Les flics contre le « campement de la résistance » de Montpellier

Ce jeudi 23 juin 2011 à 8H30 du matin, les forces de
l’ordre ont investi le campement des indignés et militants de tous bords
pour un monde meilleur aux Esplanades au centre-ville de Montpellier.

Ce mouvement a débuté il y a plus d’un mois et a dû
faire face à de nombreuses interventions policières (2 à 3 par semaine),
de nombreuses affaires personnelles et structures ont été détruites et
broyées pour un montant estimé des préjudices à plus de 2000 €.

Plus de 25 policiers nationaux, une dizaine de
municipaux, garants de nos libertés, aidés des « nettoyeurs » de la
société Nicollin et ses camions broyeurs, ont détruit, « volé » et broyé ce
matin, sans sommation, ni dialogue avec insultes, menaces de mort et
une violence sans précédent l’ensemble des structures au sol et affaires
personnelles du campement.

Suite à l’appel national du mercredi 22 juin pour
violences policières qui a mobilisé une centaine de personnes, dont Robin
des Banques du mouvement des indignés d’Espagne, ce matin, le campement
était renforcé d’une vingtaine de militants et d’une structure tipi de 5
m du campement de résistance pour la liberté de Toulouse (ex
anti-Loppsi).

Le tipi de Toulouse, lieu d’habitation d’un sans
domicile fixe d’une valeur de 300 €, les toilettes sèches, la douche, le
début d’une nouvelle cuisine, une structure en bambou servant de point
d’information et une dizaine de tentes personnelles ont été détruits et
broyés sous nos yeux. Sacs, affaires personnelles, couchage ont connu le
même sort.

Nous condamnons fermement cette action policière
illégale, exécutée sans avis d’expulsion d’huissier, ni arrêté
municipal, sans aucun dialogue possible ni aucune sommation à quitter
les lieux et pouvoir démonter nos structures et récupérer nos biens
personnels, avec insultes et une violence inouïe. De nombreux militants
ont été bousculés, frappés et insultés, beaucoup sont choqués et blessés
avec 2 personnes dont un mineur de 17 ans, blessés pour coups et
blessures avec une Interruption de temps de travail de 2 jours par
certificat médical.

Des plaintes vont être déposées pour violences
policières, coups et blessures, coups et blessures sur mineur,
destruction de matériel personnel, vol de bien personnel, destruction
d’une structure d’habitation d’un sans domicile fixe (jurisprudence),
vol et destruction de documents officiels (cartes d’identité, papiers
officiels), non-respect du droit de manifester son opinion (article 8 de
la Constitution européenne des droits de l’homme, référé de Bayonne),
expulsion sans avis d’huissier et arrêté municipal et préfectoral et
vice de procédure.

En réponse à ces « vols », agressions et violences, une
dizaine de personnes a spontanément décidé d’aller à la mairie pour
récupérer leurs biens (dont cartes d’identité et papiers administratifs)
et réquisitionner tables et chaises. Cinq personnes ont été
interpellées et ont passé trois heures au commissariat, fichage,
procès-verbal et empreintes digitales pour vol de biens publics. A noter
que les interpellés ont rendu les bancs de la mairie dès que la police le
leur a demandé.

Pour le remboursement des affaires personnelles et du
tipi nous lançons un appel à la solidarité et au bénévolat. Pour tous
dons et/ou aide contactez Ivan au : 06 78 26 41 19

Merci à tous de faire passer l’information par tous les
moyens à votre disposition et de votre soutien à ce mouvement
contestataire mondial non-violent.

Chaque jour notre détermination grandie, poussée par ces
injustices répétées, rejoignez-nous pour faire-valoir nos droits et
militer pour nos libertés avant qu’il ne soit trop tard ! Merci !

Contact info et presse : Abel : 06 34 17 22 74 ou Ivan : 06 78 26 41 19

Publié sur Bellaciao

A lire aussi

Indignés de Montpellier. Danger, police…indigne !

Une indignée espagnole au café Motivé-e-s de Montpellier

24_06_11_Prends_la_rue.jpg

Illustration : toma_la_calle250.png

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page