Jeudis de la colère à Sanofi : la lutte prend de l’ampleur !







Comme tous les jeudis, ce
04 octobre, les salariés de Sanofi manifestent leur colère et leur unité pour
rejeter le plan de suppressions d’emplois. Plus de 200 salariés se sont
regroupés devant leur entreprise pour continuer leur mobilisation et faire le
point après une semaine riche en initiatives. Francis Viguié, élu Gauche
Anticapitaliste a pris la parole. Prochain RDV : jeudi 11 octobre, toute la journée sur l’esplanade à l’occasion d’un congrès de médecine au Corum.






JEUDIS DE LA COLERE : LA LUTTE PREND DE L’AMPLEUR

 

Comme tous les jeudis, les salariés
de Sanofi manifestent leur colère et leur unité pour rejeter le plan de
suppressions d’emplois.

Plus de 200 salariés se sont
regroupés devant leur entreprise pour continuer leur mobilisation et faire le
point après une semaine riche en initiatives.

Lundi,  plus de 80 travailleurs de Sanofi se sont rendus au conseil
municipal de Montpellier (voir ici) où un vœu de soutien était soumis au vote des
conseillers. Premier signe positif de leur rapport de force, alors que les vœux
sont votés à la fin du conseil municipal, cette fois le conseil débutera par l’examen
et le vote du vœu. Ce vœu sera voté à l’unanimité. A cette occasion, ils
demanderont à notre camarade conseiller municipal Francis Viguié de prendre la
parole devant leur AG (voir compte rendu du conseil municipal).

Ils se rendront aussi à l’Agglo et
rencontreront le président J. Pierre Moure qui ne trouvera rien d’autre à leur
dire qu’il sait ce qu’il a à faire et qu’en particulier il est très occupé par
la vente de vin en Chine ! En voilà un qui n’a pas marqué des points !

Ils feront aussi le point sur leur
manifestation à Paris de mercredi. Leur unique demande : le retrait du
plan et leur refus de négocier quoique ce soit. Leur rencontre avec les députés
de gauche et Montebourg

Ils ont voté aujourd’hui une nouvelle initiative pour le jeudi 11
octobre.

A Montpellier se tiendra durant 3
jours au Corum un congrès national sur la santé où plus de 2 000 chercheurs
sont attendus. Les salariés de Sanofi avec leur intersyndicale et leurs
camarades de Sanofi Toulouse seront présents avec tentes et barnum à l’Esplanade
à partir de 10h pour défendre la recherche et le droit à une santé de qualité.
Cette journée doit être l’occasion d’une coordination des luttes et de la
solidarité. Elle doit être un moment majeur pour l’interdiction des
licenciements en commençant par les licenciements boursiers et pour un pôle
public de la santé.

La Gauche anticapitaliste y sera
présente avec le Front de Gauche, elle appelle les montpelliérains, les
associations, les partis à venir manifester au côté des salariés (voir ici notre communiqué). Leur victoire
serait un encouragement décisif pour notre camp social face aux renoncements
sans fin du gouvernement


Correspondant GA 34, Jeudi 4 octobre 2012.






Chanson des travailleurs en lutte (sur l’air de La Marseillaise)



Allons
chercheurs de Sanofi

Jeudi
est enfin arrivé !

Contre
nous il y a zerouhni

Son
credo c’est restructurer

 

Son
credo c’est restructurer

 

Entendez
vous dans vos couloirs

La
voie des patrons mercenaires ?

Ils
ferment tous nos laboratoires,

Pour
mieux remplir les poches des actionnaires !

 

Aux
armes sanofiens

Sortez
des bâtiments

Crions,
Crions

D’une
seule voie

NON
aux licenciements

 

Notre
métier est nécessaire

Votre
santé est en danger

C’est
bien christopher viehbacher

Qui
se plait à tout saccager

 

Qui
se plait à tout saccager

 

Vous
méprisez les sanofiens et

Vous
entendrez notre colère

Oui,
nous avons du caractère

Et
tous ensemble, on ne lâchera rien !

 

Aux
armes sanofiens

Sortez
des bâtiments

Crions,
Crions

D’une
seule voie

NON
aux licenciements

 

 Les « Sanofi » devant l’Assemblée : Montebourg espère
un recul de la direction



Midi Libre Avec AFP

Rassemblés
devant le siège du groupe rue de la Boétie, les salariés de Sanofi venus de
Montpellier et de toute la France, ont défilé en direction de l’Assemblée
nationale. Arnaud Montebourg, interpellé, espère une nouvelle marche arrière de
la direction.

Ils
étaient mille salariés de Sanofi à défiler ce mercredi dans les rues de Paris,
avec le soutien d’élus, pour protester contre un projet de réorganisation de leur entreprise.
Il menace plus de 900 emplois d’ici à 2015, pour faire face à la perte de
brevets sur des médicaments très rémunérateurs.

Montebourg
espère un nouveau recul de la direction

Avant
le départ du cortège, le maire de Toulouse, Pierre Cohen (PS), s’est entretenu
avec les salariés. Le président de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy (PS),
était également présent. Interpellé Arnaud Montebourg, le ministre du
redressement productif, n’a pas caché son espoir de voir « une troisième
fois la direction de Sanofi reculer ». Arnaud Montebourg recevra les
représentants des salariés de Montpellier le 12 octobre.

 

Les
syndicats claquent la porte du comité de groupe

Dans
la matinée, leurs représentants syndicaux avaient claqué la porte d’un comité
de groupe France, à Gentilly, après avoir « demandé le retrait pur et
simple du plan », a dit Pascal Delmas (CFDT). Leurs interlocuteurs
indiquant « ne pas avoir le mandat pour retirer le plan », les
syndicats ont quitté la salle, les enjoignant d’aller « chercher ce
mandat », a raconté le syndicaliste. La direction de Sanofi a fait
savoir qu’elle ne pouvait « que constater le refus des organisations
syndicales de dialoguer dans les différentes instances ». 

Pas de
licenciements secs selon la direction

Christian
Lajoux, président de Sanofi France, indique que « le projet à l’horizon
2015 est une réponse indispensable pour assurer la pérennité des activités en
France » et dit qu’ »il n’y aura pas de licenciements secs ».
« Pour le site de Toulouse, un groupe de travail réunissant les
représentants de Sanofi, du gouvernement et des acteurs publics locaux va être
constitué, pour étudier toutes les solutions pour que le site garde à terme une
vocation scientifique et technologique », a-t-il dit.

Perte
de 215 emplois à Montpellier

Un document
de la direction évoque le chiffre de 914 suppressions de postes d’ici à 2015.
 Le site de Montpellier perdrait son secteur recherche qui emploie 215
personnes sur un millier.


 

photo, sept 2012 : JCC pour GA34)sanofi6sep09.jpg

POUR SUIVRE LE MOUVEMENT DES SALARIES DE SANOFI :

page Facebook Les Sanofi 


revue de presse Scoopit Les Sanofi 

messagerie de soutien : 


Voir aussi le reportage réalisé par la GA34 en septembre


pétition de soutien (texte ci-dessous) :

Pétition de soutien aux salariés de Sanofi  pétition rédigée par « Les Sanofi »   

Sanofi est une entreprise pharmaceutique française, 1ère européenne, 3ème mondiale qui grâce à sa recherche, conçoit, fabrique et commercialise des médicaments et des vaccins dans le monde entier. 

En France, un médicament sur deux est produit par Sanofi comme : 

- Doliprane, Aspégic (Antalgique) 

- Plavix (cardio vasculaire)

– Stilnox ( troubles du sommeil )

– Lovenox( Anti thrombotique ) 

- Taxotère, Eloxatine, Jevtana (anti cancéreux)

– Pentavac (vaccin)
  


Sous l’action de son directeur général Christopher Viehbacher et du conseil d’administration (Jean-René Fourtou, Thierry Desmarest, Igor Landau, Laurent Attal, Claudie Haigneré, …), Sanofi est passé d’une politique industrielle à une politique financiere au profit de ses dirigeants et de ses actionnaires (L’Oréal, Total et différents fonds de pensions) 

- Christopher Viehbacher  a gagné 7 millions d’euros en 2011 et est largement augmenté tous les ans

– Bénéfices de Sanofi 8,8 milliards d’euros en 2011 (40 milliards sur les cinq dernières années) – 35% des bénéfices sont reversés aux actionnaires

– La direction a pour objectif d’augmenter cette part à 50% d’ici 2015 (= 4,5 milliards d’euros)

– Sanofi veut se désengager du site de Recherche de Toulouse (614 emplois) et supprimer la recherche (200 emplois) sur Montpellier 

- 20% des effectifs recherche ont déjà été supprimés en France depuis 2 ans.
  


Cette stratégie met la recherche pharmaceutique française, européenne et la santé des patients en péril. L’histoire interne nous montre que les économies nécessaires à ce type de politique se sont toujours réalisées par la fermeture de centres (8) et des réductions d’emplois (chercheurs, visiteurs médicaux, production soient 3758 postes supprimés dans le groupe en France sur les quatre dernières années). 

Ces chiffres ne prennent pas en compte les milliers d’emplois induits supprimés. Dénigrés par la direction et dépossédés de leur mission première, les salariés de Sanofi Recherche refusent cette politique. 

Désireux de continuer leur action de santé publique au service des malades, ils vous soumettent cette pétition à la signature.

Signer la pétition ici

Pétition rédigée par « Les Sanofi » adressée à : Directeur général de Sanofi

Cette pétition sera remise à:

Christopher Viehbacher Directeur général de Sanofi

Serge WeinbergPrésident du Conseil d’Administration

Les membres de conseil d’administration de Sanofi

Les actionnaires de Sanofi dont Total et l’Oréal

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page