Indignés de Montpellier…la police récidive!

Lundi 6 juin : le
campement des Indignés de Montpellier a été expulsé par une cinquantaine
de gardes mobiles ainsi que des policiers de la BAC (brigade anticriminalité)
à 18h30.

Communiqué de Reste-à-quai

Nous appelons à rejoindre les
différentes commissions ainsi que l’assemblée générale du mardi 7 juin afin
d’organiser la suite du mouvement.

Programme du mardi 7 juin:


11h30 :
récupération de bambous, de toiles et de différents matériaux afin de
construire de nouvelles structures. RDV à l’Esplanade, vers le Corum.
– 17h
:
réunion du collectif anti répression de Montpellier, place de la Comédie
(rdv aux 3 Grâces)
– 17h30 : préparation de l’assemblée générale
– 18h :
réunion des commissions actions, communication, rédaction, logistique et
ateliers
– 19h : assemblée
générale

Acampada Montpellier <acampadamontpellier@gmail.com>

…………………………………..

Communiqué de Reste-à-quai suite à la répression de la « acampada des
indignés » du 6 juin à Montpellie​r

Le Collectif « Reste-à-quai » s’est constitué à
Montpellier fin 2010 pour dénoncer les lois sécuritaires (notamment
Loppsi2).
Ce collectif tient à rester vigilant sur
les abus et injustices sécuritaires… La raison du présent
communiqué sont les évènements qui se sont déroulés  le 6 juin 2011 sur
l’Esplanade et à la place de la Comédie en fin d’après-midi.
Le mouvement des « indignés » a
démarré il y a quelques semaines, il a été une nouvelle fois « délogé » de façon
musclée par un escadron d’une cinquantaine de CRS et gardes mobiles armés et
casqués. Tentes, matelas, affaires personnelles ont été détruites, avec
l’aimable et preste collaboration de Nicollin. Les personnes de la « acampada »
ont été brutalement déplacées sous les yeux médusés des passants qui n’ont pu
que constater le déséquilibre entre le pacifisme des personnes en assemblée
populaire et la réponse sécuritaire tout à fait disproportionnée
.
 
Bilan : des personnes âgées
sous le choc qui sont restées longtemps pour aider à récupérer les affaires
dispersées lors de l’assaut des forces de l’ordre, des jeunes filles en pleurs à
cause du stress occasionné par le comportement « milicien » des CRS et gardes
mobiles, des clients médusés à la terrasse des cafés de la Comédie et des jeunes
(pourtant déjà passablement démunis) encore plus dépourvus puisque dépossédés
parfois du peu de biens dont ils disposaient.
Sûr que pour eux, la nuit qui vient de se passer
a du être encore plus fraîche que la précédente!
Montpellier, ville dont le slogan :
« démocratie participative » est bassiné jusqu’à plus
soif
, avait gentiment proposé aux « indignés » de se replier à
l’Esplanade au moment du Salon du Livre. Conclusion? Quelques jours plus tard
(le 31 mai) : première répression, premières destructions, interpellations,
contrôles d’identité, … l’arsenal d’intimidation classique.
Hier à nouveau, pour toute réponse à ce
mouvement d’élan participatif jeune et pacifiste aux prises de paroles
démocratiques : un nouvel arsenal sécuritaire aveugle et sourd à la légitimité
des revendications et du triste constat social de la France d’aujourd’hui :

8 millions de français sous le seuil de pauvreté avec des problèmes
de logement, de santé, dans un pays qui fabrique toujours plus de
laissés-pour-compte, chez les jeunes mais aussi dans toutes les classes
jusqu’aux plus âgés d’entre nous.

Le mot d’indignés lancé par un
ancien , Stephan Hessel, repris par toute une jeunesse, est en lui-même un
symbole.
Alors bien sûr le mouvement continue, comment pourrait-il
s’arrêter ?
Où? Comment?
Tous les soirs à 19h place de la Comédie sous
la protection des 3 Grâces
.
Les prises de paroles sont libres,
parfois confuses, les gens qui la prennent expriment avec leurs mots et la
sincérité de leur vécu, cette grave crise sociale, humaine que nous traversons
tous.
De plus en plus de gens de tous âges et tous milieux s’arrêtent,
observent et parfois témoignent.
 Non,ce mouvement qui « prend la
place » ne pourra pas être réduit à une bande de farfelus, à une simple histoire
de désoeuvrés, que l’on ose qualifier de « cancer de la société », à un groupe
manipulé par des forces occultes.
C’est un mouvement profond, pacifiste,
épris de justice sociale qui ne disparaîtra pas écrasé sous la botte du «
tout-répressif », dont le claquement répété sur le pavé des villes ne semble
qu’attiser la ferveur de l’engagement pour un monde meilleur… en marche…

Collectif Reste à Quai contre Loppsi2 et
consœurs

…………………………..

Les « indignés » de nouveau expulsés de la Comédie (Midi Libre)

A lire aussi

Les « indignés » de la comédie évacués par la police

07_06_11_Police_repression.jpg

Illustration : crs‑babouse.png

Photos prises hier lundi

06_06_11_Repression_Acampada_1.JPG

06_06_11_Repression_Acampada__2.JPG

06_06_11_Repression_Acampada_3.JPG

06_06_11_Repression_Acampada_4.JPG

06_06_11_Repression_Acampada_5.JPG




Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page