La Lettre Electronique du NPA Béziers (n°47)

Béziers.
La stèle à la gloire de l’OAS au Cimetière neuf : le début de la fin ?

Anticapitalisme
: luttes à Pôle Emploi et à la
Poste, les leçons d’une mobilisation

Ecologie.
Béziers, succès de la mobilisation contre l’éolien industriel !

UMP
: la droite vichyste populaire mise en orbite par Sarkozy ?

Conseil
général : accueil et hébergement d’urgence des familles, ne laisser personne au
bord du chemin ?

Vie
locale et vie du NPA


NPA Béziers

Béziers. La stèle à la
gloire de l’OAS au Cimetière neuf : le début de la fin ?

Un arrêté du Conseil d’Etat
du 14 novembre 2011 exige que la stèle à la gloire des factieux de l’OAS, qui
avait été érigée dans le cimetière Saint Laurent Imbert de Marignane,
soit enlevée. A Marignane comme à Béziers les « nostalgériques » de
l’OAS avaient obtenu l’autorisation d’occuper un emplacement pour ériger une
stèle au travers d’une association qui servait de paravent et permettait
d’obtenir un arrêté municipal.

Ce que vient dire aujourd’hui le Conseil d’Etat c’est que l’apologie de faits
criminels n’est pas compatible avec la destination publique d’un cimetière. Si
cet arrêté du Conseil d’Etat est valable à Marignane, il doit l’être à Béziers
: nous sommes dans le même cas de figure. De fait l’arrêté qui concerne
Marignane doit faire jurisprudence pour Béziers. C’est ce que nous demandons et
c’est ce que va demander l’élu de la liste municipale PCF-NPA-Citoyens ( et pas
seulement communiste ! ) Aimé Couquet. Dans un courrier adressé au sénateur
maire, président de l’agglomération, Raymond Couderc, il est demandé la
suppression de la stèle et il est signifié le rappel des
nouvelles obligations légales. Nous ne savons si cette interpellation
suffira mais nous savons que depuis la mobilisation unitaire du 17 octobre
dernier qui à associé Attac, ABCR, Cimade, Fase, LDH, NPA, PCFet PG. le vent
tourne sur Béziers : la
Droite Populaire n’a pas osé parader publiquement devant la
stèle de la honte le 1er novembre dernier et la décision du Conseil d’Etat peut
permettre, au travers d’une nouvelle mobilisation unitaire, d’exiger
l’application de la jurisprudence sur Béziers.

Anticapitalisme :
luttes à Pôle Emploi et à la
Poste, les leçons d’une mobilisation

A Pôle Emploi cette semaine un seul
syndicat sur neuf, le SNU-FSU, a appelé les personnels à faire grève. Bilan des
courses, une grève peu suivie ( 6 % ) et quasiment pas de grévistes sur
Béziers. Pourtant le 9 novembre 2010, dans un cadre unitaire plus large, près
de 40 % des salariés s’étaient mobilisés jusqu’à se mettre en grève.

Qui peut croire aujourd’hui qu’un seul syndicat sur la question de l’emploi et
du chômage peut faire vaciller le gouvernement et l’Europe ? Qui peut croire
qu’une mobilisation incantatoire décrétée par le haut peut remplacer le travail
préalable à la base ? Apparemment pas les salariés de Pôle Emploi qui sont
toujours confrontés aux problèmes de la fusion / restructuration entre les
ASSEDIC et l’ ANPE, à la prise en charge des 4 millions de demandeurs
d’emploi, des quasi 3 millions de chômeurs, des 800 000 primo inscrits et
à la suppression des 1800 CDD qui avaient été obtenus en 2010.

Si la mobilisation n’a pas été forte à Pôle Emploi, elle l’est à la Poste. Les raisons
essentielles de cette réussite c’est le travail fait en amont, la
préparation des conflits, la stratégie de maintien d’une pression permanente
qui fait qu’il existe un rapport de force quasi permanent. De ce point de vue
les grèves du samedi s’installent dans le paysage postal et font un peu partout
tâche d’huile. La semaine dernière les centres postaux de Béziers, Bédarieux et
Pézenas étaient touchés par le mouvement. Pour le NPA la force des postiers
et de leurs syndicats CGT et Sud c’est de savoir ancrer la mobilisation sur le
terrain par des actions extrêmement bien ciblées. Il faut donc tirer des leçons
de la stratégie actuelle des postiers, la faire connaître et la dupliquer.

Ecologie. Béziers, succès
de la mobilisation contre l’éolien industriel !

Près de 70 militants de plusieurs partis
( NPA, PCF, PG ), de plusieurs associations ( Attac, Hurlevent, engoulevent),
de collectifs de citoyens, se sont retrouvés mardi dernier à Béziers pour
manifester leur opposition au projet de parc éolien industriel sur la commune
de Ferrières Poussarou prés de Saint Chinian. 67 des 100 résidents de la
commune ( 62 en permanence, 38 de manière épisodique ) ont signé la pétition
qui à été déposée à la préfecture. Une occupation symbolique du site d’EDF a
ensuite eu lieu.

Comme toujours ce projet porté par EDF Energies Nouvelles a été élaboré dans le
plus grand secret et en totale opacité. Depuis peu les habitants de Ferrières
Poussarou découvrent que les 10 éoliennes géantes seront installées prés de
leurs habitations, que leur puissance développerait 30 mégawatts, que la ZDE ( Zone de Développement
Eolien ) n’a pas été approuvée en raison d’un vote majoritaire de communes
du parc naturel du Haut Languedoc, que la concertation a eu lieu avec les élus
mais pas avec les populations, qu’un recours juridique est possible. Le NPA
soutient les associations et les riverains dans leur combat contre ce
capitalisme vert qui considère la ruralité comme un désert à exploiter et les
résidents comme des indiens qui ne comprendraient rien au progrès et à la
marche de l’humanité.

UMP : la droite vichyste populaire mise en
orbite par Sarkozy ?

La préparation du dossier de la fraude
sociale fait partie des hobbies de la Droite Populaire
qui pense qu’en désignant des boucs émissaires, les fraudeurs, les étrangers (
souvent les deux ), elle va reconquérir des voix du Front National. Ce dossier
mitonné depuis de longs mois attendait le bon vouloir du prince : aujourd’hui
c’est fait ! En reprenant in extenso ledit dossier préparé par la Droite Populaire,
Sarkozy labellise le chaînon manquant entre la droite et l’extrême droite. A
l’initiative, sur le refus du droit de vote des immigrés aux élections
locales, sur le refus de la légalisation du cannabis, la Droite Populaire
fait de l’agitation propagande et sert de ballon d’essai pour l’UMP.

Si ces thèmes sont électoralement testés et jugés porteurs, ils seront alors
repris et la Droite
Populaire deviendra alors le poisson pilote de l’UMP. S’il y
avait encore des doutes à ce sujet, il suffit d’écouter le député
extrême-droite-compatible de Béziers qui dit : <<
aucun signal ne vient de l’Elysée ou de Jean-François
Copé perturber l’ascension de la Droite Populaire. >>. Pour nous au
NPA, il aurait été osé de dire le contraire puisque quatre ministres sont
venus, depuis la rentrée de septembre, dans notre petite sous-préfecture et que
le général en chef de l’UMP va venir inaugurer la permanence d’Elie Aboud le 30
novembre. Une belle occasion pour les anticapitalistes et les antilibéraux
locaux de dénoncer le laboratoire vichyste biterrois
.

Conseil général :
accueil et hébergement d’urgence des familles, ne laisser personne au bord du
chemin ?

Il y a quelques années le
slogan politique de la majorité PS-PCF du Conseil général de l’Hérault
disait : <<
ne laisser
personne au bord du chemin >>. Aujourd’hui certaines familles avec
enfants mineurs sont laissées au bord du chemin pour des raisons financières.
Les syndicats CGT et Sud du Conseil général indiquent dans une lettre ouverte
adressée aux élus et aux salariés les raisons de ce renoncement. Ces raisons
sont bien sûr politiques et financières et n’ont rien d’humaniste. Dans le jeu
de la patate chaude joué par l’Etat, les transferts de compétences et les
transferts financiers imputent des charges nouvelles aux assemblées
territoriales. Face à ces transferts le Conseil général n’hésite pas à prendre
ses salariés et ses usagers en otage. Ses salariés car il souhaite faire
appliquer une politique discriminatoire illégale. Ses administrés et ses
usagers car il ne leur offre pas les services auxquels ils peuvent prétendre au
titre de la loi de protection de l’enfance.

Face à cette situation de double discours le NPA soutient totalement la
démarche des syndicats Sud et CGT du Conseil général. Nous nous félicitons que
des salariés refusent d’exécuter une politique discriminatoire et nous nous félicitons
aussi qu’ils remettent, eux, l’usager au centre du dispositif. Pour ce qui est
de la majorité PS-PCF de l’instance départementale la question qui est posée
reste « 
jusqu’où pensez vous pouvoir composer avec le
capitalisme ?« .

Vie locale et vie du
NPA

  • lundi 21 novembre. 19
    h 00. Local du NPA Béziers, 6 rampe du 96ème, quartier Garibaldi :
    Café Motivées sur la solidarité internationale avec le Chiapas.

07_11_11_Soiree_zapatiste.png Béziers. Les zapatistes, état des lieux et achats éthiques…

  • mardi 22 novembre. 18
    h 15. Rencontre bilatérale NPA-PCFau local du NPA ( élections législatives
    et liste municipale )
  • mercredi 23 novembre.
    Toute la journée : mobilisation en soutien des familles en danger
    d’expulsion devant la sous-préfecture.
  • jeudi 24 novembre. 18
    h 30. Rencontre bilatérale NPA-Fase au local du NPA ( élections
    législatives et mobilisations )

 …………………………….

La précédente Lettre Electronique

………………………………

Pour contacter le NPA Biterrois : écrire à
alain.havel@bbox.fr
ou à l’adresse du local : 6 rampe du 96ème d’infanterie 34 500 Béziers

Pour
notre hebdo départemental, Motivées, nous avons deux
points de diffusion sur Béziers : (4 n° par point)

Le tabac/presse de la Devèze,
derrière la Poste
et le tabac/presse « La fraîcheur » face au Trésor Public de
l’Iranget.

Pour notre hebdo national, Tout est à nous (TEAN),
après la presse de Auchan, la presse de l’Intermarché, près de la cave
coopérative de Béziers, propose à la vente 7 numéros.

Pour développer notre presse, nous invitons nos sympathisants et nos militants
à se fournir sur ces lieux.

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page