Babeau). Une première synthèse donne la
priorité des arguments à la volonté de voir respecter le principe fondateur du
Parc Naturel Régional qui est de préserver la nature avec un grand N. Une
option élémentaire que les précédentes implantions « ont à l’évidence bafoué notamment au col de Fontfroide » souligne
avec sa P1020762.JPGvéhémence coutumière le buraliste de Saint-Pons, Pierre Blondeau.
Devant la mairie du tout petit « petit village », moins de cent
habitants et pas plus de trente en ce mois de novembre avec frimas, EDF en
prend pour son grade. « Désinformation
des élus, propagande mensongère et manipulation de l’étude d’impact »

voilà, selon Benjamin Vérac, animateur brillant du collectif local, les trois
piliers fondateurs de la méthode de la filiale verte du géant de l’énergie « qui à terme détruira tout ce qui fait
la substance écologique du Parc
 » ajoute Alain Nottet, menuisier de La
Salvetat venu tout exprès apporter son soutien.

Le maire de Ferrières
n’est pas du tout impressionné par la véhémence et la densité des argumens des
opposants. Il  s‘en remet à Richard
Augeix, « un homme d’expérience
dirigeant d’EDF Energies nouvelles à Béziers depuis dix ans, concepteur de
toutes les implantations sur la montagne héraultaise, qui a l’appui des élus désignés
par le suffrage universel, au premier rang desquels Jean Arcas, président de la
Communauté de Communes Orb-Jaur et vice- président du Parc ».
Si le
commissaire –enquêteur ne s’était 
pas donné quinze jours de réflexion de plus, l’issue du débat ne ferait
guère de doute. Ce fut récemment le cas à Cambon et  Salvergues au cœur du Parc.  Une affiche des trois associations les plus actives (le
collectif de Ferrières, Hurlevent et attac) lui réclame une réunion publique,
que le code de l’environnement préconise dans cette configuration d’une polémique
sur l’insertion environnementale d’installations agressives.

Tout serait à l’évidence
beaucoup plus simple « si l’on s’en
remettait à un vote citoyen sur le sujet , une sorte de référendum local »
souligne Else, une habitante de nationalité hollandaise et fière de l’être  de Cathalo,  hameau de la commune de Pardailhan, déterminée à vendre sa
maison si les éoliennes venaient à se dessiner sur le ciel : « La question est de savoir si le
Parc  Naturel est en passe de
devenir le premier parc éolien de France ? ».


Vidéo du discours : cliquer sur l’image

discourseolienferrieres.png

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page