Lu dans le Motivées d’avril…L’infirmière électrique !

Valia Maj est infimière
libérale à Montpellier, militante de GreenPeace et du NPA…
Elle fait sensation
et attire toutes les curiosités avec sa nouvelle acquisition, une voiture
électrique…Nous avons voulu en savoir davantage …. Interview


25_04_11_Valia_infirmiere_electrique.jpg (1)

Tu viens d’acheter une voiture électrique, et tu es sans
doute l’une des premières à le faire dans le département ? Peux-tu nous
renseigner sur ce type de véhicule, ses caractéristiques essentielles ?

C’est une Matra électrique de 4 places, limitée à 45 km/h, d’une autonomie de
50 km.
Les batteries se chargent de 4,7 kW en 5 heures avec un simple fil électrique.

Cette énergie ne sert qu’à la propulsion du véhicule et non
pas à alimenter des attributs de conforts (pas de direction assistée,
lève-vitre, chauffage, clim, moteur à pétrole de secours, habillage douillet,
désembuage, ventilo etc…). Le concepteur (Daimler-Chrysler) a  limité
autant le poids que la consommation superflue.

En cela, c’est un véhicule écologique, contrairement aux
nouveaux modèles qui ne cherchent qu’à ressembler aux voitures à pétrole
actuelles dans leurs performances et leurs gadgets.

De plus, il est aussi haut qu’un 4×4, ce qui est très
agréable pour la conduite mais aussi pour narguer les pollueurs !

Comment te l’es-tu procuré ?

Très simple… je suis allée chez MOBILECO, une société
coopérative d’intérêt collectif (SCIC), à but non lucratif, située à Près
d’Arènes. De la mobylette à la camionnette, tous leurs véhicules sont
électriques et écologiques. Allez leur rendre visite, ils sont très
accueillants et « véhiculent » des idées révolutionnaires…

Combien t’a t-‘il coûté ?

Neuf, il coûte entre 10000 et 15000 euros selon les
options. L’ADEME subventionne jusqu’à 3000 euros.

As tu calculé la dépense électrique pour 100 km  ?
Comparativement au coût d’un véhicule essence …

Une charge coûte 0,5 euros, soit 1 euro /100km. Mon
ancienne C3 Citroen me rackettait 11,25 euros /100 km…

Mais attention, la batterie ne peut supporter que 1400
cycles de charge soit environ 60000 à 70000 km. Elle vaut 1500 euros qui sont
compensés par la diminution de cotisation d’assurance (voiture homologuée en
quadricycle lourd), et par l’absence de budget d’entretien (véhicules
« increvables », mécanique extrêmement simple). Ce qui n’est pas le
cas des voitures à pétrole qui, selon leur âge, demandent un budget
entretien/réparation important. La révision annuelle d’un véhicule neuf coûte
plus de 250 euros… sur 3 ans, cela paye la moitié de la batterie!

Si on intègre tous les coûts, l’économie nette est
d’environ 40%.

Mais je ne trouve pas intéressant de comparer ces deux
véhicules puisque bientôt, la pétrolivore crèvera de soif faute de carburant.

Il vaut mieux comparer cette Matra-Gem e4 aux véhicules
électriques ou hybrides qui sortent des entrailles industrielles… Ces
derniers vont en effet plus loin et plus vite mais dépensent aussi beaucoup
plus d’énergie.

L’institut Négawatt défend à l’idée qu’un watt
économisé est plus propre que n’importe quel watt, même issu du soleil et du
vent… Je ne vois pas l’intérêt de dépenser des watts pour activer une vitre,
une clim, des ordinateurs alambiqués, pour trimballer une direction assistée,
des revêtements et coffrages intérieurs pesants et non indispensables.

La C zéro de citroen
issue de la dernière technologie embarque 16 kw pour 130 km soit 12,3 kw /100km,
tandis que la Gem
créée en 1998, consomme 9,4 kw/100km. 3 kw (25%!) sont gâchés en vitesse (mais
cette dernière peut avoir son utilité), et en gadgets. Imaginons la Gem avec une technologie
rafraîchie…

Quelles sont tes motivations ?

Je voulais m’affranchir du pétrole dans le cadre de mes
déplacements privés et professionnels, du moins dans une certaine mesure.
Maintenant, quand je passe devant une station Total, je les salue d’un geste
connu !

Je suis beaucoup plus tranquille au volant. Le fait d’aller
moins vite me permet d’anticiper les dangers de la route sans stress et sans
modification de mon temps de trajet. En ville, ma vitesse moyenne était de 22 km/h avec le pétrole.
Les bolides qui démarrent au vert-1, je les retrouve tranquillement au rouge +2
!

L’électricité en France est produite à 75%  par le
nucléaire. Cela ne te pose pas problème ?

Cela me pose un gros problème car je suis une fervente
opposante au nucléaire. L’actualité ne peut que prouver qu’il y a urgence à en
sortir. Des scenarii existent, réalistes et je dirais même incontournables pour
amorcer un progrès dans ce sens. Il ne s’agit plus que de volontés
politiques… C’est là que les ennuis continuent !

Si tout le monde se convertit à l’électrique, comment faire
pourproduire l’électricité équivalente ?

Encore une fois, je vais citer l’association Négawatt, à
laquelle j’adhère depuis peu. Visitez leur site web, ça redonne espoir… Leur
scenario repose sur 3 axes indissociables : sobriété, efficacité et
renouvelables. Un utilisateur consciencieux de véhicule électrique écologique
peut diminuer ses consommations énergétiques, ne serait-ce que dans son
habitat. Bien des foyers sur-consomment largement de quoi alimenter une petite
Matra… rien qu’en chauffant leur eau ou leur appartement.

C’est mon cas, mon logement est tout électrique. Du coup,
je suis en train de modifier la configuration avec chauffe eau solaire, poêle à
bois et panneaux photovoltaïques. Il faut faire basculer du bon côté le bilan
énergétique des familles,  mais aussi celui des entreprises, petites ou
colossales. Un spécialiste du vélo électrique « On avance » à
Montpellier chauffe depuis peu son magasin avec un poele à bois… il est ravi
!

Ne vaut-il pas mieux limiter l’usage de la voiture et
utiliser le vélo ou les transports publics en ville ?

Entièrement d’accord… à condition que le maillage des
transports publiques soit correctement développé et gratuit pour que chacun y
ait réellement accès surtout dans les coins les plus reculés.

Le vélo demeure la référence, encore plus s’il est
électrique car, peu gourmand en énergie, il va au-delà des missions du simple
vélo en facilitant le transport de charges diverses ou d’un enfant, même dans
les côtes!

En conclusion que pourrais-tu nous dire ?

Il faut analyser ses déplacements. Si 80% sont de petits
trajets urbains à plusieurs, une Gem suffit. Pour les 20% restant, la location
ponctuelle d’un véhicule plus autonome, la mise en commun d’une vieille voiture
d’appoint entre plusieurs familles, ou un abonnement Modulauto, … représentent
des solutions rationnelles.

Pour l’électricité, j’ai une idée : nationalisons les toits
! On pourrait être propriétaire de son logement mais pas de son toit, lequel
serait dédié à la production publique d’électricité solaire.

Mais il faut décrocher du gâchis énergétique, s’affranchir
de la vitesse inutile, redonner au transport une place rationnelle pour les
bipèdes que nous sommes.

Motivées d’avril

Motivées avril

A lire aussi

Montpellier. Rassemblement « 25 après Tchernobyl…Fukushima ! » Reportage photo NPA 34

Karak dégaine son crayon…Robert ouvre son micro !

Tchernobyl: la controverse des chiffres et le syndrome japonais (Mediapart)

Nicolas Hulot : l’écologie des représentants de commerce

Contribution de Stéphane Lhomme (animateur du mouvement écologiste)

Paul Ariès : « Le nucléaire civil est une barbarie industrielle » (bastamag.net)

Fukushima ou l’inhumanité capitaliste

Gaz de schiste Manif de Nant Reportage photo Voir ici aussi.

Gaz de schiste : le pré-rapport en faveur de l’exploration en France (Politis)

Le rapport remis à NKM ? Un plaidoyer pour le gaz de schiste (Rue 89)

Ce n’est pas à nous de payer en cas d’abandon des gaz de schiste par Corinne Lepage (Rue 89)

Fracturation des sols, Fracturation des droits par Gilles Sainati (Mediapart)

(1) OBJ1055976_1.jpg

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page