La Lettre Electronique du NPA Béziers (n°37)

VITICULTURE : LA MONDIALISATION, LE CAPITALISME ET LA LENTE DESTRUCTION DES CAVES COOPERATIVES

EDUCATION NATIONALE ( 1 ) : LES CHIFFRES DE LA RENTREE , LA RENTREE SYNDICALE , LA RENTREE DU MINISTRE

ECOLOGIE : COL DE FONTFROIDE, E.D.F M’ A TUER

Mardi 13 septembre à 10 h 00 aura lieu le 12ème rassemblement au col de Fontfroide. Vous y êtes tous et toutes invité-e-s.

PRESIDENTIELLES : VOTE COMMUNISTE, GAYSSOT SE PREND LES PIEDS DANS SES BRETELLES

EDUCATION NATIONALE ( 2 ) : POUJOL-SUR-ORB, LA MOBILISATION CONTINUE

VITICULTURE : LA MONDIALISATION, LE CAPITALISME ET LA LENTE DESTRUCTION DES CAVES COOPERATIVES

S’il existe un signe de
la mondialisation viticole qui ne trompe pas,
c’est bien celui de la lente destruction des caves coopératives. Créées
pour la plupart entre 1900 et la fin des années 30, les caves
coopératives incarnaient alors le choix de la mutualisation entre petits
viticulteurs ( comme ailleurs le choix d’autres mutualisations ).
L’essor des caves coopératives est lié au Midi rouge et au mobilisations
de 1907 dans notre région. C’était en quelque sorte un débouché
pratique, pragmatique, aux rapports de forces qui existaient alors avec
négociants et grands propriétaires.

Aujourd’hui, près d’un
siècle après
le début de ce processus, ce sont les fusions, regroupements,
absorptions
qui prédominent et c’est la mémoire visuelle de ces lieux chargés
d’histoire collective qui disparaît. Dans une actualité récente nous
citerons la destruction des caves coopératives de Béziers et Autignac.
Comme pour l’usine Renault à Boulogne Billancourt, c’est la trace même
d’une certaine idée des luttes et des moyens de production qui
disparaît.

Comme pour les usines qui sont rasées, la disparition de la
mémoire visuelle viticole participe à la disparition de la mémoire
générationnelle, de la mémoire collective. L’enjeu pour le capitalisme
est le même dans les usines et dans les vignes : tout effacer, repartir à
zéro à moins que rien. Ce rève du néant social est à combattre sans
retenue comme l’ont fait les premiers syndicalistes révolutionnaires
dans les usines et dans les vignes.

EDUCATION NATIONALE ( 1 ) : LES CHIFFRES DE LA RENTREE , LA RENTREE SYNDICALE , LA RENTREE DU MINISTRE

– 300 élèves à Sauvian en primaire avec une classe en moins,
– 305 élèves à Magalas en primaire, 75 nouveaux inscrits, pas de moyens supplémentaires,
– suppression d’une classe au collège de Marseillan et création d’ une liste d’attente,
– 136 élèves supplémentaires en bac pro et CAP au lyçée Jean Moulin à Béziers,
– 34, 35, 36 élèves par classe au lyçée Henri IV à Béziers . . .

Partout, dans le Biterrois comme ailleurs, les chiffres de l’austérité mise en place par l’UMP parlent d’eux mêmes.

Pour
dévoiler ces chiffres et pour s’opposer au discours ministériel du  »
tout va très bien madame la marquise « , les responsables syndicaux du
Snes-FSU, de l’Unsa, de la FSU en tant que telle et du Snuipp-FSU ont
convoqué une conférence de
presse jeudi dernier à Béziers. Nous nous félicitons tout d’abord de
cette démarche unitaire qui globalise les problèmes de l’Education
Nationale dans le primaire et le secondaire. Cette globalisation est
sans aucun doute le meilleur moyen de préparer la mobilisation nationale
du 27 septembre.

Quelques jours avant, invité par l’UMP locale, le
ministre Chatel venait en catimini au collège Krafft de la Devèze (
transformé en forteresse ) pour discourir sur : << la troisième
révolution de l’école >>. Pour nous au NPA, la révolution dont
parle Chatel c’est une contre-révolution :

  • celle du capital contre les conquêtes sociales,
  • celle de la privatisation,
  • celle de programmes scolaires revus et corrigés par la droite et l’extrême droite,
  • celle du toujours moins et du marche ou crève.

Cette contre-révolution est bien évidemment à combattre intégralement !

ECOLOGIE : COL DE FONTFROIDE, E.D.F M’ A TUER

Depuis
le 5 juillet dernier un collectif de lutte tente d’interdire
l’implantation de 10 éoliennes sur le col de Fontfroide, au dessus
d’Olargues, au coeur du parc naturel du Haut Languedoc.

Le comite NPA de Saint-Pons participe aux actions du collectif pour trois raisons :

  • nous sommes totalement favorables à l’éolien et convaincus de son
    profond intérêt comme énergie alternative au nucléaire. En revanche nous
    n’acceptons pas l’exploitation spéculative de l’éolien par le
    nucléocrate EDF qui empoche 4,4 millions d’euros du Conseil Général de
    l’Hérault pour alimenter 750 familles en énergie douce.
  • il n’est pas tolérable que les travaux en zone de montagne fragile,
    comme le sont les monts de l’Espinouse, se traduisent par des
    destructions irréversibles de la faune et la flore. Les sous-traitants
    d’EDF( Averous et Cazal ) ne tiennent aucun compte des préconisations
    scientifiques pourtant avalisées par la même EDF.
  • le collectif  » toutes nos énergies  » ayant démontré que l’on pouvait
    faire mieux, avec des solutions de proximité, beaucoup moins onéreuses.
    il n’est de plus pas acceptable que le VRP du gouvernement Fillon ( le
    sous prefet de Lodève ) persiste à garantir à EDF une rente spéculative
    qui vient s’ajouter aux aides déjà mentionnées du Conseil Général.

Mardi 13 septembre à 10 h 00 aura lieu le 12ème rassemblement au col de Fontfroide. Vous y êtes tous et toutes invité-e-s.

PRESIDENTIELLES : VOTE COMMUNISTE, GAYSSOT SE PREND LES PIEDS DANS SES BRETELLES

En
indiquant qu’il votera Hollande dés le premier tour des présidentielles
s’il: << existe un risque que Sarkozy soit au second tour
>>. Gayssot, ex-ministre PCF, ex-candidat malheureux à la mairie
et à la députation sur Béziers, ex-camarade et ex-communiste,
indique purement et simplement qu’il est pour un ralliement
inconditionnel au social-libéralisme.

Ceux qui suivent les
pérégrinations de l’homme aux bretelles dorées dans les ministères et
dans les salons seront à moitié étonnés du projet politique de
l’ex-camarade qui préfère courtiser les patrons de la SNCF, d’Airbus et
de
l’industrie nucléaire dans son club de discussion l’ EDEC plutôt que
de les combattre. Ceci étant, il reste une question : si Gayssot est
toujours membre du PCF dans la section de Murviel pourquoi, à l’instar
des camarades biterrois, le secrétaire fédéral Passet n’a-t-il pas
publiquement désavoué les prises de position de l’ex-ministre? Dans ces
conditions c’est bien la question du vote communiste qui est posée. Quel
communisme : celui de Gayssot ? celui de Passet ? Celui de la rue
Voltaire ? Pour nous au NPA la question de la participation du PCF à un
hypothétique nouveau gouvernement de gauche plurielle est posée, si Gayssot est un poisson pilote : il parle avec l’aval de sa direction. Sinon il serait sanctionné.

EDUCATION NATIONALE ( 2 ) : POUJOL-SUR-ORB, LA MOBILISATION CONTINUE

Au
Poujol-sur-Orb la mobilisation entamée dés le printemps 2011 par des
salariés de l’Education Nationale, des parents d’élèves et la population
du village se poursuit. La semaine dernière un collectif a rencontré
le sous-préfet et le conseiller du ministre. On ne peut que se féliciter
qu’un
collectif qui a déjà mené des actions d’envergure sur le village
profite de la venue du ministre sur Béziers pour poursuivre son combat.
Au coeur des revendications du collectif : la diminution de postes et la
fermeture d’une classe, la gestion des classes de plus de 30 élèves
avec 3 niveaux différents, la désertification rurale.

A l’issue de la
rencontre avec le sous-préfet et le conseiller, on peut ajouter comme
revendication le rassemblement des écoles, des parents, de la
population, des syndicats, des associations . . . contre les
suppressions de postes et les classes surchargées à une échelle beaucoup
lus grande que celle du Poujol-sur-Orb. Nous nous félicitons de ce
cheminement qui lie expérience pratique et perspectives. C’est bel et
bien cette centralisation qui a manqué au printemps dernier. Elle est
toujours d’actualité ! La question de savoir qui l’organise doit être
abordée. C’est aussi cela qui permettra de réussir le 27 septembre
en liant
mobilisations locales et perspectives nationales. Pour cela la question
d’un appel visant à fédérer les mouvements éparpillés est posée aux
principaux concernés.

……………………………….

La Lettre Electronique de la semaine dernière

…………………………..

Pour
contacter le NPA Biterrois : écrire à nathalie.vial@neuf.fr ou à l’adresse du
local : 3 rampe du 96ème d’infanterie 34 500 Béziers
 


Pour notre hebdo départemental, Motivées, nous avons deux
points de diffusion sur Béziers : (4 n° par point)

Le tabac/presse de la Devèze,
derrière la Poste
et le tabac/presse « La fraîcheur » face au Trésor Public de
l’Iranget.

Pour notre hebdo national, Tout est à nous (TEAN),
après la presse de Auchan, la presse de l’Intermarché, près de la cave
coopérative de Béziers, a reçu ses premiers numéros (7 exemplaires)

Pour développer notre presse, nous invitons nos sympathisants et nos militants
à se fournir sur ces lieux.

NPA Béziers

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page