La grogne dans l’Education s’étend aux collèges et lycées de la région (Midi Libre)

Les
suppressions de postes et de classes prévues pour la rentrée prochaine
continuent de susciter l’émoi des enseignants et des parents d’élèves qui
continuent à se mobiliser un peu partout dans la région, touchant désormais
collèges et lycées du Gard.
Le point sur la situation.




Hérault : petite mobilisation devant le Rectorat
En
préambule à la grande manifestation de vendredi, 200 parents et
enfants, entourés d’une poignée d’enseignants et de syndicalistes, ont
manifesté aujourd’hui leur colère. Le premier round avait le charme des
actions désorganisées où les écoliers ont pris la parole. Cet après-midi
s’est tenue la fameuse commission technique paritaire qui doit examiner
les fermetures et les
ouvertures de classes.

Gard.
Les cours pourraient être perturbés mercredi dans les collèges et les
lycées gardois. La FCPE (fédération des conseils de parents d’élèves)
appelle les parents à ne pas envoyer leurs enfants dans les
établissements, rejoignant ainsi le mouvement mené cette semaine par des
syndicats enseignants gardois. Lundi, ils ont déposé des tombeaux et
tee-shirts à l’entrée des établissements.

Depuis le début
d’après-midi, quartier du Chemin bas d’Avignon, les mamans d’élèves de
l’école Bruguier occupent les classes de cette école située en réseau
ambition réussite. Pour protester contre la menace d’une fermeture de
classe alors que les effectifs sont en augmentation, ces mamans se
mobilisent. Elles refusent, disent-elles, de « voir se dégrader les conditions d’enseignement dans une école où de nombreux élèves sont en difficulté ».
Ici, la psychologue suit 50 enfants, sur 212 scolarisés. Mercredi
dernier, des mamans de cette même école avaient été manifester rue
Rouget de Lisle à Nîmes, afin d’interpeller l’inspecteur d’académie
adjoint.

Jeudi, un pique-nique est prévu au Jardin de la Fontaine
suivi d’un défilé vers la préfecture. Les manifestants dénoncent les
suppressions de postes annoncés pour la prochaine rentrée.

                                                                                                                                                                                 
                                                                                                                                                                                   (Photos de Midi Libre)                                                                                                                                                                  

Aude. C’est
ce matin que l’inspecteur d’académie de l’Aude devait officialiser une
vague de suppressions de postes d’enseignants (jusqu’à 30 selon nos
sources) au cours d’une commission technique paritaire départementale.

Commission qui n’a finalement pas eu lieu suite au boycott des
syndicats SE-Unsa et FSU qui n’entendent pas « négocier des miettes » et
réclament, au contraire, la création de 35 postes « pour faire face au
sureffectif ». Pour l’heure, l’inspection d’académie n’a pas programmé de
nouvelle date pour une nouvelle CTPD. Les syndicats d’enseignants
mais également les parents d’élèves des écoles menacées par des
suppressions de postes se mobilisent. Deux manifestations sont prévues
demain à 18h : l’une devant la préfecture, à Carcassonne, l’autre devant
la sous-préfecture de Narbonne.

Article de Midi Libre (5 avril 2011)

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page