Le 24 novembre, manifestons à Montpellier contre les violences faites aux femmes.






Tous
les jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon, 70 000 sont
victimes de viols chaque année, elles sont 1 500 000 femmes à être victimes de
violences conjugales et aussi de harcèlement sexuel dans l’espace public.

La
Gauche Anticapitaliste 34,
membre du Front de gauche,
appelle au rassemblement  ce samedi 24 novembre, à
Montpellier,
à 14h30, place de la Comédie  (RDV prêt de
l’office du tourisme).  
A cette occasion, les associations organisatrices
demandent d’être si possible habillé-e- en noir et de se munir de bougies,
style chauffe-plats.

Ci-dessous, communiqué de la GA et du FDG











 Communiqué de la Gauche Anticapitaliste

Le 15 octobre dernier, plusieurs centaines de personnes étaient
rassemblées à Paris à proximité du Ministère de la justice pour exprimer leur
indignation devant le scandaleux déroulement et verdict du procès de Créteil
qui devait juger des accusés coupables de viols collectifs sur deux jeunes
filles entre 1999 et 2001.

Cette actualité remettait un coup de projecteur sur la terrible réalité
des violences faites aux femmes.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : tous les jours, une femme meurt
sous les coups de son compagnon, 70 000 sont victimes de viols chaque année,
elles sont 1 500 000 femmes à être victimes de violences conjugales et aussi de
harcèlement sexuel dans l’espace public.

La lutte contre ces violences doit être un combat permanent des
associations, des partis politiques, des syndicats et des citoyens.

Sous la pression des mobilisations, une première loi a vu le jour en
2010, mais au caractère très restrictif, aux relents sécuritaires et sans véritable
moyens pour l’appliquer.

Il faut que la manifestation de ce week-end permette de relancer une
mobilisation d’ampleur pour que la nouvelle majorité parlementaire adopte
rapidement une véritable loi-cadre contre les violences faites aux
femmes qui donnent aux associations féministes les moyens d’agir.

Pour être efficace, cette loi doit prévoir, sur la durée, des campagnes
d’information, d’éducation et de formation au niveau du système éducatif et des
professionnels concernés. Mais aussi, des mesures de protection de toutes les
femmes victimes de violence, qu’elles soient conjugales ou non.

Les violences font également des victimes parmi les femmes sans papier :
elles ont le droit de bénéficier aussi de la protection de la loi par
l’attribution d’un titre de séjour.

Les violences c’est aussi le système prostitutionnel contre lequel il
faut prendre des mesures.

A ces exigences ne saurait être opposé des contraintes financières liées
à la politique d’austérité.

Le changement implique que soit mis fin aux violences exercées à
l’encontre de la moitié de l’humanité.

C’est pour soutenir ces revendications que la Gauche anticapitaliste 34,
membre du Front de gauche,
participera à la manifestation ce 24 novembre, à
Montpellier,
à partir de 14h30, au départ de la place de la Comédie (rdv devant l’office du tourisme).

A cette occasion, les associations organisatrices demandent d’être si
possible habillé-e- en noir et de se munir de bougies, style chauffe-plats.
 





La GA34 appelle à une grande mobilisation le 16 décembre
pour défendre le droit au mariage pour tous.

Alors même que la France est plutôt à la traîne sur le
sujet, le projet gouvernemental de « mariage pour tous » n’a pas
manqué de provoquer l’émoi de tout ce que la société hexagonale compte de
réacs. De réacs… et d’homophobes, aussi.

À commencer, naturellement, par les politiciens de droite
et d’extrême droite qui voient là une opportunité d’affrontement idéologique
avec la gauche gouvernementale.

Mais il faut souligner qu’ils sont immédiatement suivis –
et, parfois, précédés – par les représentants des « grandes
religions », jamais en reste quand il s’agit de ressasser des préjugés
qu’ils ont eux-mêmes contribué à imposer, au nom de la défense de la morale et
de la société évidemment.

Dans l’Hérault, nous ne sommes hélas
pas en reste : 

Pour rappel le très conservateur premier magistrat Raymond
Couderc (maire UMP de Béziers) a défrayé la chronique (voir icien
déclarant notamment que le mariage homosexuel était pour lui  « un
délitement de la société »
susceptible de la « dévoyer ». Il
ajoutait ne pas vouloir aller contre « ses convictions les plus profondes »
en célébrant une union entre homosexuels : « Ils
veulent singer le
mariage entre un homme et une femme
qui est le seul qui vaille. [ …] On ne sait plus qui est quoi…
 »

François
Commeinhes (
maire UMP de Sète) (voir ici et icis’est ensuite, lui aussi, tristement illustré
par des
provocations homophobes contre
l’extension du mariage aux couples homosexuels.

« Même si j’ai beaucoup d’amis gays et que j’ai accouché des gays femelles,
je ne vois pas ce que ça apporte sinon une couverture sociale. Mes adjoints le
feront à ma place
« . 

On peut remettre ces déclarations dans le contexte d’une droite et
d’une extrême droite qui se crispent et se radicalisent dans le conservatisme
et le rejet de toute évolution positive de notre société.

Aussi, la GA34 tient à réaffirmer son attachement au principe de l’égalité des droits pour les
homosexuelLes, pour le droit au mariage et à l’adoption, et est entièrement
solidaire du communiqué
  (voir
ci-dessous) du Front de Gauche sur ce sujet .

 Communiqué national du Front de Gauche sur le mariage pour toutes et tous et sur les violences faites aux femmes





Le Front de Gauche réaffirme son exigence absolue d’égalité
des droits et ce, quelle que soit l’orientation sexuelle ou l’identité de genre
des personnes. Celle-ci passe par la possibilité pour tous les couples de se
marier, d’adopter des enfants ou de garantir à leurs enfants déjà présents la
filiation avec l’ensemble de leurs parents.

Il s’inquiète des limites déjà manifestes dans le projet de
loi dit du mariage pour tous, notamment concernant la non ouverture de la
procréation médicalement assistée pour les couples de femmes, la non
reconnaissance de la parenté conjointe hors mariage (y compris dans le cadre du
PACS) ou le refus de faire évoluer la présomption de paternité en présomption de
parenté adaptée à l’exigence d’égalité des droits étendue aux couples de
personnes de même sexe.

Il condamne le recul de François Hollande, avant une
nouvelle volte-face, sur la « clause de conscience » qui ouvrait la
possibilité pour les maires de refuser des mariages entre deux personnes de
même sexe dans leur commune. Une telle attitude ne peut que conforter les
préjugés et renforcer le camp des opposants au mariage pour tous. Il s’agit en
outre d’une entorse grave à l’égalité républicaine sur tout le territoire.

En revanche, la droite, main dans la main avec l’extrême
droite, les forces de la réaction, au premier rang desquelles les secteurs
ultras de l’Eglise catholique, s’organisent pour faire échec au projet de loi
gouvernemental.

Le Front de Gauche dénonce avec force les agressions
physiques perpétrées par des intégristes catholiques le dimanche 18 novembre
contre des militantes féministes, des journalistes. Pas question de se laisser
intimider !

Le Front de Gauche soutient les
mobilisations en préparation le 16 décembre prochain pour défendre le droit au
mariage pour toutes et tous, à l’initiative de collectifs et d’associations
lgbti et féministes, et de toutes les forces associatives, syndicales et
politiques attachées à l’égalité des droits et la lutte contre les
discriminations.

.

 



Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page