Journée internationale de lutte contre le Sida

1er décembre : Journée internationale lutte contre le Sida sur les adolescents et adolescentes : Où sont les réponses ?

 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) publie des chiffres inquiétants. Le nombre d’adolescents-es porteurs du virus dans le monde a augmenté de 33% entre 2001 et 2013 «Quelque 2,1 millions de jeunes âgés de 10 à 19 ans, vivent avec le VIH, et beaucoup d’entre eux ne reçoivent pas les soins et le soutien nécessaires pour rester en bonne santé et empêcher sa transmission».

Le Planning Familial publie Femme et sida – 4 pages

 ici 1er décembre : Journée internationale lutte contre le Sida sur les adolescents et adolescentes : Où sont les réponses ?

 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) publie des chiffres inquiétants. Le nombre d’adolescents-es porteurs du virus dans le monde a augmenté de 33% entre 2001 et 2013 «Quelque 2,1 millions de jeunes âgés de 10 à 19 ans, vivent avec le VIH, et beaucoup d’entre eux ne reçoivent pas les soins et le soutien nécessaires pour rester en bonne santé et empêcher sa transmission».

En raison du manque de soins et de services adaptés aux adolescents-es, le taux de mortalité chez les jeunes malades du sida a augmenté de 50% entre 2005 et 2012, alors qu’il a baissé de 30% dans la population adulte, ajoute l’OMS. En Afrique, la majorité des adolescents porteurs du virus sont des jeunes filles, ayant eu des relations sexuelles non protégées, très tôt, parfois sous la contrainte.

Pourquoi cette situation dramatique ?

La sexualité des adolescents-es continue d’être un tabou et l’éducation à la sexualité une denrée rare que seuls quelques pays mettent en place à large échelle. L’accès à la santé sexuelle est très difficile pour les adolescents-es.

Les jeunes femmes et les filles souffrent de situations plus précaires que leurs homologues masculins, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé sexuelle et reproductive. Ainsi 70% des jeunes non scolarisés sont des filles. Dans les pays en développement, où vivent plus de 600 millions de jeunes filles, une sur sept se marie avant 15 ans et 15 à 50% deviennent mères avant 18 ans.

En Afrique sub-saharienne, les nouvelles contaminations VIHchez les 15-24 ans concernent 8 filles pour 1 garçon. En Asie, c’est l’usage de drogue qui est en cause dans la grande majorité des cas, et dans d’autres pays, c’est la transmission lors de relations d’hommes avec des hommes. Dans toutes ces situations, l’absence de droits et l’inégalité de statut sont les facteurs essentiels qui exposent à la contamination

Alors quelles réponses ?

« Seuls 10% des adolescents et 15% des adolescentes d’Afrique subsaharienne savent qu’ils sont porteurs du virus »,estime Doug McClure, un responsable des programmes VIH pour l’Unicef. L’OMS recommande la multiplication des tests et demande aux gouvernements de réviser la loi pour que les jeunes puissent se faire tester sans l’autorisation des parents. C’est un premier pas mais cela ne peut suffire.

La contamination des adolescents-es ne pourra diminuer que :

–  Si les jeunes ont accès, au Nord comme au Sud, à une éducation à la sexualité et un accès à des services de santé sexuelle

–  Si décideurs politiques et sociaux s’engagent concrètement et non en paroles à mener la lutte contre les violences faites aux femmes et contre l’homophobie et la dépénalisation de l’homosexualité comme celle de la prostitution ou de l’usage de drogues car ces politiques répressives font le lit du VH

–  Si les décideurs politiques et sociaux s’engagent contre les inégalités de genre et pour l’égalité des droits entre les femmes et les hommes

 

(pour en savoir plus, site du Planning Familial)

 

 

Contact presse : Carine Favier 06 88 52 09 10

Le Planning Familial (MFPF)

4, square St Irénée

 

75 011 PARIS

 

Tel : 01 48 07 29 10

Fax : 01 47 00 79 77

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page